Politique France

Jean-Luc Macias et Enrico Mélenchon, mêmes cons-bas… du Front !

24 octobre 20151
Jean-Luc Macias et Enrico Mélenchon, mêmes cons-bas… du Front ! 5.00/5 31 votes

« Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ! » Michel Audiard, Les Tontons flingueurs

Et l’on pourrait presque ajouter : « les pauv’cons has-been du show-biz et les sombres cons politiciens sur le retour, ça ose même bien plus encore… »

Car le chanteur sionisto-sarkolâtre pied-noir au Q.I. d’âne mort et le politicard trotsko-révolutiono-sénatorial à con-pas plus trop d’équerre devenu désormais complètement marteau, viennent de se rejoindre à quelques heures d’intervalle, dans l’outrance de cons-cours et le point Godwin version Guiness des Records, nous donnant à voir une spectaculaire mais finalement pas si improbable alliance dépassant très largement les limites de la traditionnelle con-frérie UMPS, nous servant un cocktail aussi détonnant que déconnant, à propos duquel le témoin impartial – et incrédule – serait bien en peine de dire ce qui est en réalité le plus impressionnant chez ces deux con-pères de la bienpensance à semelles de plomb : la débilité crasse qui les caractérise… ou la saloperie intégrale qui les habite. A moins que ce soit les deux, mein Furher ?

Aliyah, pas très claire fontaine…

C’est le chanteur de Con-stantine, au bon cœur si spectaculairement médiatique, mais à géométrie tellement variable (on le verra plus loin), qui avait lancé ce con-cours de l’outrance, ce bal des faux-culs et des vrais cons, dès le week-end dernier : lors d’une entrevue à BFM TV, et évoquant une désormais possible élection de Marine Le Pen à la Présidence de la République, Enrico (comme la lune) avait déclaré : « à ce moment-là, je ferai vraiment mon aliyah », ajoutant immédiatement dans la foulée, et plus mégalo que lui tu meurs : « Et j’entraînerai avec moi toute la communauté juive de France ». Poï ! Poï ! Poï ! Rien que ça… on pouvait alors encore en rire, même s’il est plus élégant et plus charitable de ne pas pouffer au passage d’une ambulance, surtout quand elle est psychiatrique. Mais on avait en vérité (si je mens !) encore rien vu…

Le chanteur, désormais – visiblement – en état de déliquescence intellectuelle très avancée (il ne partait pourtant déjà initialement pas de bien haut, mais tout de même : on est obligé de constater la dégringolade), en a depuis rajouté une nouvelle couche ce vendredi sur TV5 Monde : « Je le dis aux musulmans et à la communauté juive, si Marine Le Pen vient au pouvoir, je vous en supplie, ne restez pas en France ».

Parce que « bon sang, mais c’est bien sûr ! », et c’est le chanteur malheureux, le « gentil » con-génital, le « mendiant de l’amour » qui vous le laisse implicitement entendre : si Marine le Pen était un jour élue Présidente, de gigantesques ratonnades anti-arabes – comme celles que ses « héros » israéliens perpétuent depuis des décennies sur les palestiniens, sans heurter le moins du monde son humanisme très orienté kasher, sans doute ? – seraient aussitôt organisées dans toute la France !

Plus fort encore (et plus habituel aussi) : ce serait évidemment, immanquablement, le retour des « heures les plus sombres » de notre histoire pour les juifs de France ! Je cite encore, et accrochez-vous aux barreaux de la cellule psychiatrique, j’enlève la camisole : « je ne veux pas que la France redevienne la France de Vichy »… et aussi : « Je vais vous dire, il faut être vigilant. L’histoire est malheureusement un éternel recommencement ». Avant de con-clure, ne reculant plus devant rien : « Le FN, l’extrême droite, reprend tous les poncifs de ce qui a précédé la Shoah… les sondages donnent Marine Le Pen 1ère au premier tour en 2017, qu’est-ce que ce sera en 2022 ? Elle pourrait avoir le pouvoir. Et si la France redevient comme du temps de Vichy, pourquoi je resterais en France ? ». Je n’invente rien. D’ailleurs, ça ne peut pas s’inventer, des trucs comme ça…

Celui qui fut tout au long de sa vie publique une girouette politique tournant con-stamment dans le sens du vent sioniste ou supposé tel, de ce fait et successivement – attention au vertige, à l’appel du vide – mitterrandophile (1981-1995), puis colistier de Bernard Tapie (élections régionales de 1992) et enfin sarkolâtre béat (2005)… tout en ne se privant pas de déclarer à la même époque qu’il aurait d’enthousiasme soutenu Laurent Fabius ou Dominique Strauss-Kahn s’ils avaient étés candidats (on se demande bien pourquoi, tiens…), critiquant dans le même temps vertement Ségolène Royal, vraiment pas assez solidaire de l’état sioniste à son goût (1), celui qui a donné vendu de l’amour tout au long de sa carrière, avait déjà montré en plusieurs occasions, et généralement toujours à propos du même sujet clairement obsessionnel pour lui (2), qu’il savait avoir un sens de l’humour,noir, et même très noir. Ainsi, lors de l’un de ses très nombreux passages en Israël, il avait récemment déclaré : « je pense qu’ils [les Arabes israéliens] peuvent s’estimer heureux : ils vivent en Israël, un pays démocratique ». Evidemment, vu sous cet angle… comme avait dit en son temps l’ami Coluche : « C’est les pauvres qui vont être content de savoir qu’ils habitent un pays de riches !»

Avouons que regarder aujourd’hui Enrico s’exprimer sur la vie politique française et sur le Front National en particulier, constitue sans doute une publicité, un argument ultime des plus efficaces pour vaincre enfin les dernières réticences des Français à l’égard d’une désormais prochaine et inéluctable légalisation de l’euthanasie : moi-même, foncièrement réfractaire à ce grand progrès de l’inhumanité heureuse, j’avoue que d’un seul coup, un doute m’habite… et pas forcément à col roulé (comme aurait pu le dire Pierre Desproges).

Tant va la Méluche à l’eau qu’à la fin elle nous les casse

Bien décidé à ne pas se faire piquer la vedette du buzz médiatique antifa de carnaval par un chanteur loukoum qui ne vend plus de disques que dans quelques établissements de soins palliatifs, Merluchon, l’éructant autoproclamé défenseur d’un petit peuple de France dont il n’est pas issu, qui l’ignore royalement et dont il n’a jamais partagé ni le mode de vie ni les galères, les orteils bien au chaud dans ses charentaises politiciennes et sénatoriales, a surenchéri sur notre roucouleur en fin de parcours avec la délicatesse pachydermique, le sens de la nuance et la bonne foi qui le caractérisent…

Profitant de la sortie prochaine d’une nouvelle édition du Mein Kampf d’Adolf Hitler (dont les droits tomberont en janvier 2016 dans le domaine public) chez Fayard, une maison d’édition qui est également la sienne, la Méluche s’est fendu d’un billet à vocation incendiaire sur son blog le 22 octobre, un billet dont le titre bat haut la main tous les records en matière de réductio ad Hitlerum et de bêtise. Je cite :

« Non ! Pas Mein Kampf quand il y a déjà Le Pen ! »… si. Il en est là, le pauvre !

Et d’ajouter aussitôt, tançant son éditeur indigne :  « dans toute l’Europe et en France, l’ethnicisme le plus ouvert et barbare s’affiche de nouveau » , fustigeant dans la foulée, jamais en peine d’outrances grandiloquentes et d’amalgames foireux, et accroché comme un morpion au cul de la rossinante médiatique à l’occasion de la pantalonnade DPDA que vient de nous offrir notre télévision de sévice public version France 2 (avec un Pujadas en exécuteur des basses œuvres du duo Camba-Sarko), fustigeant donc ce monde « sans mémoire » qui voit le « service public de télévision promouvoir sans fin les nouveaux visages de l’ethnicisme dans notre pays ». Je n’invente rien, et pour la preuve, c’est ici.

« Quand les bornes sont franchies, il n’y a plus de limites » disait le Sapeur Camember. Avec Mélenchon, nous en avons une nouvelle fois la démonstration éclatante.

Mais si l’outrance « abracadabrantesque » de Macias pouvait légitimement trouver en guise d’excuse (ou en tout cas de diagnostic) un encéphalogramme plat jusqu’à l’extravagance, concernant le Tartarin de Taras-con du Parti de Gauche, l’explication ne tient pas tant à la bêtise surjouée du bonhomme qu’à sa haine sectaire et à sa crapulerie politicienne, deux « qualités » bien plus réelles encore et hautement remarquables chez notre gaillard, « qualités » qui auraient sans nul doute fait de lui un commissaire politique redoutable en Chine communiste ou en Russie soviétique, ou plus encore un Fouquier-Tinville de première force sous cette terreur révolutionnaire qu’il revendique, et dont il rêve apparemment chaque matin en se rasant (ou, en ce moment, en ne se rasant plus).

Saisissons l’occasion… poil aux cons !

Au fond, et pour con-clure ce très vilain petit billet… l’occasion délectable qui s’offrira bientôt à tous de faire foncièrement ch… ces tartuffes, ces vrais ou faux-cons mais véritables salopards d’un antifascisme d’opérette, plus généralement ces « résistants » de carnaval politico-artistico-médiatique qui « voient des fascistes partout », pourrait bien devenir une motivation supplémentaire et peut être décisive, à même d’inciter plus de Français encore à voter Marine Le Pen ou FN en décembre prochain, lors des régionales.

Car avouez-le (parce que « nous afons les moyens de vous faire parler ! Ja, ja ! ») : provoquer dans le même temps – et par la grâce d’un simple bulletin de vote – l’alyah d’Enrico (comme un panier), le faire enfin franchir le rubi-con en quelque sorte, et provoquer la possible syncope, la prise de maquis ou la retraite précipitée de la Meluche, et cela sans même compter les exils déjà annoncés d’un Noah, d’un Nagui ou d’un Anthony Delon (si, si), et sans doute bien plus parce qu’affinités dans ce petit monde merveilleux de la boboïtude parisienne que la planète entière nous envie, ça ne se refuse pas. Alors… en décembre, tous à vos bulletins de vote : ce n’est qu’un début, continuons le combat cons-bas !

Marc LEROY – La Plume à Gratter

_____

1) Enrico Macias : « bientôt, j’émigrerai vers Israël », JSSNews, février 2014 (source)

2) Enrico l’a dit lui-même : « Je vis avec Israël, quand je m’endors le soir mon cœur bat pour Israël et quand je me réveille aussi » (même source)

EmailPrintFriendlyBookmark/FavoritesFacebookShare

Mots clés : , , , , , , , ,

15 Responses to Jean-Luc Macias et Enrico Mélenchon, mêmes cons-bas… du Front !

  1. Sigrid le 3 novembre 2015 à 11 h 50 min

    Peut-on en conclure que grâce à cet article nous avons deux con-cassés ?

  2. Hydro le 25 octobre 2015 à 17 h 56 min

    J’ai beaucoup ri, merci.
    En ces temps de félonies affichées et revendiquées de toutes parts par des internationalistes de tout poils (rêverie de Grand Soir oblige…) ayant pour point commun la haine de la France et de son Histoire ce genre de prose est plus que roborative.
    Encore merci.

  3. LeonZ le 25 octobre 2015 à 11 h 33 min

    a propos de Mein Kampf. Si nos hommes politiques l’avaient lu avant de prendre l’avion pour Munich, le monde en eut peut-être été changé.

    Mais l’histoire hélas se répète. Nos hommes politiques qui veulent nous faire croire que l’Islam est une religion de paix (pet?) non jamais ouvert le Coran. Si ils osaient, le monde en serait peut-être changé?

    • marc le 26 octobre 2015 à 11 h 49 min

      Certains, premiers donneurs de grandes et belles leçons de tolérance à l’égard de l’Islam, reconnaissent même… ne pas l’avoir lu, comme Juppé ! Le ridicule ne tue pas, surtout en politique, et c’est bien dommage !

      Amitiés

      Marc LEROY – La Plume à Gratter

  4. M. A. le 25 octobre 2015 à 9 h 15 min

    Bravo La Plume. C’est bon de dénoncer cela, trop c’est trop.

    • marc le 26 octobre 2015 à 11 h 49 min

      Merci M.A.

      Oui, au moins leur mettre le nez dedans, à ces cuistres !

      Amitiés

      Marc LEROY – La Plume à Gratter

  5. Koltchak91120 le 24 octobre 2015 à 16 h 18 min

    J’ai perdu 25 neurones,
    Oui madame et j’en ai la preuve,
    Tout à l’heure quelqu’un m’a dit
    Tu ressembles à François Flanby…

    • marc le 26 octobre 2015 à 11 h 51 min

      Même en perdant 25 000 neurones, tu en auras encore cent fois plus que les deux guignols à QI de marenne d’Oléron évoqués dans mon papier, amiral !

      A très bientôt pour notre déjeuner de réacs fascisants !

      Bise

      Marc LEROY – La Plume à Gratter

  6. crisfi le 24 octobre 2015 à 15 h 07 min

    Des vieux cons !

    • marc le 26 octobre 2015 à 11 h 53 min

      Et encore, crisfi… je me demande si nous ne sommes pas tous les deux très injustes, très insultants envers les cons. Ces deux-là, et comme le disait Gabin dans le Cave se rebiffe sous la plume d’Audiard : « si la connerie se mesurait, ils serviraient de mètre-étalon. Ils seraient à Sèvres » :-)

      Amitiés et au plaisir de vous relire ici

      Marc LEROY – La Plume à Gratter

  7. PR CALGUÈS le 24 octobre 2015 à 14 h 50 min

    Allez, Gaston !
    Fais nous vite ton Aliyah.
    Mais pour de vrai, hein!

    • marc le 26 octobre 2015 à 11 h 55 min

      J’y pense tous les soir en me couchant et tous les matins en me levant… chacun ses obsessions ! Gaston… poil aux … !

      Amitiés

      Marc LEROY – La Plume à Grattter

  8. JJB le 24 octobre 2015 à 12 h 00 min

    Concernant ce concours de QI d’huître de Concarneau vous avez omis le conchoïdal qui leur convient. Et le con-d’or revient à…peu importe, le perdant est un con-vaincu.

    • marc le 26 octobre 2015 à 11 h 58 min

      C’est vrai qu’il y a quelques con-sternants, parmi nos con-patriotes hérauts autoproclamés de la bonne con-science… cela dit sans méchanceté, et même en toute con-fraternité !

      Marc LEROY – La Plume à Gratter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*