La Plume parcourt le Net

Un catholique peut-il voter Front National ? Entretien avec Marine Le Pen par Olivier Bault

12 décembre 20150
Un catholique peut-il voter Front National ? Entretien avec Marine Le Pen par Olivier Bault 5.00/5 5 votes

Publié le : 26 août 2015

Source : ndf.fr

J’ai eu le privilège en février dernier de pouvoir interviewer Marine Le Pen en compagnie d’un journaliste polonais pour le compte de l’hebdomadaire Do Rzeczy. Il s’agissait de la première interview de la présidente du Front National pour un média polonais. Do Rzeczy est un journal conservateur, de sensibilité majoritairement catholique et clairement pro-vie comme les autres grands médias conservateurs de Pologne. Tandis que les questions de mon collègue Marek Magierowski portaient plus sur la politique étrangère (OTAN, Russie, Ukraine…) qu’aura la France si le FN forme un gouvernement et que sa présidente devient présidente de la République française, j’ai interrogé Mme Le Pen sur des questions plus franco-françaises (attentats de décembre-janvier, immigration, délinquance, unité nationale…) et sur les questions éthiques (avortement, euthanasie, mariage, adoption…).

Il est intéressant de voir que La Vie, censé être un hebdomadaire catholique, s’interroge sur l’opportunité d’avoir invité Marion Maréchal-Le Pen à l’université d’été de Saint-Baume et ne s’interroge pas sur l’opportunité d’inviter les représentants des autres partis. Car si l’Église catholique n’a pas l’habitude de dire à ses fidèles pour qui ils doivent voter, il existe tout de même des critères de choix qui doivent normalement guider le catholique qui souhaite vivre en communion avec l’Église. Dans l’encyclique Evangelium Vitae, Jean-Paul II admettait il est vrai qu’un catholique puisse voter pour des solutions imparfaites à la lumière de l’enseignement de l’Église mais meilleures que le droit existant. Et c’est à la lumière de cet enseignement que je me suis demandé si moi, catholique, je pouvais voter Front National.

_____

Pour le savoir, mais aussi pour informer les lecteurs pro-vie de Do Rzeczy sur les positions du FN français, j’ai donc eu avec Marine Le Pen l’entretien suivant, dont je retranscris ici les fragments qui nous intéressent :

Euthanasie

Si la gauche française légalise l’euthanasie, l’interdirez-vous ?

MLP : Je suis tout à fait opposée à l’euthanasie. Je pense que c’est une dérive très dangereuse. La souffrance humaine existe depuis la nuit des temps et nous ne sommes pas les seuls dans l’histoire du monde à nous être interrogés sur la fin de vie et sur la souffrance. Si jamais des lois comme celle-là n’ont été votées, c’est précisément parce que le risque de dérive de notre société et de notre civilisation était plus important que l’avantage qu’on pouvait en tirer. Moi je crois que la loi Leonetti qui est actuellement en vigueur en France répond au maximum à cette problématique de la souffrance en fin de vie. C’est une problématique très sensible et aller au delà, c’est prendre le risque d’un basculement de civilisation où le droit de vie et de mort est donné en fonction des avis des gens qui s’expriment à titre individuel. Un médecin ne porte que sa propre parole.

Avortement

N’est-ce pas la suite logique de la légalisation de l’avortement dans les années 70 ? Le FN était traditionnellement plutôt pro-vie. Il parlait de limiter les avortements, voire d’interdire les avortements de convenance. Le discours a évolué. Vous avez dit vous-même, je crois, que vous ne reviendriez pas sur la loi Veil.

MLP : Non, le Front National n’a jamais changé d’avis depuis des années. En 1986, les députés du FN au parlement français avaient déposé un projet de loi sur le non-remboursement de l’avortement. Ils n’avaient pas remis en cause l’avortement. Moi, je pense qu’il n’est pas possible d’interdire aujourd’hui le recours à l’avortement. Ce qui est possible en revanche et qui est de la responsabilité d’un État, c’est de tout faire pour limiter le nombre d’avortements, non pas en contraignant les femmes à ne pas avorter, mais en leur accordant la possibilité de choisir de garder leur enfant. Or, aujourd’hui, tout est fait dans une forme d’incitation à l’avortement, comme s’il s’agissait d’une facilité intellectuelle. Si l’on accorde aux femmes et si l’on met en place des propositions natalistes pour leur permettre d’avoir un accès privilégié à un logement, avec des aides qui leur permettent d’élever correctement leurs enfants, etc. etc., avec des campagnes de prévention aussi à l’égard des jeunes femmes et des jeunes hommes, car pour faire un enfant il faut être deux, des campagnes de responsabilisation des uns et des autres, on peut contribuer à limiter l’avortement. Le fait que le nombre d’avortements n’ait pas baissé est incontestablement un échec de notre société, mais dans un combat qui n’a pas été mené en réalité. Donc, c’est cela qu’il faut mettre en œuvre. C’est vrai que pendant la campagne présidentielle on a eu un débat sur ce qu’on a appelé l’avortement « de confort ». C’est un mot qui a choqué, car c’est vrai qu’il n’y a jamais de « confort » à avorter. Mais c’était l’idée qu’avorter 3 fois ou 4 fois, c’est considérer l’avortement comme un mode de contraception. Et cela heurte considérablement les consciences. Mais c’est un vrai sujet de société auquel le gouvernement ne s’est pas attaché de la même manière qu’il ne s’est jamais attaché à mettre en place une politique nataliste.

En Pologne, l’adoption d’une loi qui a restreint la possibilité d’avorter à certains cas précis a beaucoup contribué à faire évoluer les mentalités et aujourd’hui la grande majorité des Polonais sont contre l’avortement. Cela ne peut-il pas être fait en France ?

MLP : Le choix du peuple est souverain et aujourd’hui incontestablement l’interdiction de l’avortement ne recueille pas la majorité du peuple français. Mais encore une fois, je pense que mettre en place une véritable politique d’accueil de la vie et redonner le choix aux femmes de ne pas avorter – car je crois que dans beaucoup de cas aujourd’hui elles n’ont plus d’autre choix que d’avorter –, ce serait déjà une avancée très positive.

_____

Voilà donc deux questions essentielles pour orienter le vote d’un catholique, à moins de n’être catholique qu’une heure par semaine pendant la messe dominicale. Et sur ces questions, voter Front National c’est clairement un choix imparfait mais un meilleur choix que voter pour l’UMP, l’UDI, le PS ou plus à gauche encore.

Autre thème qui devrait normalement orienter les choix de l’électeur catholique qui ne souffre pas de schizophrénie, le mariage et la famille. Sur la nature du mariage, Marine Le Pen a déclaré dans de nombreuses interviews qu’elle abrogerait le « mariage pour tous » si les Français lui accordent leur confiance, mais beaucoup, moi compris, se sont posé des questions quand un militant LGBT connu, Sébastien Chenu, a été fait par Mme Le Pen responsable pour la culture au Rassemblement Bleu Marine. Voici donc la partie de l’entretien consacrée à ces questions :

La nature du mariage

La gauche polonaise semble penser que l’évolution vers les unions civiles et les « mariages » entre personnes du même sexe est une évolution inévitable. Vous avez, vous, annoncé que si vous êtes élue, vous abrogeriez la loi Taubira. Cela veut-il dire qu’on peut revenir en arrière sur ces « mariages » homosexuels ? Ce serait une première pour une nation. La Californie l’a fait, mais ce n’est pas une nation indépendante. Comment cela se passera-t-il ? Il y a des gens « mariés », il y a des enfants qui ont été adoptés…

MLP : Vous savez, la loi est la loi. Il n’y a pas de rétroactivité de la loi en France, cela fait partie de notre État de droit. Donc nous supprimerons la possibilité de mariage. Ceux qui se seront mariés resteront mariés car nous sommes respectueux de l’État de droit. Mais il ne pourra plus y avoir de mariages [entre personnes de même sexe]. Quant aux gens qui ont adopté des enfants, ils l’ont souvent fait en mettant les autorités devant le fait accompli, c’est-à-dire en violant eux-mêmes la loi. Les choses sont très claires : nous sommes opposés au mariage homosexuel, nous sommes opposés à l’adoption par les couples homosexuels mais nous sommes également opposés à l’adoption par des célibataires. Nous considérons qu’un enfant qui est orphelin démarre déjà dans la vie avec un handicap certain et que par conséquent il a le droit à l’équilibre d’un foyer constitué d’un référent « père » et d’un référent « mère ». C’est notre avis et nous le mettrons en œuvre si nous sommes élus parce que si nous sommes élus c’est que le peuple l’aura voulu.

L’idéologie du genre

Et quelle est votre position et la position du FN par rapport à la théorie du genre enseignée à l’école. Le FN reviendra-t-il sur cette politique mise en œuvre par le gouvernement actuel ?

MLP : Ça participe des délires gauchistes, pédagogistes, qui utilisent nos enfants comme des sujets d’expériences. D’expériences qui ont d’ailleurs toutes raté car quand on voit le niveau actuel de l’école par rapport à ce qu’elle fut dans le passé, ces gens-là ne devraient plus avoir la moindre crédibilité auprès du moindre dirigeant politique. Cette théorie du genre consistant à laisser penser qu’il n’y a pas d’hommes et pas de femmes, mais qu’on décide si on est homme ou si on est femme est une vieille lune gauchiste dont il faut évidemment se débarrasser d’urgence. Il n’y a qu’une très petite minorité de parents français qui adhèrent à ce genre de lubies.

Sébastien Chenu

Est-ce que M. Chenu, que vous avez nommé responsable des questions de culture au Rassemblement Bleu Marine partage cette opinion ? Il a défendu le « mariage » homosexuel, il a fondé Gay Lib.

MLP : Il a fondé Gay Lib il y a 12 ans et Gay Lib a été fondée à la demande de l’UMP comme un espace de réflexion sur la condition des homosexuels. Moi, mes positions sont extrêmement claires. Je suis tout à fait opposée aux communautarismes quels qu’ils soient et je suis opposée au mariage homosexuel. M. Chenu le sait. Ce n’est pas moi qui ai rejoint M. Chenu, c’est M. Chenu qui nous a rejoints. Il admet donc et il accepte donc le cadre politique. Mais enfin, il n’y a pas que ces questions. Il y a la souveraineté française, il y a la politique économique, il y a le chômage, il y a l’insécurité. Il y a tous ces sujets-là qui peuvent inciter des gens qui ont eu des parcours politiques différents à venir nous rejoindre. Moi, je ne sonde pas les cœurs et les reins des uns et des autres. Je ne demande pas qu’on soit à 1000 % d’accord avec le programme qui est le mien, sinon j’aurais du mal à réunir 51 % des gens. Je demande à ce que les gens viennent parce qu’ils ont en commun le sens de l’essentiel pour notre pays. Si M. Chenu est venu, c’est qu’il considère que le mariage homosexuel n’est pas assez important à ses yeux pour ne pas venir alors que le reste du programme politique du Front National lui paraît aller dans le sens de la reconstruction du pays.

_____

Ici aussi, donc, voter Front National est pour le catholique un choix clairement plus en communion avec l’Église que voter UMP (Républicains), UDI, PS, Verts…

Oui, mais le Front National rejette les étrangers, ce qui n’est pas chrétien, vous diront de nombreux prêtres et évêques français que l’on entend peu ou pas du tout sur la question moins politiquement correcte du massacre de centaines de milliers d’enfants chaque année dans le ventre de leur mère. Quand nous avons pris le taxi dans le quartier parisien de La Défense avec mon collègue polonais, pour nous rendre au siège du Front National à Nanterre, nous sommes tombés sur un chauffeur de taxi d’origine algérienne. Il devait avoir environ 50 ans et était né en Algérie avant d’émigrer en France. Vu notre destination, la conversation a vite tourné sur le Front National, et j’ai vu un certain étonnement se dessiner sur le visage de Marek Magierowski quand notre chauffeur nous a déclaré qu’il votait lui-même Front National car il considérait normal que les représentants du pays défendent les intérêts nationaux. L’étonnement de mon collègue a semblé s’accentuer quand notre électeur FN nous a dit qu’il avait beaucoup d’amis musulmans pratiquants de son quartier (lui-même s’est défini comme musulman non pratiquant) qui votaient eux aussi FN parce qu’ils en avaient assez de l’anarchie qui règne en France. « Mais je préférais son père », nous a-t-il glissé à propos de Marine Le Pen, car elle, « elle est un peu démagogue », tandis que « Jean-Marie, il avait des convictions claires ». Arrivés en avance pour notre entretien avec Marine Le Pen, nous avons pris un café dans un bar proche. Un bar qui s’est avéré tenu et fréquenté par des Français d’origine portugaise, les plus âgés s’échangeant même des phrases en portugais entre eux. Un téléviseur accroché au mur émettait une série portugaise et, de l’autre côté de l’embrasure de porte entre les deux pièces du bar, une banderole était accrochée avec le portrait de Marine Le Pen sur fond bleu-blanc-rouge.

Je lis dans le journal Présent d’aujourd’hui que « Dans un livre paru ce jeudi, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis dénonce le risque de ‘guerre civile’ si le Front National arrivait au pouvoir ». Or, s’il est un parti qui a divisé les Français ces dernières années, et qui prend le risque d’une guerre civile en accroissant encore la pompe aspirante de l’immigration pour des considérations électorales, c’est bien le Parti socialiste. Pour le Front National, voici la partie de notre entretien avec Marine Le Pen concernant l’unité de toutes les composantes actuelles de la nation française :

L’unité nationale

La France apparaît comme un pays extrêmement divisé aujourd’hui, sur le plan politique, ethnique, culturel, religieux. Une unité est-elle encore possible entre Français « de souche » et Français issus de l’immigration, entre non-croyants, catholiques, juifs et musulmans, entre partisans et opposants au « mariage pour tous », etc. ? Le Front National peut-il refaire l’unité perdue entre Français de tous bords et de toutes origines ?

MLP : Oui, je le crois. Parce que je crois que l’unité ne puise sa source que dans la nation. L’appartenance à la nation est le dénominateur commun de tous. Quels que soient le sexe, la classe sociale, la religion, les choix politiques : c’est l’appartenance à la nation qui précisément est un élément d’unité. Or en effondrant la nation, en développant de fait le communautarisme, c’est-à-dire l’appartenance à une communauté sexuelle, religieuse, d’origine…, on fragmente la nation française. On peut regarder aussi ce qui se passe autour de nous à l’international. La fin de la Libye, ça a été la fin de l’État libyen. À partir du moment où la nation libyenne n’existe plus, alors ce sont les tribus, les milices, les groupements qui s’affrontent. Alors évidemment l’État-nation français est extrêmement ancien, mais quoi qu’on en dise il n’y a pas d’autre source d’unité que l’appartenance à la communauté nationale qui est la seule communauté que nous trouvons en même temps morale et légitime. Le communautarisme est un cancer. C’est une importation anglo-saxonne, mais on importe toujours des États-Unis ce qui ne fonctionne pas et en général on n’importe pas ce qui fonctionne. On a importé la discrimination positive, on a importé le communautarisme mais je pense que ce sont des éléments de division. On a importé et on développe le multiculturalisme, et je pense que les sociétés multiculturelles sont des sociétés multiconflictuelles. On peut être très différents, avoir des origines diverses, être Français de fraîche date ou d’ancienne lignée, mais ce qui est fondamental c’est d’avoir le sentiment d’appartenir à une nation commune et à un corpus commun. Il faut lutter contre le communautarisme et contre cette discrimination positive qui est l’inverse de l’unité nationale, c’est-à-dire de l’égalité en fait des droits quels que soient précisément l’origine, la classe sociale, le sexe, etc.

L’exode des Français juifs

Marek Magierowski  : Je voudrais revenir dans la dernière question sur la menace islamiste. Il y a une vague d’émigration actuellement en France. Beaucoup de Français juifs abandonnent la France parce qu’ils se sentent menacés. Quelle est votre attitude dans ce domaine, que diriez-vous à vos concitoyens juifs ?

MLP : Je dis à mes compatriotes juifs « Ne partez pas ». « Ne partez pas. Votre foyer, c’est la France. Votre patrie c’est la France et vous devez nous aider à lutter contre ce danger. »

MM : Êtes-vous capables de les défendre ?

MLP : Comme je l’ai déjà dit à d’autres, nos compatriotes juifs n’ont rien à craindre du Front National. Bien au contraire. Précisément, nous sommes ceux qui avons fait le bon diagnostic. Nous sommes donc les mieux placés pour apporter des solutions. Là où les autres par faiblesse, par lâcheté, par scrupules, par électoralisme aussi bien souvent, se sont refusés à faire le vrai diagnostic, à reconnaître le vrai danger qui pèse sur notre unité, mais aussi sur notre sécurité. Je suis tout à fait opposée aux propos qui ont été tenus par Benyamin Netanyahou. Le foyer des Français juifs, c’est la France.

_____

N’est-il pas trop tard pour agir ?

N’est-il pas trop tard ? Même si vous arrêtez l’immigration, la démographie est ce qu’elle est. Avez-vous lu le livre Soumission de Michel Houellebecq ?

MLP : Non, il n’est pas trop tard. Si je croyais qu’il était trop tard, je n’ai pas le goût de l’effort inutile et je ferais autre chose. Je pense qu’à la différence de Zemmour et de Houellebecq, moi je suis une responsable politique. Et je sais que l’on peut mettre en œuvre des solutions pour éviter la fatalité qu’ils décrivent dans leurs livres. Je conçois que l’on s’interroge vu l’avancée, effectivement très lourde, des erreurs politiques qui ont pu être commises dans les 30 dernières années, mais enfin ce n’est pas la dirigeante politique du pays de Jeanne d’Arc qui va venir vous vendre aujourd’hui la soumission à une fatalité quelconque. Je pense précisément que si Jeanne d’Arc est une patronne de la France, c’est que la France a pu puiser dans son exemple l’idée que même lorsque l’on pense que tout est fini, il y a toujours moyen du sursaut national.

_____

S’il est un parti qui peut refaire l’unité nationale détruite par plusieurs décennies d’alternance droite-gauche et qui traite de la même manière chaque personne indépendamment de son origine, il me semble effectivement que c’est bien le Front National. Et je ne vois ici aucune contradiction entre voter FN et me dire catholique. Je ne prétends pas que c’est le seul choix possible pour un catholique, mais je prétends que voter parti de gauche, verts, socialiste, centristes ou « républicains », tant que ces derniers ne prendront pas des engagements au moins pour réduire le nombre d’avortements, pour revenir sur la dénaturation du mariage et l’adoption pour tous, et pour ne pas légaliser l’euthanasie (sauf à voter pour un député « républicain » comme Jean-Frédéric Poisson par exemple, dont les positions pour la défense de la vie sont connues), c’est incompatible avec le fait de recevoir l’eucharistie.

Olivier Bault

Notre entretien avec Marine Le Pen s’est déroulé le 3 février 2015 au siège du Front National à Nanterre. L’entretien intégral a été publié en langue polonaise dans Do Rzeczy n° 8/2015 paru le 14 février.

 

EmailPrintFriendlyBookmark/FavoritesFacebookShare

Mots clés : , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*