Europe

C’est en Italie que se joue l’avenir de l’Europe – Par Denis Collin

Europe
Le 29 octobre 20180
Luigi Di Maio et Matteo Salvini

Publié le : 12 octobre 2018 Source : la-sociale.viabloga.com Note de La Plume : très intéressant article sur la situation italienne d’un « homme de gauche » lucide et honnête… malgré quelques piques partisanes que nous ne cautionnerons pas, c’est assez rare pour être relayé ici ! Retour sur la situation italienne et les leçons qu’on en peut tirer pour la France Depuis la formation de cet étrange gouvernement Lega-M5S, l’Italie est devenue pour les progressistes autoproclamés le repoussoir parfait. Salvini est un fasciste, son gouvernement est fasciste et il n’y a pas à discuter de tout cela. Celui qui demande une analyse un peu plus approfondie, un peu plus subtile est déjà en train de faire le jeu du fascisme, de tisser la toile des « rouge-brun » ou d’organiser le front unique des « populistes » et des souverainistes, deux catégories que tout homme de gauche se doit d’abhorrer par-dessus-tout. Qu’on nous permette...

Lire la suite

En Bavière, intox et manipulation après les élections – Par Tarick Dali

Europe
Le 15 octobre 20180
Ca commence à sentir le pâté pour Tatie Merkel Outre-Rhin...

Publié le : 15 octobre 2018 Source : polemia.com Rien de plus prévisible qu’une soirée électorale ! Non pas grâce aux sondages, mais du fait des médias dont on sait, par avance, ce qu’ils diront et qu’ils se copieront les uns les autres. La soirée de dimanche dernier n’a pas dérogé à la règle, qu’on l’ait suivie en France ou en Allemagne : la CSU a essuyé un cuisant revers, les Verts sont les grands vainqueurs, l’extrême-droite effectue une percée historique. Et le choix des médias, unanime, est clair : la CSU doit, au parlement de Munich, constituer une majorité avec les Verts, histoire de pérenniser le merkelisme, version allemande du macronisme ou du juppisme. Le revers du CSU Ce scénario n’a aucune cohérence politique et les intéressés n’en veulent pas, mais les médias tentent de l’imposer, relayant, ce faisant, la volonté de moins en moins discrète des technocrates de l’Union européenne...

Lire la suite

Budget italien : le bras de fer avec l’UE est engagé – Par Jacques Sapir

Europe
Le 15 octobre 20180
Matteo Salvini, pire cauchemar des europeistes de Bruxelles

Publié le : 13 octobre 2018 Source : dedefensa.org La présentation du budget italien est en train de soulever un problème de compatibilité avec les institutions européennes (sur l’ampleur du déficit) ainsi qu’une vive polémique en Italie. Il est désormais clair que l’on va vers une crise d’ampleur entre l’Union européenne et l’Italie. Le ministre de l’intérieur italien et Vice-Premier ministre, M. Matteo Salvini, avait déclaré à la fin du mois de septembre qu’il soutenait une proposition de « limiter le déficit » autour de 2%. Cette déclaration était importante, car elle émanait d’un dirigeant qui avait fait campagne sur une rupture franche avec les règles de l’Union européenne. De plus, les sondages réalisés en Italie montraient (et continuent de montrer) que M. Salvini jouit d’une incontestable popularité (entre 60% et 75% d’opinions favorables) et que son parti, la Lega, semble avoir le vent en poupe. Il a obtenu...

Lire la suite

L’impasse européiste – Par Jean Bricmont

Europe
Le 15 octobre 20180
L'Europe, désormais ouvertement allemande, n'est plus qu'un radeau de la Méduse géopolitique et économique..

Publié le : 04 octobre 2018 Source : francais.rt.com Le ralliement du Rassemblement national et de la France insoumise à la non-sortie de l’Union européenne peut être vu par les européistes comme un grand succès. En réalité, ils ont gagné une bataille mais pas la guerre, ce que je voudrais expliquer ici. Ma critique de la construction européenne n’est ni de gauche ni de droite. Aujourd’hui, à gauche, on est presque unanime à critiquer l’Union européenne comme étant néo-libérale ; mais le problème est bien plus profond que cela et provient de ce qu’on pourrait appeler le théorème fondamental de l’impasse européiste : on ne peut pas forcer à s’entendre des gens qui ne s’entendent pas spontanément. J’ai vécu la plus grande partie de ma vie dans un pays, la Belgique, dont la devise est «l’union fait la force». Ce principe est peut-être vrai dans l’abstrait, mais la Belgique est...

Lire la suite

L’UE profite aux multinationales et non aux peuples – Entretien avec Inge Rauscher

Europe
Le 10 octobre 20180
L'Europe à la botte des lobbies industriel et agroalipmentaire

Publié le : 08 octobre 2018 Source : zeit-fragen.ch/fr Autriche : interview de Inge Rauscher, présidente de l’« Initiative Heimat & Umwelt » et porte-parole du comité interpartis en vue d’un retrait de l’UE Il y a trois ans, eut lieu une semaine de récolte de signatures pour l’initiative populaire autrichienne demandant la sortie de l’UE. Pour pouvoir remettre une telle initiative au Parlement, il fallait avoir obtenu 100 000 signatures de citoyens autrichiens, déposées personnellement dans une liste auprès d’une administration communale, démontrant ainsi sa volonté d’obtenir une votation populaire concernant la sortie de l’UE. Malgré ces difficultés et un boycott parfait de la part des médias, l’initiative obtint 261 000 signatures, ce qui ressemblait à un tremblement de terre en Autriche. Toutefois, le Parlement refusa de respecter cette claire volonté de la population. « Zeit-Fragen » s’est entretenu avec Inge Rauscher, présidente de l’«Initiative Heimat und Umwelt», l’une de principales initiatrices de ces...

Lire la suite

Viktor Orbán réélu : la mise à mort de TINA – Par Ferenc Almássy

Europe
Le 11 avril 20180
Viktor Orban

Publié le : 10 avril 2018 Source bvoltaire.fr TINA : There Is No Alternative, soit, en bon anglois, « il n’y a pas d’autre choix ». C’est le dogme du néolibéralisme anglo-saxon, destiné à dominer le monde et imposer la marche inéluctable du progrès ; comprendre : éclatement des nations, destruction des religions, démembrement des familles, dissolution des individus. La fin de l’Histoire et le règne d’une tyrannique société de consommation. Mais si Poutine apparaît comme un possible opposant à cette vision du monde terrifiante pour quiconque aime l’humain pour ce qu’il est, la Russie reste dans beaucoup d’esprits un ogre effroyable, trop différent de l’Europe, avec qui pactiser n’est pas possible. Et puis, la Russie, certes bien moins impérialiste que les États-Unis, n’est pas toujours commode avec son entourage proche – et c’est peu dire. Et si le changement venait d’un petit pays au cœur de l’Europe ? Qui plus est, au sein de...

Lire la suite

Lettre d’un Européen de l’ouest aux dirigeants et aux peuples de l’Europe de Visegrad – Par Yann Vallerie

Europe
Le 5 avril 20180
Migrants clandestins à Paris en 2018

Publié le : 03 avril 2018 Source : polemia.com Le journal conservateur hongrois Magyar Idök a récemment publié une lettre ouverte adressée par Yann Vallerie aux dirigeants et aux peuples de l’Europe de Visegrad. Une lettre ouverte – publiée à quelques jours d’élections majeures en Hongrie, le 8 avril – dans laquelle ce dernier alerte sur la situation des Européens de l’Ouest, sur les menaces qui pèsent sur eux, et sur l’espoir que suscite le réveil des nations de Visegrad chez des millions de gens, à l’Ouest. Une lettre très provocatrice qui a eu un écho important en Hongrie. Messieurs, Ceci est à la fois la lettre et l’appel à l’aide d’un Européen aux dirigeants et aux peuples de l’Europe de Visegrad. J’ai 34 ans, je suis Breton et citoyen français, journaliste indépendant de profession. Je vous adresse cet appel à l’aide au nom, je le sais, de nombreux...

Lire la suite

Zone euro : la fracture politique s’élargit – Par Ashoka Mody

Europe
Le 29 mars 20180
la chute de l'euro

Publié le : 21 mars 2018 Source : lesakerfrancophone.fr Deux élections européennes – en Allemagne le 24 septembre 2017 et en Italie le 4 mars 2018 – montrent que les peuples d’Europe se séparent. Une grande partie de l’approfondissement récent de ces divisions peut être attribuée à la monnaie unique de l’Europe, l’euro. Cet article fait valoir que la fracture politique en Europe peut maintenant être difficile à réduire en l’absence d’un changement d’orientation vers les priorités nationales qui accordent une attention urgente aux besoins de ceux qui sont laissés pour compte. L’économiste de l’Université de Cambridge, Nicholas Kaldor, a été le premier à avertir que l’euro diviserait l’Europe (réimprimé dans Kaldor 1978). Sa critique date de mars 1971, en réponse au rapport de la Commission Werner, qui présentait le plan original de ce qui allait finalement être l’architecture de la zone euro (Werner 1970). Kaldor a écrit qu’une politique monétaire unique...

Lire la suite

Italie : l’incompréhension acharnée de l’élite politique et médiatique française – Par E&R

Europe
Le 12 mars 20180
Quelle surprise Attali et Macron ne comprennent rien à ce qui s'est passé dans les urnes italiennes

Publié le : 06 mars 2018 Source : egaliteetreconciliation.fr On en parle et en reparle parce que c’est vraiment un tremblement de terre majeur sur le sol européen. Le Brexit, cette sortie britannique de l’UE, c’est de la petite bière à côté. Et surtout, les Italiens ont joué le jeu de l’Europe depuis le début, ce qui n’a pas toujours été le cas de la traîtresse Angleterre, cette fifille à peine cachée des USA. L’Italie a voté à 70% contre l’Europe et l’invasion migratoire ce dimanche 4 mars 2018. Ce qui ne veut pas dire que les Italiens ne se sentent plus européens – ou frères d’Europe – ni qu’ils haïssent les étrangers. Bien au contraire : l’Italie est un pays de grande culture et d’ouverture. Ce dont l’oligarchie européenne ou européiste a profité pour déséquilibrer les rapports sociaux dans le pays, à l’image de la France. Tous les pays...

Lire la suite

Brexit : Les choses sérieuses commencent – Par Charles Gave

Europe
Le 12 mars 20180
Comment l'UE réagira-t-elle vraiment en cas de victoire du Brexit

Publié le : 05 mars 2018 Source : institutdeslibertes.org Il y aura bientôt deux ans, les Britanniques ont voté pour sortir de la construction européenne, à la stupéfaction de tous les observateurs intelligents parmi lesquels je ne me comptais pas tant je connaissais mes amis britanniques. Il n’est pas vraiment nécessaire de revenir sur les raisons qui m’avaient amené à cette conclusion si ce n’est pour rappeler que les Anglais, ayant inventé la démocratie parlementaire, ne voyaient pas pourquoi ils devaient être gouvernés par des gens que personne n’avait élu et que personne ne pouvait virer.  Comme le disait Tony Benn, un gauchiste s’il en fût, mais un vrai Anglais « La démocratie consiste à voter pour des incompétents pour pouvoir les virer cinq ans plus tard ».  Aucune des conditions n’étant remplie dans les institutions Européennes, à l’exception bien sûr de celle de l’incompétence, les Britanniques ne pouvaient que sortir, ce qu’ils firent Une fois le résultat...

Lire la suite