Les Derniers Articles de La Plume

Que la Macronnie se le tienne pour dit : La Plume « revient de vacance » en août !

31 juillet 20172
Que la Macronnie se le tienne pour dit : La Plume « revient de vacance » en août ! 4.83/5 24 votes

Après pas loin de trois mois d’un silence assourdissant et jusqu’à aujourd’hui inexpliqué auprès de ses lecteurs, La Plume à Gratter va (enfin ?) « revenir de vacance » et reprendre ses activités de lecture, de critique voire de dénonciation de l’actualité politique, diplomatique, sociale ou sociétale française, et plus largement de la France et du monde tels que ces deux grands malades vont, c’est-à-dire complètement de travers…

Parler de « malades » me semble d’ailleurs singulièrement optimiste, tant il est vrai que l’on peut avoir bien plus encore le sentiment de contempler des presque cadavres qui bougent désormais à peine, après (au niveau mondial) les spectaculaires et amères déceptions géopolitiques générées par les reniements électoraux, les revirements impérialistes et russophobes d’un Président américain qui nous a « trumpé » énormément, après (à l’échelon français) le résultat pour moi encore aujourd’hui sidérant, simplement incompréhensible, des dernières élections présidentielles et législatives qui ont vu débarquer à l’Elysée un produit marketing, une baudruche politique d’une médiocrité abyssale fabriqués presque intégralement par nos merdias pour sauver l’oligarchie, et à l’Assemblée, une armada de députés godillots souvent improbables ou d’adversaires d’opérette, qui prétendent incarner une opposition crédible, « constructive » ou pas, en s’abstenant de voter, en trahissant dès les premiers jours leurs électeurs, ou en… ne portant pas de cravate, en exhibant des conserves et en apparaissant carrément totalement débraillés dans l’hémicycle (comme le pathétique « cinéaste » Ruffin), le tout pour « faire peuple », bien évidemment…

Le long, inhabituel et (pour nombre d’entre vous qui me l’ont fait savoir d’une façon ou d’une autre) inquiétant silence de La Plume et de son taulier, a eu pour origine principale une convalescence contrariante pour ne pas dire compliquée… si depuis octobre dernier, le « crabe » n’a apparemment pas réinvesti la place, il a laissé derrière lui, comme souvent les locataires ou plus encore les squatters indésirables (pléonasme !) bon nombre de « dégâts collatéraux » qui ont laissé votre serviteur sur le flanc, sans plus de force physique que morale, et si la citation latine mens sano in corpore sano a depuis fort longtemps fait la preuve de sa véracité, son exact contraire serait tout aussi pertinent, certains d’entre vous le savent sans doute malheureusement déjà. Je passerai sur des détails qui au fond n’intéressent que moi, et me contenterai d’écrire ici que cela va plutôt mieux à présent, suffisamment en tout cas pour m’inciter à reprendre aujourd’hui le collier… qu’avec la fatigue qui s’estompe enfin l’envie d’en découdre revient, que l’abattement démobilisateur fait de nouveau place à la saine colère, que des idées nouvelles, des projets pour alimenter, faire vivre La Plume et informer bien plus encore ses chers lecteurs, se font jour…

Me reste forcément à exprimer ici et à l’intention de tous ceux qui se sont inquiétés, qui m’ont écrit sans succès pour avoir des nouvelles, mes plus plats et plus sincères regrets pour le silence coupable dans lequel je les ai laissés, ne répondant même plus aux courriels qui me parvenaient ces dernières semaines. Ce silence là, rien je le sais ne saurait le justifier, et les quelques éléments évoqués plus haut ne sont en aucune façon des excuses, à peine sans doute des explications… je vous demande à tous sincèrement pardon si je vous ai inquiétés, peut-être déçus ou pire encore blessés… telle n’était évidemment pas mon intention, et je me rends compte en écrivant ces lignes à quel point vous m’avez en réalité manqué !

Oui, la France est donc aujourd’hui à terre, et tellement humiliée, désarmée, trahie, que l’on en vient à se demander si elle pourra encore descendre plus bas sans disparaître tout à fait. Quant au monde… toutes les inquiétudes semblent désormais pouvoir se faire jour, entre une crise économique qui est très loin d’avoir fait ses dernières victimes, un désastre écologique (pollution, destruction de la biodiversité) qui s’amplifie, un chaos géopolitique, migratoire, un renoncement civilisationnel et identitaire européen qui ne cessent de croître et, terrifiant enfant des deux précités, une folie islamiste qui perdure, semant un peu partout le nihilisme, la barbarie et la mort. Ne manquait plus, pour parachever ce funèbre tableau, que la possibilité de moins en moins improbable d’un embrasement général provoqué par l’hégémonisme revigoré de l’Oncle Sam, « grâce » aux actions combinées et désormais clairement complices de l’« état profond » américain et de sa nouvelle marionnette à moumoute qui trône à la Maison Blanche, ce Donald Trump que nous avions naïvement cru (peut-être ?) apte à nous éviter les dérives bellicistes et irresponsables de Crazy Hillary… terrifiant, démoralisant tableau que tout cela, j’en conviens… Mais comme l’a écrit Rostand dans Chanteclerc : « C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière ». Et même si l’on a parfois bien du mal à « croire » encore, il faut au moins essayer de se battre, tenter de rester debout en criant au moins, comme l’a fait avant de « rendre sa lame » et à la face de ses vieux ennemis « le mensonge », « les compromis », « les préjugés », « les lâchetés », « la sottise », Cyrano de Bergerac sous la plume admirable du même Rostand : « C’est inutile?… Je le sais ! Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès !Non ! Non !, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile ! »…

Inutile ou pas, combat perdu d’avance ou non, l’honnête homme, encore plus lorsqu’il se sent porteur d’un héritage qui l’oblige encore bien plus qu’il l’honore, lorsqu’il se sait dépositaire d’une culture, d’une civilisation, d’une identité forgées par des siècles d’histoire remarquable, de patriotisme et de sacrifices admirables, se doit de se redresser encore et encore pour tenter d’apporter sa pierre même modeste au combat pour la sauvegarde, pour le renouveau du pays qui est le sien, pour la défense acharnée des « valeurs » et traditions qui lui sont propres, pour la pérennité de ses singularités culturelles ou sociales. En deux mots comme en cent, pour son identité et sa souveraineté. « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux »… la maxime de La Boétie, devise de La Plume à Gratter, n’a jamais été en vérité autant d’actualité…

Alors oui, et au Diable la modestie, il faut repartir au combat… que la Macronnie se le tienne donc pour dit : La Plume est de retour !

Marc LEROY – La Plume à Gratter

EmailPrintFriendlyBookmark/FavoritesFacebookShare

Mots clés : , ,

20 Responses to Que la Macronnie se le tienne pour dit : La Plume « revient de vacance » en août !

  1. Vent d'Est, Vent d'Ouest le 18 août 2017 à 19 h 32 min

    Bonjour Marc,

    À l’instar de tous, quel soulagement et quel ravissement de vous retrouver au mieux de votre forme ! Vous nous avez beaucoup manqué et personne ne vous en veut, croyez-moi, de ce silence imposé.
    Merci de nous être revenu.
    Bises amicales

  2. Carine le 6 août 2017 à 23 h 34 min

    Bravo !
    Et merci !
    Et moi qui croyais que tu étais à la campagne, sans connexion internet …
    Bises et porte-toi bien !

  3. PR CALGUÈS le 2 août 2017 à 12 h 46 min

    Ah, nom d’une pipe, quelle bonne nouvelle !
    Marc Leroy est de retour, alléluia !

    • marc le 2 août 2017 à 17 h 26 min

      Cher PR CALGUÈS,

      merci, « nom d’une pipe », de votre continuel soutien, qui n’est pas de bois ! :-)

      Votre ami, toujours, malgré ses coupables silences…

  4. trechelaplaine le 2 août 2017 à 1 h 43 min

    Enfin ! La Plume est de retour ! L’inquiétude laisse la place au soulagement et à la joie de revoir La Plume en pleine forme. Toujours le même plaisir à vous lire….votre absence nous a pesé !

    • marc le 2 août 2017 à 17 h 24 min

      Cher trechelaplaine,

      pleine forme, c’est beaucoup dire :-) mais cela va mieux ! Je digère peu à peu mes petits soucis personnels et ceux, bien plus grands encore, qui affligent la France… que faire, si ce n’est se relever, droits dans nos bottes comme dirait le crâne en peau de fesses bordelais, se battre à notre modeste mesure, essayer de réveiller nos concitoyens…

      Oui, la tâche est immense, sans doute trop grande pour nous, mais bon… on va continuer ! Merci d’être déjà, et encore une fois là pour ma reprise de Plume !

      Amitiés

      Marc

  5. MAUGEST Laurence le 1 août 2017 à 14 h 21 min

    Bravo pour cette énergie qui va plumer Macron et chatouiller ses sbires. Contre la boboisation du monde toujours … Amicalement

    • marc le 1 août 2017 à 18 h 43 min

      Bonjour Laurence,

      oui, cette fois, j’espère que c’est vraiment reparti ! Tu as raison, il y a du pain sur la planche pourrie et déprimante de la Macronnie ambiante, et pas qu’un peu, mon n’veu : des tartuffes à dénoncer, des baudruches à dégonfler, des cuistres à éparpiller façon puzzle… au boulot, donc !

      Bises et à très bientôt, j’espère !

  6. JOSEPHINE le 1 août 2017 à 11 h 46 min

    Vous êtes là Marc Leroy, ALLELUIA ! et de grâce…ne repartez plus. La plume va devoir gratter sec sur l’imposteur de l’Elysée. Merci d’être revenu après une traversée du désert au « vert ». Hauts les Coeurs et continuez de vous porter de mieux en mieux. Ouf, vous nous avez flanqué une sacrée peur !

    • marc le 1 août 2017 à 18 h 40 min

      Chère Joséphine,

      votre si gentil message me touche au plus haut point… et comme je viens de l’écrire à Jean-Jacques, il me fait rétrospectivement bien honte d’avoir ainsi disparu de la circulation sans donner les raisons de mon silence intégral. Je pensais régulièrement reprendre, beaucoup plus tôt, en juin, puis en juillet, et puis… la fatigue et le temps faisaient leur oeuvre. Je me gifle moralement de vous avoir fait peur. Je vous promets qui si la vie m’oblige à faire un nouveau break, j’en tiendrai tout le monde au courant, tout de suite ! Pour l’heure, je rédige mon « vrai » papier de rentrée, qui devrait s’intituler : « De quoi la Macronnie est-elle réellement le nom ? »

      Bises et merci de votre attention fidèle et… inquiète !

      • JOSEPHINE le 2 août 2017 à 8 h 19 min

        Pas de mea culpa, pas de gifles, mais une irrésistible envie de Vivre ! Notre peur n’est rien à côté de celle qui a du être la vôtre durant cette retraite nécessaire. Si vous avez déjà un titre, c’est que le moral est de retour et c’est bon signe. J’avais reçu une photo du Macron debout,les bras levés vers le ciel, déguisé en genre de Messie tout auréolé qui nous était arrivé avec ces mots « A moi les truands, les traîtres de tous bords, et A moi Les simples d’esprit » ! J’attends avec impatience le moment où ce chef des forbans va faire Pschitt ! tel un ballon de baudruche. Ne suis pas devin mais il va nous faire un sacré plongeon l’Macron, sans gilet de sauvetage. Je vous embrasse amicalement, et comptez sur ma fidélité.

        • marc le 2 août 2017 à 17 h 26 min

          Chère Joséphine,

          je vous embrasse tout aussi amicalement :-)

          Merci !

  7. Soyeux jean-jacques le 1 août 2017 à 6 h 34 min

    Enfin,pas trop tôt. Grand plaisir de vous savoir vivant et de vous lire.
    Amitiés.J-J S

    • marc le 1 août 2017 à 18 h 34 min

      Oui Jean-Jacques,

      ce fut un long (trop long) silence de La Plume et, surtout, jamais je n’aurais dû vous laisser sans nouvelles. Je suis CON(fus)… milles pardons si je vous ai inquiété… je suis vivant. Pas super performant, mais ça va mieux !

      Sincèrement vôtre

  8. Frédéric le 31 juillet 2017 à 22 h 10 min

    Salut au Taulier! ^^
    Toujours un plaisir de lire tes articles. Vivement les videos… avant la fin 2017?
    Amicales salutations!

    • marc le 1 août 2017 à 18 h 32 min

      Cher Frédéric,

      merci de ton gentil commentaire ! Oui, normalement, les vidéos vont arriver dès la rentrée ! L’idée de vous imposer à tous ma tronche n’est pas spécialement ma tasse de thé, mais la vidéo est le moyen de traiter très rapidement toutes sortes de sujets qui ne nécessitent pas forcément un article, mais méritent d’être évoquées ou portées à la connaissance des lecteurs de La Plume. et puis… beaucoup d’internautes rechignent à lire plus de quelques phrases avant de décrocher. L’audiovisuel est sans doute un moyen de les atteindre aussi : plus on est de fous…

      Amitiés

  9. Boutfil le 31 juillet 2017 à 20 h 03 min

    ben c’est pas trop tôt ! enfin, on te pardonnes, bon, on t’attends toujours Jeudi hein ?
    bisous

    • marc le 1 août 2017 à 18 h 28 min

      Salut toi !

      Oui, j’ai fini par me décoller la pulpe du fond, mais bon sang… quelle couche il y avait !

      Bises et oui, bien entendu, à jeudi ! Toute mon affection à l’homo chiantus…

  10. Mildred le 31 juillet 2017 à 19 h 39 min

    Longue vie à La Plume !

    • marc le 1 août 2017 à 18 h 26 min

      On va essayer, Mildred, on va essayer ! :-)

      Bises et merci de votre patience et votre fidélité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*