Politique France

Le 23 avril, je suis Marine !

21 avril 20172
Le 23 avril, je suis Marine ! 5.00/5 27 votes

Marine Le PenAlors que la folie proprement suicidaire des dirigeants de l’Union Européenne a plongé depuis sept ans, de Cologne à Calais, le continent dans le chaos migratoire, après les terribles attentats islamistes qui ont ensanglanté Paris en 2015, après les évènements dramatiques qui ont à nouveau eu lieu en janvier, juillet et novembre 2016 et qui, tout le monde le pressentait alors, allaient en annoncer inévitablement d’autres, la France a encore été frappée à mort, hier soir, sur les Champs-Elysées, par le terrorisme islamique.

Le temps d’un sursaut urgent et massif du peuple français est venu : le scrutin présidentiel et les élections législatives qui vont suivre nous en offrent l’occasion idéale, impérieuse, et peut-être même ultime. Il en va tout simplement du destin, de la survie de notre cher pays.

Nous sommes, depuis plus de quarante ans, tous témoins du déclassement continuel de la France, de sa perte de plus en plus dramatique de souveraineté, sous les coups mortifères de la mondialisation libérale et de la dérive totalitaire et destructrice des nations qui est à l’œuvre au sein de l’Union européenne.

Nous sommes, depuis plus de quarante ans, tous témoins de l’évolution funeste de la société française, de la perte progressive de son identité singulière, de son atomisation communautaire, de la radicalisation religieuse d’une frange de plus en plus préoccupante de sa population, très majoritairement d’origine étrangère, sous les coups de boutoir d’une immigration devenue totalement incontrôlable.

Cette double évolution funeste, mortifère, a été initiée, voulue par tous nos derniers dirigeants politiques, de gauche comme de droite. « Grands candidats » à l’élection présidentielle, et à ce titre véritablement susceptibles d’accéder le 5 mai à la magistrature suprême, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon ou François Fillon ont tous été ministres de la République française dans des gouvernements qui ont participé activement à cette grande œuvre de destruction nationale. Ils ont tous exercé le pouvoir et accompagné, plus ou moins longuement, plus ou moins gravement, la politique du « grand renoncement » européiste et celle du « grand remplacement » identitaire, durant les quatre décennies qui ont mis une France souveraine, sûre de ses valeurs, de son identité et respectée dans le monde, celle que nous avait léguée le général de Gaulle, presque totalement à genoux.

Non contents de ruiner la France, de la sacrifier sur l’autel de la « déconstruction » européenne, de la dissolution civilisationnelle, ils ont constamment menti aux Français, et continuent encore et toujours de le faire, notamment à travers des programmes présidentiels irresponsables ou inexistants pour les uns, de pure circonstance pour les autres. Plus particulièrement, ils nous mentent toujours et encore au sujet des conséquences dramatiques et bientôt cataclysmiques de cette submersion migratoire qu’ils ont sciemment mise en œuvre et constamment favorisée, aussi bien sous des gouvernements de droite que de gauche, et qui nous a conduits depuis deux ans – et jusqu’à hier soir – à la terrifiante litanie des attentats islamistes que l’on sait. Il ne saurait donc être question de les laisser plus longtemps continuer à diriger le pays !

Non au vote futile !

Alors, oui : dans la situation d’extrême péril où se trouve la France, nos compatriotes doivent enfin se réveiller et reprendre fermement en main le cours de leur destin !

Les responsables politiques de la sphère nationale et souverainiste auraient dû, depuis bien longtemps, montrer l’exemple en dépassant les vieilles rancunes, les pathétiques chocs d’ego, les misérables plans de carrière et les petites rivalités d’appareils. S’ils portaient haut – comme l’assurent notamment François Asselineau et Nicolas Dupont-Aignan – l’amour de la France, les divergences futiles ou plus réelles sur des points en vérité totalement secondaires auraient dû être depuis fort longtemps mises de côté, car la division et la multiplication pathétique des ambitions et des candidatures ne servent qu’à fragmenter le vote patriote, et donc à conforter le système délétère que les deux candidats cités, qui n’ont pas la moindre chance d’être élus ni même d’espérer seulement atteindre le second tour de scrutin, prétendent pourtant vouloir combattre de toutes leurs forces. Oui, le simple bon sens, la défense du bien commun, celle des Français, plus encore l’intérêt supérieur de la Nation auraient dû de façon évidente, impérieuse, imposer l’union de tous les patriotes.

Au lieu de quoi… les réelles compétences des uns vont s’opposer en une lutte stérile, fratricide, dérisoire, aux énergies farouches des autres, et les suffrages des Français vont se disperser pour partie sur des candidatures de pur témoignage, que seuls peuvent en réalité expliquer l’orgueil surréaliste, procédurier et borné de l’un ou le cynique et dérisoire carriérisme politicien de l’autre.

L’incroyable détournement démocratique qui avait eu lieu lors des dernières élections régionales, privant le premier parti politique de France, bien que parvenu très largement en tête au premier tour, de sa victoire au second, aurait pourtant dû nous ouvrir définitivement les yeux : seul le dépassement des clivages partisans, seule une volonté farouche d’union, seront à même de faire sauter le verrou électoral imposé par le système en place, de nous faire gagner avant qu’il ne soit définitivement trop tard.

Si l’on veut vraiment enclencher une dynamique susceptible de nous conduire au succès, le vote patriote doit impérativement, et dès le 23 avril, porter au plus haut niveau possible, loin devant son adversaire systémique putatif, la seule candidate souverainiste à même d’atteindre le second tour de la présidentielle. Le seul vote vraiment utile, et dès le premier tour, C’est le vote Marine !

Union de tous les patriotes !

Oui, il nous faut désormais impérativement unir nos efforts, pour remporter le seul combat qui vaille : celui que nous devons tous mener pour restaurer la souveraineté française, réveiller la démocratie, et ainsi rendre enfin aux Français la maîtrise de leur destin. Ce double enjeu est le préalable impératif à toutes les batailles, vitales et souvent ardues, qu’il nous faudra mener ensuite :

Sans souveraineté pleine et entière, pas de politique monétaire, pas de politique industrielle, économique et sociale, pas de politique étrangère indépendante, pas de voix forte de la France dans le monde, pas de sécurité du territoire, pas de maîtrise des frontières, pas de contrôle ou de refus de l’immigration.

Sans réveil de la démocratie véritable, c’est-à-dire sans un respect scrupuleux de la volonté populaire clairement exprimée (via le référendum d’initiative populaire et le scrutin proportionnel), pas de communauté de destin, pas de solidarité face aux périls, pas d’identité nationale, pas d’intérêt, pas de bien commun qui s’imposent à tous.

Sous la Vème République, l’élection présidentielle au suffrage universel est l’unique rendez-vous électoral à même de procurer la légitimité démocratique nécessaire pour mettre en œuvre les changements radicaux qui s’imposent, pour rendre enfin à notre pays sa pleine souveraineté et son identité singulière.

Dans le paysage politique qui est aujourd’hui le nôtre, Marine Le Pen est de toute évidence la seule qui est capable de mener, d’incarner ce combat présidentiel pour la souveraineté avec de réelles chances de succès. Son courage face à l’adversité politique et l’hostilité médiatique généralisées, sa sincérité patriotique, sa force de conviction, sa légitimité démocratique qui la place très loin devant les autres candidats pouvant se réclamer du combat souverainiste devraient imposer à tous, personnalités, partis politiques ou simples patriotes et électeurs français, de venir la rejoindre.

Que nous soyons catholiques ou laïcs, gaullistes ou antigaullistes, républicains ou royalistes, d’origine étrangère ou identitaires, dès lors que nous avons réellement, viscéralement la France au cœur, nous n’avons définitivement plus le choix, plus le droit de continuer à nous tromper d’adversaire : nos véritables, nos seuls ennemis sont ceux qui gouvernent ou ont gouverné depuis trop longtemps notre pays, qui l’ont livré à la gabegie économique et à l’impuissance politique, à l’immigration de masse et au communautarisme, désormais au terrorisme islamique, et qui sont prêts à toutes les manipulations, toutes les combines d’appareils, toutes les candidatures sous faux drapeau pour tenter de conserver leurs places. Ils sont les ennemis mortels de la France éternelle, de cette France enfin rendue à elle-même que nous sommes si nombreux à appeler de nos vœux.

Alors, je vous en conjure, mes chers concitoyens : face à l’horreur djihadiste qui nous frappe, face aux périls qui sont encore devant nous, face aux défis colossaux que nous devrons relever pour rendre la France à son peuple, lors de ce scrutin du 23 avril qui s’annonce, et qui risque d’être l’une des dernières occasions qui nous seront offertes de combattre les conséquences délétères des politiques qu’on nous inflige depuis trop longtemps… oui, sans angélisme béat mais sans hésitation, avec réalisme et responsabilité, devant la France, devant son histoire et pour son destin, ne vous égarez pas dans des votes anecdotiques et donc inutiles, ou dans une abstention sans doute très confortable, mais stérile et bien plus encore, coupable. Clamez vous aussi, le plus fort possible, avec votre bulletin de vote, et dès le premier tour : « je vote pour la France, donc je suis Marine ! »

Marc LEROY – La Plume à Gratter

EmailPrintFriendlyBookmark/FavoritesFacebookShare

Mots clés : , , ,

21 Responses to Le 23 avril, je suis Marine !

  1. trechelaplaine le 24 avril 2017 à 9 h 49 min

    Sans surprise, il n’a pas fallu une heure à Fillon et les hypocrites qui l’entourent pour ramper au pieds de leurs fossoyeurs ! Leurs électeurs apprécieront cette sempiternelle traitrise et constante veulerie ! Se ranger piteusement et inconditionnellement derrière ses propres vainqueurs à un nom : collaboration !

  2. SURICATE le 24 avril 2017 à 7 h 38 min

    Voir la « gueule » de RAFFARIN hier soir sur la 2,aux côtés de Florian Phillipot, après les résultats de vote obtenus, m’a déjà fortement contrariée. Ce type n’est rien d’autre qu’une âme damnée. L’entendre appeler les Fillonnistes à se MACRONISER m’a assise, quand bien même je ne m’attendais à rien de positif de sa part. Comme quoi Marine Le PEN voyait juste en nommant l’UMPS. Loin de moi l’idée de déserter mon idéal et d’être mordue par le pessimisme car je crois encore en ce dernier sursaut des Français qui fera que MARINE LE PEN gagnera le 7 MAI. Si c’est n’est pas ELLE mais ce pantin hystérique de MACRON qui se vante d’être « ANORMAL », qui est appelé à gouverner la FRANCE, alors c’est que les Français auront mérité une belle ORDURE ! Je ne me sens pas capable de subir cinq années supplémentaires entre les mains d’un collabo à L’ETAT ISLAMIQUE avec bientôt programmation de l’AN 1 de la république islamique en France. Je plie bagages.

  3. marc le 22 avril 2017 à 21 h 05 min

    Mildred, Jean-Jacques, Francis, vous aviez évidemment raison ! La tête de noeud à cerveau d’endive (et je demande pardon aux endives qui liraient ces lignes) qui s’est faite passer pour l’ami Corto est un imposteur qui n’a apparemment rien d’autre à foutre dans sa vie que de poser ses petites crottes sur des fils de commentaires, à 2h00 du matin… Beati paupere spiritu…

    Ce qui est troublant, c’est qu’il a réussi à pirater l’adresse mail de Corto pour poster son forfait, d’où ma surprise première… enfin… le jour où on fera danser les couillons, ce cuistre ne sera pas à l’orchestre !

  4. Francis Hop le 22 avril 2017 à 18 h 24 min

    Pas de Corto. Ce dernier a bien trop d’humour, et de respect, pour se livrer à ce genre d’attaque gratuite à l’encontre d’une catégorie de personnes, et surtout « poulet refroidi…Xavier Surgelé… » Du grand n’importe quoi.

    • marc le 22 avril 2017 à 21 h 15 min

      gagné Francis (voir plus haut) !

      Amitiés

  5. trechelaplaine le 22 avril 2017 à 10 h 04 min

    Il n’est pas difficile de prévoir l’attitude de Fillon, dans le cas d’un échec dès le premier tour. Il appellera à faire barrage à MLP (si Macron-MLP) ou ne prendra pas position (si Mélanchon-MLP).
    Il trahira sans vergogne ceux qu’il prétend aujourd’hui défendre pour sauver le peu qui lui restera après avoir été trainé dans les latrines de la République par ses meilleurs ennemis et ses pires amis.
    Et s’il est opposé à MLP, se sera pire encore !
    Donc, demain, ni hésitation, ni remord, ni pitié, : Marine, le seul choix cohérent pour la survie de la France que nous aimons. En 2022, il sera trop tard !

    • marc le 22 avril 2017 à 21 h 12 min

      Cher trechelaplaine,

      je n’ai comme vous pas le moindre doute sur les con-signes de votre de François Fillon s’il ne passe pas le premier tour (ce qui – hélas – m’étonnerait d’ailleurs…). Je continue à croire qu’en 2022, il ne sera pas encore TOTALEMENT trop tard… et je pense qu’aux niveaux français, européen et mondial, il risque de se passer pas mal de choses pas piquées des hannetons d’ici la fin du prochain quinquennat ! Il faut garder espoir tout de même, même sous la mitraille macronienne et, demain, aller voter !

      Amitiés

  6. Mildred le 22 avril 2017 à 9 h 12 min

    A mon avis ce commentaire n’est pas de Corto !

    • Soyeux j-j le 22 avril 2017 à 10 h 47 min

      @Mildred C »est aussi mon avis.Cher Marc mon bulletin est déjà dans mon porte-feuille.Bon déjeuner de blogueurs.
      J-J S

      • marc le 22 avril 2017 à 21 h 16 min

        Jean-Jacques, l’imposteur (le faux corto) a été découvert, reste à démasquer dans les urnes les deux faux-frères ennemis du système UMPS… ce sera sans doute plus ardu…

        Amitiés patriotes

    • marc le 22 avril 2017 à 21 h 14 min

      Bien vu Mildred (voir plus haut) ! :-)

      Bises et bon vote (j’espère !) demain !

      • Mildred le 23 avril 2017 à 9 h 10 min

        A propos du vote, Marc, don’t worry, be happy !

        • marc le 23 avril 2017 à 15 h 17 min

          We’ll see, we’ll see, Mildred ! :-)

          en attendant la réelle bonne ou la mauvaise surprise… dernier sondage (interdit de diffusion en France) publié cette nuit en Belgique : MLP 26%, Fillon 21%, et Macron aux fraises… si c’est proche de la vérité, c’est Corto qui serait content !

          Bises

          • Carine le 24 avril 2017 à 0 h 01 min

            Une illustration supplémentaire de ce que sont les sondages alacon.
            Marine serait sûrement à plus de 40% sans la diabolique dédiabolisation.
            Cela ne sert à rien de vouloir plaire au maximum d’électeurs.
            Et elle aurait ptet dû s’engager à abroger les lois liberticides.
            Bon elle est au 2eme tour et ils vont nous refaire le « front républicain ».
            Comme si le FN était un parti révolutionnaire… Bref…
            Merci aussi à Dupont du genou et autres guignols de piquer des voix.
            Bises pour toi et bon courage.
            Ne te rends pas malade, s’il te plaît.

  7. Carine le 21 avril 2017 à 19 h 43 min

    Marc
    Tu auras fait ce que tu auras pu, tu n’auras rien à te reprocher.
    Si nos compatriotes ne suivent pas, tu n’y pourras rien… Sont trop lobotomisés, plus encore que les Américains. Et trop pusillanimes.
    Remarque, les autres peuples n’ont rien à nous envier, tu as vu les Allemands et les Néerlandais…

    Je suis pour un scrutin majoritaire à un seul tour. Pour toutes les élections.
    Bon appétit et bon courage pour demain, si tu peux aller au déjeuner de potes. Ça va discuter sec et j’ai bien peur que tu sois le seul avec Marine. Je suis de tout coeur avec toi.
    Bises !

    • marc le 21 avril 2017 à 19 h 51 min

      Salut ma mouette !

      On ne va pas tarder à savoir si les Français ont encore un cerveau, et des c… et pas la moindre trace de machisme dans cette expression : pas besoin d’être un mec pour en avoir, les deux Marine nous le prouvent très aisément ! :-)

      Oui, demain, on va voir… pour Boutfil, je pense que cela devrait pouvoir le faire… pour les autres (beaucoup vont tout de même manquer à l’appel), je te raconterai !

      PS : tu as vu, j’ai pris ta défense « objective » chez l’ami Corto ! :-D

      Grosses bises !

      • Carine le 22 avril 2017 à 1 h 22 min

        Ah non Marc, je n’avais pas vu ^^. Merci à toi !
        J’ai sur-répondu .
        Amuse-toi bien demain.
        Bises à toi et à ceux que je connais et bon appétit à tous.

  8. corto74 (@corto74) le 21 avril 2017 à 18 h 40 min

    « L’incroyable détournement démocratique qui avait eu lieu lors des dernières élections régionales, privant le premier parti politique de France  » Faudra m’expliquer en quoi il y a eu détournement démocratique dès lors que la majorité des Français, sur les deux régions concernées de mémoire, dans les urnes, n’ont pas voulu du FN.
    Tu sembles regretter que les souverainistes de tous bords ne soient pas foutus de s’entendre pour faire triompher leurs idées, je comprends, mais pourquoi dans ce cas ne pas saluer l’entente de tous ceux qui, refusent, comme aux régionales, le FN ? Ils ont fait exactement ce que tu reproches  » aux tiens  » de ne pas faire. Non ?

    Enfin, c’est pas le tout d’élire MLP encore faudra-t-il qu’elle ait une majorité à l’AN pour pouvoir diriger. On est d’accord là dessus, je pense. Crois-tu sincèrement qu’elle puisse en avoir une ?
    Comme le commentateurr précédent, c’est encore trop tôt pour MLP. Par contre, je la crois bien plus assurée de gagner et d’avoir une majorité en 2022 si l’élu de 2017 déçoit à nouveau les Français.
    a demain
    besos

    • marc le 21 avril 2017 à 19 h 11 min

      Salut Corto !

      Les élections régionales n’ont JAMAIS été un scrutin majoritaire à deux tours qui qualifie deux finalistes (comme la Présidentielle), mais un scrutin de listes où celles qui ont atteint le minimum requis se départagent au second tour, d’où des duels possibles, mais aussi et surtout des triangulaires, voire des quadrangulaires. Le retrait des listes PS alors qu’elles étaient largement qualifiées pour le second tour a bien été un détournement du scrutin, qui a transformé une consultation démocratique où normalement la liste arrivée en tête parmi les listes qualifiées obtient la majorité, en une magouille politicarde de partis où la liste arrivée en tête (et très largement en plus)… a été battue (de fort peu d’ailleurs, ce qui démontre encore plus la saloperie de l’affaire). Je ne doute absolument pas que, si une telle torsion démocratique avait coûté la victoire à ton camp politique, tu serais – à juste titre – remonté comme une pendule !

      S’entendre et s’unir officiellement, publiquement et AVANT un scrutin présidentiel majoritaire à deux tours (ou des législatives d’ailleurs) parce qu’on partage à 90 % les mêmes constats et impératifs politiques, n’a absolument rien à voir avec se retirer à l’issue du premier tour de scrutin, sans avoir jamais annoncé vouloir le faire, et sans en avoir en aucune façon reçu le mandat de la part de son électorat, privant du même coup celui-ci de toute représentation régionale, au profit d’un camp politique qu’on prétend par ailleurs combattre, cela dans l’unique et fort peu démocratique but d’empêcher 30 % de l’électorat (et même très nettement plus dans les deux régions concernées) d’être représentés à leur juste mesure. Si tu ne saisis pas la différence, c’est à pleurer !

      Pour le 2017 et le 2022… tu trouves vraiment que nous avons encore cinq ans à foutre volontairement en l’air ? Cette majorité dont tu parles, et qui devrait aisément réunir ceux qui votent comme moi, et ceux qui pensent comme toi (car nos seules vraies différences sont d’ordre économique ce qui, bien qu’important, n’engage pas immédiatement la survie même de la France) mais votent comme… d’autres : NKM, Juppé, Rafarin, Apparu, Lagarde, etc., qui sont l’anti-France que toi-même conchie et qui feront partie intégrante d’un gouvernement de Fillon si celui-ci posait ses fesses à l’Elysée, cette union de « droite » patriotique et identitaire, souverainiste et anti-immigrationniste, qui représenterait d’ores et déjà une force citoyenne considérable de plus de 60% de l’électorat au total, et sans doute même encore un peu plus… qui donc la refuse absolument, si ce ne sont principalement tes deux derniers champions présidentiels estampillés LR, au nom d’une diabolisation délétère qui sert leurs intérêts carriéristes plus encore que partisans au détriment de celui supérieur de la France, une diabolisation criminelle même, alors que le pays est en train de mourir, notamment dans son indépendance et son identité, « grâce » à l’Europe de Bruxelles et de tatie Merkel et à l’immigration de masse et donc la communautarisation puis la radicalisation islamiste, qui sont ses inévitables corolaires ?

      Avant l’heure, n’est peut-être parfois pas tout à fait l’heure… mais après l’heure, tout est définitivement foutu ! Tu décides de prendre ce risque, pas moi. Au moins, je n’aurais pas de remords. Je ne suis pas sûr du tout qu’on pourra dire la même chose pour toi dans cinq ans, si Fillon (ou Macron) passe…

      Besos et à demain

  9. PR CALGUÈS le 21 avril 2017 à 17 h 40 min

    En 2022 ce sera Marine – ou son successeur – qui sera élu DÈS le premier tour.
    Le plafond de verre aura enfin pété. Je me souhaite de pouvoir vivre ce moment si la France se tient encore debout et qu’elle ne soit pas devenue entre temps la Wilaya VII !

    Bravo pour votre papier et bonne fin de semaine, cher Marc.

    • marc le 21 avril 2017 à 19 h 15 min

      Bonjour mon cher PR CALGUES !

      C’est un plaisir (qui m’a manqué) de vous retrouver ici !

      Souhaitons en effet que 2022 puisse toujours bouleverser la donne, si la France de 2017 est encore assez aveugle ou assez con pour, dimanche et dans quinze jours, voter Fillon ou Macron… si la France est toujours à cette date en capacité de rebond ce qui n’est pas totalement avéré… :-(

      Pour la « bonne fin de semaine », on verra cela dimanche soir !

      Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*