Société France

Reprise de Plume… les plus mauvaises choses ont une fin !

2 octobre 20188
Reprise de Plume… les plus mauvaises choses ont une fin ! 4.83/5 23 votes

Si « toutes les meilleures choses ont une fin », il n’y a heureusement pas de raisons pour que la réciproque ne soit pas, elle aussi, vraie : toutes les mauvaises choses peuvent – et doivent – en avoir une !

Depuis de trop longs mois, La Plume s’était tue, réjouissant par ce silence prolongé ses ennemis (ils existent et me le font savoir, je vous l’assure !) et frustrant, décevant ou inquiétant ses fidèles lecteurs (ils me l’ont également fait savoir). Oh, ce n’était certes pas faute de sujets à traiter ! Car dans le même temps, sous les effets conjoints (on a presque envie d’écrire l’adjectif en deux mots) de la « mondialisation heureuse » qui nous ravage à l’échelle planétaire et de la « Macronisation  jupitérienne » qui nous désintègre à l’échelle nationale, l’histoire du monde et de notre cher pays semble s’être accélérée, toujours hélas dans le sens de la chute presque libre, même si, dans le même temps, et c’est le petit coin de ciel bleu dans l’horizon bien noir qui se présente devant nous, partout en Europe et plus largement dans ce que l’on a coutume d’appeler l’Occident, la colère semble enfin faire place à un début de révolte électorale puis politique : Brexit chez nos chers ennemis Britishs, élections américaines, autrichiennes, hongroises, polonaises, italiennes bien sûr… mais aussi en Suède, au Danemark, aux Pays-Bas, en Allemagne même, des voyants allant du pâle orangé jusqu’au rouge le plus vif s’allument un peu partout sur la carte planétaire et singulièrement européenne, inquiétant fort cette ploutocratie mondialisée, eurolâtre et en vérité apatride, cette ploutocratie de plus en plus totalitaire qui nous gouverne malgré nous, contre nous et qui nous méprise tant, cette ploutocratie qui craint plus que tout la contagion du « populisme », nouveau qualificatif infâmant que nos fumeuses zélites politico-médiatiques utilisent désormais plus aisément encore que celui d’« extrême-droite ».

Au moment où l’empire mondialiste vacille enfin, où l’UE destructrice des Nations se fissure de partout, et alors que la Macronnie triomphante du printemps 2017 n’est déjà plus, à peine un peu plus d’un an après son invraisemblable coup d’état médiatico-électoral, qu’un radeau des médusés au bord du naufrage, le temps n’est certes pas au silence, forcément coupable en ces heures possiblement décisives !

Ce silence prolongé, plus ou moins annoncé par plusieurs ruptures momentanées dans l’année qui l’avait précédé, et les plus assidus d’entre vous le savent, avait pour cause principale les problèmes de santé ayant touché l’auteur de ces lignes… cette « aventure sanitaire » entamée durant l’été 2016 a sérieusement impacté mes capacités de travail et, tous ceux qui ont un jour croisé cette fameuse maladie sur le chemin le savent, forcement questionné votre serviteur sur le sens de sa vie, sur son présent et son… possible avenir. La Plume a fait, souvent à mon désarroi, les frais de tout cela et, je le sais maintenant, c’était sans doute inévitable.

Mais si l’« aventure » est loin d’être terminée, si mon futur personnel reste brumeux, il n’en est pas moins vrai que j’ai – je le crois – « digéré » mentalement cet accident sanitaire et que, surtout, je me sens aujourd’hui bien mieux physiquement que durant ces deux dernières années !

La force physique revenant (je touche du bois – c’est-à-dire ma tête – pour que cela dure !), l’envie d’écrire, d’informer, de dénoncer, de débattre, de combattre même revient avec elle : j’ai donc décidé de reprendre La Plume, dans tous les sens du terme !

Je vous demanderai juste un peu de bienveillance et de compréhension, le temps que je reprenne le rythme de croisière qui fût et qui doit bien vite redevenir celui de ce site : même si la gymnastique épistolaire, c’est comme le vélo, on ne l’oublie jamais tout à fait, il va falloir « décoller la pulpe du fond » !

Je vous demanderai aussi, si vous lisez régulièrement ces lignes, que vous aimez ce que vous y trouvez, et quand bien sûr la densité et la régularité du contenu rédactionnel le justifiera à nouveau, d’aider financièrement ce site à exister dans le temps, et face à ceux qui essaient jusque dans les tribunaux de le faire définitivement taire. Je l’ai déjà écrit ici, mais sans doute pas assez vu les modestes retombées passées, La Plume à Gratter, quand elle fonctionne à plein, c’est un travail, un vrai, et justement à temps plein, très plein même : pour vous relayer ici trois ou quatre vidéos dignes d’intérêt (et elles sont souvent longues, voire très longues) par jour, il faut en visionner quatre ou cinq fois plus… pour vous signaler dans La Plume parcourt le net cinq à six articles par jour, il faut en lire parfois jusqu’à dix fois plus (si, si, je vous l’assure !). Pour écrire un papier d’actualité ou d’humeur qui ressemble à quelque chose, il faut plusieurs heures, de recherche (pour ne pas dire n’importe quoi), de travail « littéraire » (j’ose) pour essayer d’écrire quelque chose qui ait un peu de gueule, ou même (j’ose encore) de style, il faut ensuite trouver une illustration qui fasse sens, la mettre à l’échelle, la travailler le plus souvent via un logiciel de traitement d’images, placer d’éventuels liens interactifs, définir des mots-clés, signaler la mise en ligne de chaque nouvel article ou vidéo sur Facebook, etc. Tout cela, je vous l’assure, remplit fort aisément les journées d’un (honnête ?) homme, dimanche souvent compris ! Je sais bien qu’Internet, et notamment des sites d’information comme celui-ci qui sont en consultation totalement libre (c’est de plus en plus rare, mais c’est un choix totalement délibéré de ma part), peuvent amener le lecteur à considérer que ce qui est libre d’accès est du même coup gratuit… mais comme je l’ai dit, derrière ce contenu libre d’accès, il y a du vrai travail, et pas toujours réjouissant (l’actualité est même souvent désespérante, vous en conviendrez avec moi) et il est bien vrai, il est foncièrement juste que « toute peine mérite salaire », n’est-ce pas ?

Je ne suis pas encore à l’âge de la retraite, je refuse pour conserver une totale liberté d’écriture toute ressource publicitaire sur le site (les renvois sur TVLibertés, Radio Courtoisie ou le Cercle Aristote sont totalement gracieux) et je n’ai aujourd’hui pas d’autre revenu professionnel que celui que peut m’apporter La Plume, pour laquelle je me suis déclaré comme auto-entrepreneur. Le site a toujours un procès en ligne de mire (affaire Bergé), et peut-être un second qui s’annonce… Je n’ai aucun patrimoine financier, je ne suis pas issu d’une famille fortunée (je peux même dire que j’en suis loin). Si vous ne m’aidez pas à faire vivre le site, il mourra forcément, pour des raisons financières incontournables, car je devrai en tirer les conséquences professionnelles qui s’imposent. Au plus fort de son activité (et j’espère bien retourner à ces niveaux de fréquentation le plus rapidement possible !), La Plume, c’était entre mille et deux mille connections/jour (parfois même sensiblement plus)… La Plume, c’est encore aujourd’hui, malgré son mutisme des derniers mois, plus de cinq cent trente « like » sur Facebook… si dix pour cent de ce lectorat, si ces plus de cinq cent trente « fans » FB décidaient de donner chaque mois ne fût-ce que 5 euros au site, son avenir serait aisément assuré. 5 euros par mois… L’avenir de La Plume est plus encore entre vos mains que dans celles de celui qui écrit ces lignes, alors pensez-y !

Allez, c’est reparti, pour un tour : le prochain papier, macronesque en Diable, est déjà sur le métier, alors bienvenue sur La Plume, c’est-à-dire chez vous !

Marc LEROY – La Plume à Gratter

EmailPrintFriendlyBookmark/FavoritesFacebookShare

Mots clés :

8 Responses to Reprise de Plume… les plus mauvaises choses ont une fin !

  1. Odile Thévenot le 3 octobre 2018 à 11 h 58 min

    A quel nom sur Paypal?

    • marc le 3 octobre 2018 à 17 h 39 min

      Bonjour ma chère Odile,

      il suffit de cliquer sur le module « j »aide La Plume » en haut à droite du site pour connaitre la marche à suivre ! Merci de votre soutien ! Bises

  2. Joséphine le 3 octobre 2018 à 9 h 30 min

    Bonjour mon Cher Marc et merci d’être revenu après une absence qui nous a paru une éternité. Que du bonheur ! Alors côté, un vent nouveau semble se lever ici et là, nous avons l’Italie avec Conte et Salvini, puis la Hongrie avec Orban et v’là-t-y pas que l’Espagne s’y met dites-donc avec son ADN si si si c’est vrai ADN ! et que le Québec aussi d’après ce que j’ai pu lire à l’aube avec son CAQ, foutu pied de nez à l’extrême-gauche qui était venue huer Marine Le Pen lors de sa visite là-bas en 2016.

    Comme j’ai eu le plus profond mépris pour Bergé, malgré une modeste retraite, je vais opter pour les 5 euros mensuel en vous adressant un chèque global correspondant à 12 mois. Oui mais voilà je ne suis pas Paypal comme Trechelaplaine que je salue au passage, donc à quelle adresse hors antenne bien sûr.

    LA PLUME et son rédacteur ? Belle et enrichissante rencontre !!!

    Je vous embrasse affectueusement et longue et belle Vie à Vous Marc.

    ps: une chtite blaque lue dans un commentaire chez les Russes ce matin. Le gars à qui Macron
    avait dit à Saint-Martin, « Faut arrêter tes braquages hein, faut pas recommencer… » sinon pan pan cucu, ben il se serait fait arrêter par les Flics hier après un braquage qu’il venait de commettre.

  3. Jean-Jacques S le 3 octobre 2018 à 9 h 17 min

    Enfin vous revoilou ,comme Trechelaplaine je file sur PayPal.Amitiés.
    J-J S

    • marc le 3 octobre 2018 à 17 h 47 min

      Cent fois merci, mon cher Jean-Jacques,

      toujours fidèle, toujours présent même dans le mauvais temps. Je l’ai déjà dit ici, mais il faut vraiment que notre amitié, notre compagnonnage cesse rapidement d’être « virtuel ». « Rueil Malmaison est tout petit pour ceux qui s’aiment comme nous d’une aussi grande amitié », aurait pu écrire Jacques Prévert !

      Sincèrement vôtre

  4. Trechelaplaine le 2 octobre 2018 à 15 h 13 min

    Quelle joie de vous retrouver enfin cher Marc.

    Souhaitons que le coup de sabot donné au crabe l’ait définitivement éloigné et que mère nature vous foute dorénavant la paix !
    Vous avez d’autres chats à fouetter ! Comme ceux qui du haut de leur vulgarité hideuse, vous trainent devant leurs tribunaux pour vous faire taire.

    Et puis, il y la La Plume dont il faut s’occuper et faire vivre parce qu’elle a eu un joli succès avec lequel elle renouera très rapidement.

    Mais lire la Plume ne suffit pas à faire un lecteur de La Plume. Ce n’est ni le nombre de «pages vues», ni celui de «like», ni les commentaires bienveillants qui la garderont en vie. Il faut du concret !

    Je vous apporte donc dès aujourd’hui mon soutien cher Marc et je file sur PayPal pour joindre l’acte à la parole !

    Bien à vous

    • marc le 3 octobre 2018 à 17 h 51 min

      Mon cher Trechelaplaine,

      votre fidélité, vos encouragements constants, votre généreux soutien financier, votre contribution épistolaire (trop rare, elle !), me touchent vous le savez au plus haut point. Que dire, une fois de plus, si ce n’est « merci » ?

      PS : bon, alors, quand est-ce qu’on le prend, ce verre ensemble ? :-)

      Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*