Politique France

François Hollande n’est pas près de mettre la charia avant l’hébreu !

20 décembre 20134
François Hollande n’est pas près de mettre la charia avant l’hébreu ! 5.00/5 64 votes

La pathétique affaire des délirants rapports sur l’intégration (ou plutôt en l’occurrence la désintégration) à la française remis sur sa demande à Jean-Marc Ayrault par un aréopage de prétendus experts (dont le nom a d’ailleurs été soigneusement tu) avait montré jusqu’à quel point une certaine gauche, directement inspirée par le tout puissant think tank Terra Nova, était prête à aller pour favoriser, instrumentaliser à des fins bassement électorales les communautarismes issus de l’immigration sur le territoire national. Il est vrai que comme le machin socialiste présidé aujourd’hui par François Chérèque le disait déjà avant les présidentielles de 2012, les populations immigrées musulmanes, par le biais de ces naturalisations presque incontrôlées ou par celui encore plus pervers de l’acquisition quasi-automatique de la nationalité grâce au vrai-faux droit du sol français, représentent un formidable réservoir de voix potentielles (et c’est sans doute désormais le seul, avec celui des petits bourgeois branchouilles des grandes agglomérations) pour le Parti Socialiste. François Hollande avait d’ailleurs du son élection en 2012 pour l’essentiel à ce vote ultra-communautaire : plus de quatre-vingt pour cent des Français d’origine immigrée et de confession musulmane avaient en effet voté pour l’ex-compagnon de Ségolène Royal lors des dernières élections présidentielles, faisant définitivement basculer le résultat en faveur du candidat du parti à la rose.

Mais s’il court sans vergogne après le communautarisme islamique pour les raisons évoquées plus haut, François Hollande n’en oublie pas moins de flatter jusqu’à l’extravagance un autre communautarisme qui, s’il concerne une population démographiquement nettement plus restreinte, n’en a pas moins un poids idéologique, sociologique et surtout médiatique infiniment plus conséquent. Le communautarisme juif, dont le plus influent levier est bien entendu le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions juives de France).

La communauté juive de France représente environ un pour cent de la population française. Au sein de celle-ci, le CRIF, malgré donc le qualificatif « représentatif » qu’il s’est lui-même attribué d’autorité, parle au nom d’à peine un sixième des français de confession juive, comme le rappelle fort justement Rony Brauman. Soit au final 0,16 pour cent des Français. Ce qui ne l’empêche pas d’être -et de très loin- le plus important, le plus influent groupe de pression du pays. Sa puissance dans l’oligarchie politico-médiatique est en effet telle qu’elle ferait passer par comparaison celle de la franc-maçonnerie version Grand Orient (pourtant évidente et omniprésente au gouvernement) pour une aimable plaisanterie.

Le CRIF, malgré sa légitimité très relative, reçoit chaque année -on devrait beaucoup plus justement écrire convoque- la quasi-totalité de nos responsables politiques (et jusqu’au Président de la République) lors d’un grand dîner, à l’exception notable des responsables du PCF ou d’EELV, jugés trop pro-palestiniens, ou bien évidemment du Front National, censés être les descendants de la bête immonde hitlérienne pour tout antifasciste de pacotille qui se respecte.

Cette cérémonie d’allégeance pour la quasi-totalité de nos élus et représentants a pour point d’orgue et presque chaque année un discours du Président de la République Française lui-même, discours de soumission communautaire scandaleux dans la forme comme sur le fond, s’adressant bien évidemment non pas à nos compatriotes de confession juive, mais au seul lobby pro-israélien ultra-minoritaire qu’est en réalité le CRIF. Avec bien entendu, encore et toujours, le rappel ad nauseam, obligé et très repentant (et pendant combien de décennies encore ?) de l’époque sombre de l’occupation et de la collaboration et -ceci impliquant forcement cela aux yeux du CRIF- l’expression d’un soutient indéfectible à l’état d’Israël, quelle que puisse être d’ailleurs sa politique plus ou moins avérée et revendiquée de spoliation et de répression à l’égard des palestiniens. Pour ceux qui ignoreraient encore aujourd’hui la teneur profondément communautariste, systématiquement servile et anti-républicaine de ces discours présidentiels, La Plume en propose à la suite de cet article les trois dernières éditions.

Le CRIF a donc portes grandes ouvertes dans tous les médias, tous les centres décisionnaires, politiques ou économiques, tous les ministères… et jusqu’à l’Elysée, qui l’accueillait ce lundi 16 décembre 2013 à l’occasion de son soixante-dixième anniversaire. Une cérémonie hallucinante en ce haut lieu de la République, où l’on vit un François Hollande pathétique, sagement calé derrière un invraisemblable panneau « 70ème anniversaire du CRIF », réciter un nouveau discours de carpette communautariste, osant même, dans ce palais de la République une et indivisible, un surréaliste : « Je sais la solidarité du CRIF avec l’état d’Israël… elle ne pose pas problème, parce que cette solidarité est légitime, et vous n’avez pas à vous en justifier ».

Image de prévisualisation YouTube

 Bien-sûr, il n’y a au fond rien là de vraiment nouveau sous le soleil. Depuis la fin de règne d’un tonton Mitterrand malheureusement pour lui rattrapé par son passé vichyste, sa Francisque et ses amitiés inavouables et de ce fait lâché puis lynché par la communauté juive organisée, le phénomène n’a d’ailleurs eu de cesse de s’accentuer. A un Jacques Chirac qui avait su peu ou prou et dans un premier temps maintenir une politique étrangère française au Proche-Orient plutôt équilibrée, mais avait également et fort coupablement enclenché cette funeste usine à repentance devenue depuis la seule entité à vocation industrielle florissante du pays, avait succédé un Nicolas Sarkozy cette fois ouvertement ultra-communautaire, imposant à la France une nouvelle politique étrangère en rupture totale de gaullisme, indéfectiblement atlantiste et pro-sioniste, dont nous ne sommes visiblement pas près de sortir avec le locataire actuel de l’Elysée.

Car on en arrive aujourd’hui, en ce domaine comme dans beaucoup d’autres, à un François Hollande qui parvient à dépasser en médiocrité, en bassesse et en forfaiture son prédécesseur qui semblait devoir pourtant faire en ces matières et pour longtemps figure de maitre étalon. Les récents épisodes syrien et iranien, avec en vedette pro-américaine et surtout pro-israélienne l’inénarrable Laurent Fabius en sont les plus navrants et les plus parlants exemples. A tel point qu’on se demande à présent si à force de se coucher sans cesse devant des intérêts qui ne sont pas les nôtres, de descendre ainsi, de creuser encore et toujours plus la glaise de la médiocrité et de la compromission, notre président normal ne va pas finir par trouver du pétrole. Ce qui serait bien pour l’indépendance (mais énergétique celle-là) de la France, la seule bonne nouvelle dans cette pathétique histoire.

En attendant, il serait peut-être à présent judicieux, au point où nous en sommes et par souci de transparence, de délocaliser purement et simplement la Présidence de la République Française à Tel Aviv (et demain, au train où cela va en Palestine occupée grâce à Bibi Netanyahu, le grand copain de François Hollande, à Jérusalem)… Au moins les choses seraient définitivement claires, et cela ferait du même coup de substantielles économies pour le budget de l’état !

Marc LEROY – La Plume à Gratter

—-

LES DISCOURS PRESIDENTIELS AUX DINERS DU CRIF

Image de prévisualisation YouTube

 Discours de François Hollande, dîner du CRIF 2013

—-

Image de prévisualisation YouTube

 Discours de Nicolas Sarkozy, dîner du CRIF 2012

—-

Image de prévisualisation YouTube

 Discours de Nicolas Sarkozy, dîner du CRIF 2011

EmailPrintFriendlyBookmark/FavoritesFacebookShare

Mots clés : , , , , , , , ,

4 Responses to François Hollande n’est pas près de mettre la charia avant l’hébreu !

  1. [...] ramper en de maintes reprises (comme son prédécesseur UMP à l’Elysée d’ailleurs) et jusque dans le palais de la République devant le CRIF, cet organisme ultra-communautaire s’autoproclamant « représentatif » des [...]

  2. [...] ramper en de maintes reprises (comme son prédécesseur UMP à l’Elysée d’ailleurs) et jusque dans le palais de la République devant le CRIF, cet organisme ultra-communautaire s’autoproclamant « représentatif » des [...]

  3. NOURATIN le 20 décembre 2013 à 18 h 12 min

    En ce qui me concerne, je serais d’autant plus favorable à une délocalisation à Tel Aviv du gouvernement de la France, que cela nous assurerait beaucoup plus de liberté dans le traitement de certains éléments incontrôlables de la population de notre pays. Vis à vis des communautés concernées, les Israéliens ont fait la preuve d’une efficacité assise sur une expérience de soixante cinq ans, nous pouvons leur faire confiance!
    Amitiés.

    • marc le 20 décembre 2013 à 18 h 21 min

      @ Nouratin

      Je reconnais bien là votre humour noir, très noir mon cher Nouratin ! Mais la question va peut-être en effet finir par se poser…

      Amitiés

      Marc LEROY – La Plume à Gratter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*