Société France

La Plume soutient et relaie la lettre de la mère de Vincent Lambert au président de la République

12 avril 20183
La Plume soutient et relaie la lettre de la mère de Vincent Lambert au président de la République 4.93/5 41 votes

 

Dans une tribune publiée par Le Figaro, Viviane Lambert s’oppose à l’arrêt de la nutrition et de l’hydratation de son fils handicapé, décidé par le CHU de Reims. Elle en appelle directement à Emmanuel Macron pour obtenir la grâce de son fils :

Mon fils a été condamné à mort. Il s’appelle Vincent Lambert, il est père d’une petite fille, il vit, et n’a commis aucun crime. Et pourtant, ce lundi 9 avril 2018, en France, un médecin m’a annoncé que dans dix jours commencerait la lente et longue agonie de mon enfant, qui va mourir de faim et de soif.

Ce même lundi, vous étiez au Collège des Bernardins, à Paris, pour parler du handicap et de la vulnérabilité. Vous avez évoqué l’exigence de l’effectivité. Et vous vous êtes engagé personnellement, avec ces mots: « Je pense, pour ma part, que nous pouvons construire une politique effective, une politique qui échappe au cynisme ordinaire pour graver dans le réel ce qui doit être le premier devoir du politique, je veux dire la dignité de l’homme. »

Permettez-moi de vous prendre au mot, Monsieur le Président : mon fils n’a pas mérité d’être affamé et déshydraté. Qui oserait, à cet égard, parler de « mourir dans la dignité »? Pourquoi lui infliger cette peine ? Quelle faute Vincent a-t-il commise ?

Permettez-moi, pour que vous puissiez en juger, de vous le présenter, et de vous rappeler son état.

Vincent est un homme de 42 ans, en situation de grand handicap. À la suite d’un accident de voiture, il est en état pauci-relationnel. C’est un état de conscience minimale qui l’empêche de communiquer verbalement. Mais c’est tout ! Vincent n’est pas dans le coma, il n’est pas malade, il n’est pas branché. Ce n’est pas une machine qui maintient mon fils en vie. Il respire sans assistance. Il se réveille le matin, et s’endort le soir. Quand nous, ses parents, sommes avec lui, il a des réactions. Il nous suit du regard, parfois intensément, également avec son frère David qui est très proche de lui. Il a eu en notre présence plusieurs vocalisations dont une que nous avons filmée et qui a impressionné les médecins spécialistes à qui nous l’avons soumise et qui affirment qu’il n’est pas en état végétatif.

Alors qu’il avait perdu le réflexe de déglutition, il l’a retrouvé. J’ai pu lui donner à manger de la nourriture qu’il a déglutie sans aucune difficulté. Nous avons soumis ce film également à ces dizaines de spécialistes qui, tous, ont affirmé qu’il devait être rééduqué à remanger par la bouche. Mais il faut le faire selon des protocoles spécialisés, avec une équipe pluridisciplinaire, dans une unité spécialisée, dans le cadre d’un projet de vie en lien avec sa famille.

Au lieu de cela, il n’y a plus pour lui qu’un projet de mort. Et un médecin, à Reims, sans tenir aucun compte de tous ces avis spécialisés, a décidé d’arrêter son alimentation et son hydratation donnée par sonde, sans lui permettre d’être pris en charge ailleurs pour être rééduqué et stimulé.

Vincent est handicapé mais il est vivant.

Bien évidemment, sa situation est dramatique. Je suis sa mère : vous pouvez imaginer comme j’en suis meurtrie et la souffrance quotidienne qu’il me faut porter. Est-ce pour cela qu’il faudrait l’éliminer ? Ma famille, dans cette épreuve, s’est divisée et cela ajoute à ma douleur.

Comme les 1700 personnes porteuses du même handicap que lui, Vincent aurait donc dû être placé dans un service spécialisé pour personnes cérébrolésées. Mais il a été mis en soins palliatifs, sans traitements adaptés, sans le service de kinésithérapie qui lui permettrait de faire les progrès permis par son état. Plusieurs établissements qui accueillent des personnes victimes de graves accidents de la route sont prêts à l’accueillir, et le voilà retenu dans le centre de soins palliatifs d’un hôpital incompétent pour une telle prise en charge.

Pourquoi cet acharnement contre mon fils ? Et est-ce que ces 1700 personnes handicapées en état pauci-relationnel vont aussi être condamnées à mort ?

Monsieur le Président, il y a quelques années, le 29 avril 2013, au chevet de mon fils, je l’ai vu mourir. J’ai vu qu’il mourait alors que son handicap n’est pas mortel. J’ai été foudroyée : je me suis aperçue que depuis vingt jours Vincent n’avait rien mangé, parce qu’on avait coupé son alimentation sans rien nous dire et qu’il était desséché parce qu’on avait décidé de réduire son hydratation. Vincent me regardait ; et il pleurait. Des larmes coulaient le long de ses joues. À ce moment-là, mon fils souffrait. Non de sa maladie, mais parce qu’on l’avait abandonné. Et condamné. Il m’a fallu encore onze jours pour réussir à ce que l’on remette la sonde gastrique de Vincent afin de l’aider à manger et à boire.

Était-ce digne ? Était-ce médical ? Je ne le crois pas. Mais par-dessus tout, je ne comprends pas quelle loi, quelle volonté politique pourrait vouloir et justifier que l’on condamne à mort un individu parce que l’on refuse de le soigner.

L’état de Vincent, tenace bien qu’il soit immobilisé depuis 2008, toujours en vie bien qu’on l’ait affamé pendant un mois, témoigne de sa réelle volonté de vivre. Les vingt-cinq spécialistes que nous avons consultés l’ont affirmé par écrit : le fait qu’il ait survécu 31 jours sans alimentation et avec une hydratation réduite est incompatible avec une prétendue volonté de mourir.

Et pourtant, ce lundi 9 avril, un médecin a, de nouveau, décidé la mort de mon fils, pour la quatrième fois. Même ce médecin écrit que la volonté de Vincent Lambert est incertaine. Alors, dans le doute de sa volonté, il doit mourir ? On vous dira que c’est une décision médicale pour refus d’acharnement thérapeutique. Mais c’est faux. Vincent n’est pas en fin de vie. Il n’est pas malade. Il ne souffre pas. Lors de la procédure collégiale, vingt-quatre spécialistes ont adressé un courrier à l’hôpital de Reims pour indiquer que Vincent Lambert n’est pas en situation d’obstination déraisonnable. S’il faut qu’il meure, ce n’est pas pour sa dignité : c’est par volonté euthanasique. Vincent va être sacrifié pour faire un exemple. Mon fils doit être un cas d’école.

Monsieur le Président, je vous demande de me recevoir en urgence, accompagnée des médecins spécialisés qui connaissent Vincent pour l’avoir vu et qui pourront vous expliquer son état de santé réel.

Vivianne Lambert

 

SOUTENONS VINCENT LAMBERT

Comitedesoutien-VincentLambert

boutonsigner

EmailPrintFriendlyBookmark/FavoritesFacebookShare

Mots clés : , ,

3 Responses to La Plume soutient et relaie la lettre de la mère de Vincent Lambert au président de la République

  1. Trechelaplaine le 15 avril 2018 à 20 h 46 min

    J’ai comme un doute. Et si cette dame avait raison ? Ne cherche-t-on pas à faire de son fils un «exemple euthanasique» pour bousculer les croyances périmées, effacer des esprits le respect absolu de la Vie et promouvoir l’Homme post-moderne, celui qui choisi sa vie et son destin et surtout celui des autres ?

    Chaque année, en France, près de 200 000 fétus sont mis à mort sans état d’âme, soit par armes chimiques, soit par instruments chirurgicaux tout comme les poussins mâles aspirés vivants par les hachoirs des élevage de poulets.

    Non désirés, gênants et inutiles et hop à l’abattoir ! Disparaissez !

    Le progrès n’a pas de limite : n’essaie-t-on pas de nous imposer l’idée que les vieux grabataires ont usé leur capital temps et que leur mise à mort volontaire serait une formidable avancée pour l’humanité, les caisses de retraites, les héritiers et le budget de l’Etat ?

    Qui seront les prochains à être désignés coupable de vivre ? Quel sera leur échafaud ?

    Le bourreau, on le connait; il s’appelle «humanisme » ! En son nom, tout est permis, même le meurtre de la partie fragile de l’humanité : la balbutiante qu’on ne désire pas, la chancelante qu’on ne supporte plus.

    Après Vincent Lambert, les adultes défaillants seront avertis ! Ils sont tous potentiellement dans le viseur du grand exécuteur, cet humanisme qui assassine pour le plus grand bien de ses victimes !

    Etrange humanité que celle qui substitue le droit de tuer au devoir de sauver !

  2. Carine le 15 avril 2018 à 19 h 18 min

    Les médecins de cet hôpital décident de la mort de Vincent, contre l’avis de leurs confrères.
    Il est urgent de réagir et de le sortir d’entre les mains de ses exécuteurs.
    Ce président saura-t-il entendre cet appel ?

  3. Mildred le 13 avril 2018 à 10 h 15 min

    On aimerait que nos médecins refusent ce rôle d’anges exterminateurs que certains veulent leur voir jouer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*