Politique France

Vœux : Macron ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît !

4 janvier 20183
Vœux : Macron ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît ! 4.59/5 41 votes

Si ce gonze – qui est malheureusement notre actuel Président de la République – n’existait pas, je ne suis pas vraiment sûr qu’il faudrait l’inventer ! Audiard l’avait dit en son temps (que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître) par la bouche de Lino Ventura, dans le cultissime Les Tontons flingueurs : « les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ! » Macron aussi ose tout, à tel point qu’on finit par croire que son nom est en réalité le même que celui de « toute une foule de gens » (1)… que « Macron » ou « cons », tout cela n’est au fond qu’une assez dérisoire affaire de vrais, de fieffés, de petits, de pauvres ou même de gros synonymes (il n’y a pas dans cette litanie, et pour un tel gaillard, d’adjectif à la con inutile)…

Bien sûr, on avait eu maintes fois, avant puis pendant la campagne de 2017, et lors de nombreuses saillies présidentielles depuis, l’occasion de con-sidérer les dégâts et d’imaginer les con-séquences où allaient nous plonger pour cinq ans, à la suite des déjà croquignolets Sarkozy et Hollande, les errements électoraux de nos con-patriotes… que l’on soit con-trariés, con-sternés, con-fus ou même con-fis, le con-stat restait le même, paraphrasant une réplique célèbre du défunt Droit de réponse télévisuel de Michel Polac : un pays de cons, un pays de Macron !

Notre bébé-Président jupitérien vient, et par deux fois, à l’occasion de ses vœux à la presse et au corps diplomatique, de nous administrer de nouvelles preuves (dont on ne sait plus si on doit les qualifier d’éclatantes ou d’effarantes) de son expertise assez remarquable en matière de déclarations à la con. La maestria, le culot sans égal avec lesquels il nous a sorti en ces occasions ses bons et mauvais points de déontologie journalistique ou ses perles d’inculture diplomatique m’incitent à penser que du coup, il y prend son pied, cet âne (oui, je sais, celle du coup de pied de l’âne, elle est sacrément tirée par les cheveux, mais un peu d’indulgence, c’est un papier de reprise, hein ?). Je ne peux depuis m’empêcher de l’imaginer, de le voir très clairement même, comme l’Escartefigue de la trilogie de Pagnol, « serrant contre [son] coeur les bornes du couillonisme, et courant à toute vitesse pour les transporter plus loin, afin d’agrandir [son] domaine » (2). D’où, j’en con-viens, ce très méchant premier article de l’année.

Lors des vœux à la presse, Micron nous a d’abord fait un numéro de déontologue journalistique assez « abracadabrantesque », comme aurait dit un autre locataire fortement défectueux de l’Elysée. Décernant les brevets de « bon journalisme » aux carpettes serviles de la presse couchée qui ont fait l’essentiel de son succès électoral du printemps dernier, puis lançant les fatwas au « mauvais journalisme » , celui – principalement selon lui financé par les Russes – qui ne caresse pas forcément notre monarque républicain dans le sens du poil, Macron, comme la lune, a été astral. Extraits :

« Toutes les paroles ne se valent pasC’est vous, journalistes, qui êtes les premiers menacés par cette propagande. Elle adopte votre ton [...] votre vocabulaire. Parfois même, elle recrute parmi vous… »

Mais quelle est donc cette mauvaise presse visée par la diatribe macronienne ? Celle qui a détruit la candidature de Fillon durant la présidentelle ? Celle qui n’a cessé de combattre son adversaire de second tour, Marine Le Pen ? Celle qui nous a, depuis des années, raconté d’abjectes fadaises sur la guerre de Yougoslavie ? Qui nous a menés en bateau sur les armes de destruction massives de l’Irak ? Celle qui a fait campagne à l’unanimité et jusqu’à l’exubérance pour la constitution européenne, en 2005 ? Qui a couvert l’illégalité et l’ignominie de l’intervention béhachélo-sarkozienne en Libye ? Celle qui nous a désinformés sur les vraies raisons du Brexit ? Celle qui a fait durant la dernière campagne présidentielle américaine, jour après jour et sur tous les sujets possibles et même inimaginables, de la « trumpophobie » primaire (et même secondaire, voire tertiaire) une religion des tas ? Celle qui nous baratine encore et toujours, aujourd’hui sur l’Ukraine, sur la Syrie et désormais sur l’Iran ? Mais non, enfin, vous n’y êtes pas du tout, bande d’andouilles ! La vraie plaie du journalisme hexagonal est ailleurs, et elle est « parfois même financée par certaines démocraties illibérales (sic)», nous a asséné Macron, visant évidemment la toute nouvelle chaîne d’infos RT France, carrément interdite de conférence, comme la radio Sputnik, pour ceux qui n’auraient pas suivi la limpide et si argumentée pensée présidentielle.

« Entre complotisme et populisme, le combat est en effet commun », d’ajouter le bonhomme, pour mettre dans un même panier bien entendu infâmant tous ceux qui renâclent ou osent simplement se défier de cette presse institutionnelle qui lui mange dans la main, qui a fait son élection, venue d’enthousiasme à la soupe macronienne après avoir précédemment et tout aussi servilement lapée les gamelles sarkozienne et hollandienne, une presse d’une médiocrité et d’une complaisance envers  les puissants sans équivalent dans les pays dits « démocratiques », une presse préservée du désastre économique (dur de présenter une situation économique satisfaisante quand, à force de bienpensance et de compromissions oligarchiques, on n’a plus de lecteurs) à grands renforts de subventions ou, plus exactement encore, de perfusions d’argent public…

Et de conclure sa diatribe de grand Mamamouchi médiatique par l’annonce de tout un tas de mesures orwelliennes à venir : consignes et nouvelles lois de contrôle, de censure, de clôture de sites et d’interdiction d’émettre même si besoin, pour tous ceux qui auraient la mauvaise idée de déplaire ou de critiquer radicalement le nouveau pouvoir en place. Et tout cela pour lutter contre les « fake knews », pour défendre la « vérité », la « liberté d’expression » et « protéger la vie démocratique », bien entendu… La censure pour les fâcheux, quoi ! Fallait oser ? Ca tombe bien : comme on l’a dit plus, haut, Macron ose tout !

La preuve par la répétition, d’un peut-être plus haut niveau de déconnade encore, cette fois à l’occasion des vœux diplomatiques. Lors de son entrevue télévisuelle façon brosse à reluire avec la nouvelle descente de lit élyséenne Laurent Delahousse, mi décembre 2017 sur France 2 (ça c’est du bon journalisme, coco !), Macron avait carrément osé cette phrase : « je pense que, d’ici mi, fin février, nous aurons gagné la guerre en Syrie » (contre les islamistes, CQFD). Le « nous » en avait interpellé plus d’un parmi ceux qui, comme votre serviteur, ont suivi d’un œil aussi attentif qu’écoeuré les errements diplomatiques français au Moyen-Orient, depuis l’origine des dramatiques évènements de Syrie : souvenons-nous par exemple du « bon boulot » fabiusien du Front Al Nosra, où des fournitures d’armes aux djihadistes « modérés » (ne riez pas, bande de populistes !), j’en passe et des pires… et bien, Macron a lors de ses vœux passé la seconde couche, et elle était sacrément épaisse, presque autant que sa mauvaise foi, car à l’impossible ce nul n’est pas ténu ! Extraits encore :

« La lutte contre le terrorisme islamiste a connu d’indéniables succès mais elle est loin d’être achevée. Nous avons connu au Levant nos premiers succès militaires contre Daesh ce qui a conduit le Premier ministre d’Irak à annoncer la victoire et qui, je l’espère, d’ici quelques semaines, nous permettra de gagner militairement en Syrie contre Daesh »…

Si l’un de mes chers lecteurs a connaissance de l’un de « nos » succès militaires contre Daesh, qu’il n’hésite pas à éclairer ma lanterne, il est toujours préférable de ne pas mourir idiot ! Moi qui pensait que c’était principalement l’aviation russe, épaulée au sol par l’armée syrienne, par les forces iraniennes, libanaises et kurdes, qui avait taillé des croupières aux fous d’Allah mettant depuis des années le pays à feu et à sang, avec les armes que nous leur avons si généreusement fournies…

« Ces victoires militaires n’achèvent pas l’ensemble du problème et nous continuerons à être impliqués… si nous gagnons contre Daesh, il faudra gagner la paix au Levant pour éviter toutes résurgences de formes comparables »… tu l’as dit, bouffon : « nos » « victoires militaires » n’achèvent pas grand-chose, en effet !

« En Syrie, nous avons un ennemi, Daesh, nous sommes en passe de le vaincre ». Une fois de plus, ce « nous » est con-fondant de culot !  Mais Daesh n’est pas l’ennemi des Syriens par contre…  non, car comme le dit notre Macron antinational : « le peuple syrien a un ennemi, il s’appelle Bachar al-Assad ».

Quand je vous disais que ce bougre ose vraiment tout, avouez que j’étais encore loin du con-pte ! Après ça… si vous pensez comme moi qu’il y a tout de même de quoi faire un petit caca nerveux, il faut espérer que d’une façon ou d’une autre, d’ici 2022, le peuple français aura trouvé le moyen de tirer la chasse d’eau… mais, hélas, c’est une toute autre histoire !

Marc LEROY – La Plume à Gratter

_____

1) Le Blason, Georges Brassens, ici.

2) « Monsieur Escartefigue, je vous ai toujours considéré comme le plus sympathique et le plus affectueux des polichinelles que j’ai connus. Mais quand vous dites une chose comme celle que vous venez de proférer, je déclare et j’affirme que vous battez de loin vos propres records de stupidité. c’est-à-dire que je vous vois très distinctement serrant contre votre coeur les bornes du couillonisme, et courant à toute vitesse pour les transporter plus loin, afin d’agrandir votre domaine ». La Trilogie, Marcel Pagnol.

EmailPrintFriendlyBookmark/FavoritesFacebookShare

Mots clés : , , , , , , ,

30 Responses to Vœux : Macron ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît !

  1. Joséphine le 19 mars 2018 à 9 h 37 min

    AFFIRMATIF ! Un Macron ça ose tout. Comme de bouder tel un enfant gâté (plutôt gateux) la présence de la veuve de Soljenitsyne.
    Natalia Soljenitsyne, veuve de l’auteur de « L’Archipel du Goulag », s’est déclarée « peinée » vendredi par l’attitude du président français Emmanuel Macron.

    Punaise que ça doit l’emmerder le psychopathe à deux balles que POUTINE ait été réélu avec un tel succès !

    • Trechelaplaine le 19 mars 2018 à 13 h 47 min

      ….et c’est à ça qu’on le reconnaît ! Le pauvre fait ce qu’il peut avec ses petits bras. S’attaquer aveuglément à la Russie, mieux vaut être prudent ! Au sujet de cette histoire d’empoisonnement, raison de sa bouderie, Poutine a raison: s’il s’agissait d’un gaz militaire, ils seraient morts depuis longtemps. Vous allez voir que les deux agonisants vont réapparaître d’ici quelques jours frais comme des gardons et avoueront avoir imprudemment avalé un kebab avarié (pléonasme !).
      Alors, les services spécialisés européens…..manipulateurs ou incompétents ? …ou les deux à la fois ?
      Il fallait emmerder Poutine pour son élection, voilà qui est fait. Le soufflé peut se dégonfler !

  2. Vent d'Est, Vent d'Ouest le 25 janvier 2018 à 22 h 14 min

    Fake news selon Saint Macron : Loi de censure sur les pensées et les textes, ceux qui lui sont hostiles, naturellement, tout en affirmant doctement à Erdogan venu à sa rencontre à Paris le 5 janvier 2018 « que la liberté d’expression doit être libre ».

    Vous avez dit « Fake news » ? Donc acte.

    Tandis qu’un mondialiste s’apprête à des lois liberticides pour disqualifier la contradiction, un souverainiste (qui l’eut cru des USA) s’amuse à organiser les Fake News Awards Cuvée Janvier 2018 et dont la palme revient à CNN…

  3. JOSEPHINE le 22 janvier 2018 à 10 h 02 min

    D’après nos pitoyables journaleux, Macron peut tout oser, parce qu’il est pour eux l’homme de la providence que la France attendait. Mais TRUMP n’a pas le droit de tout oser parce qu’il serait FOU.
    André Bercoff parle de sa FOLIE :

    Lundi 15 janvier 2018, le journaliste André Bercoff était un des invités de Morandini Live en direct sur CNews. Le seul journaliste français à avoir rencontré le Président des USA en tête à tête pendant une heure, a poussé un coup de gueule contre ses confrères qui ne cessent de répéter que Trump est fou :

    “Fou ? un type qui a créé un empire immobilier de 8 milliards de dollars ? Il a également été élu contre tout le monde, y compris les Républicains… C’est un sacré fou pour faire ça…
    De plus, personne ne le dit mais la situation économique des USA est très bonne. C’est juste un négociateur. Ce qui est terrifiant dans les médias c’est que si la réalité n’est pas ce que les gens veulent, ils trafiquent la réalité. C’est eux qui veulent avoir raison dans tous les cas ! Les sachants, les experts, c’est eux qui veulent nous expliquer ce qu’est la réalité, même si ce n’est pas la réalité !”

  4. JOSEPHINE le 13 janvier 2018 à 14 h 34 min

    OUI un Macron ça peut tout OSER, surtout en déplacement à l’étranger ! Car V’là-t-y pas qu’il s’met au chintok à c’t'heure … « Rang – digiu -zaici- weida » «rendre à nouveau notre planète grande et belle».
    Oui Marc, Macron est arrivé à le dire en Mandarin en Chine ! Qui peut le croire ? alors qu’en France le même mec fait tout pour rendre notre Pays petit, moche et invivable. Ta ka tater en surface pour en être convaincu. Entre lui et l’Edouard Philippe qui arrive sur scène devant un micro qui n’était pas celui des grandes chaînes télé, pour expliquer le pourquoi de sa décision sur le 80 Kms/heure, dans un français in-com-pré-hen-si-ble, une chose est certaine, nous sommes bien mal lotis pour l’An 2018 avec de tel zozos. La vidéo sur Philippe vient d’être censurée à mon grand dam. Bon, j’ai pu l’écouter dès hier soir et je vous avoue que j’étais pliée en 8 ! Avec des larmes qui ont obligé mes chats à m’apporter des petits mouchoirs en papier. Laissez parler les p’tits papiers, non, l’Edouard Philippe lorsqu’il est bourré, bourré de bonnes intentions.

    • Vent d'Est, Vent d'Ouest le 25 janvier 2018 à 22 h 23 min

      @ Joséphine
      Vous m’avez fait bien rire avec vos descriptions ! Quand vous dites qu’Édouard Philippe a utilisé un français inintelligible, je serais plutôt encline à entendre une pensée complexe, pensée empruntée à son maître, avec le talent en moins – enfin, si on peut appeler ça un talent, une sorte de charabia devenu dans sa bouche bouillie pour… chat :
      Entre l’original – même moche – et la copie, il n’y a pas photo !

  5. Santiago le 11 janvier 2018 à 13 h 06 min

    Mr LEROY , je viens de faire connaissance avec « votre » plume , grâce à l’intervention amicale et précieuse d’une certaine Joséphine !!!l
    Désormais , je vous lirait avec avidité, pour votre talent grammatical, pour votre clairvoyance,et pour finir pour votre courage.
    Peu d’entre nous peuvent prétendre,se battrent contre ce nous subissons jour après jours depuis des décennies, vous faites partie des rares personnes à ne pas baisser les bras.
    Rien que pour cela vous méritez notre respect , vous avez le mien.
    Cordialement vôtre.

    • JOSEPHINE le 11 janvier 2018 à 17 h 38 min

      Heureuse de te lire ici cher Santiago. Il est impossible que tu regrettes de venir te promener sur les lignes de La Plume.

      Bon maintenant, qu’attend le Taulier de la Plume pour venir accueillir un nouvel arrivant ? Il doit être penché à écrire et à relire son prochain billet…

      Bises

      • marc le 12 janvier 2018 à 1 h 58 min

        Chère Joséphine, ce petit retard s’explique par un déplacement en Mayenne. Je reprends la Plume dès demain !

        Bises, comme toujours !

    • marc le 12 janvier 2018 à 2 h 09 min

      Mon cher Francis,

      Vous êtes le bienvenu ici, prenez vos aises, faites comme chez vous, La Plume est née pour cela ! Dans le monde qui est le nôtre, il nous faut nous tenir chaud si l’on veut rester d’équerre…

      Merci de vos compliments, je vais essayer de les mériter ! :-)

      Au plaisir de vous relire ici, souvent !

      Amitiés

      PS : la dite Joséphine, qui rira peut être si je la taquine, vient de m’engueuler parce que je ne vous ai pas répondu assez vite ! Elle est terrible !

      • JOSEPHINE le 12 janvier 2018 à 9 h 44 min

        Vous avez raison, je ne peux que sourire … Côté Mayenne (53) aussi, j’y suis née il y a de cela bien longtemps. Je l’ai quittée dès l’âge de mes trois ans à peine, via le Maroc.

        J’excuse donc votre échappée belle et vous remercie d’être venu « enfin » accueillir un Ami, un vrai !

        Bises bien entendu.

  6. Catherine le 6 janvier 2018 à 14 h 24 min

    « Je pense depuis longtemps que si un jour les méthodes de destruction de plus en plus efficaces finissent par rayer notre espèce de la planète, ce ne sera pas la cruauté qui sera cause de notre extinction, et moins encore, bien entendu, l’indignation qu’éveille la cruauté, ni même les représailles et la vengeance qu’elle s’attire… Mais la docilité, l’absence de responsabilité de l’homme moderne, son acceptation vile et servile du moindre décret public. Les horreurs auxquelles nous avons assisté, les horreurs encore plus abominables auxquelles nous allons maintenant assister, ne signalent pas que les rebelles, les plus insubordonnés, les plus réfractaires sont de plus en plus nombreux dans le monde, mais plutôt qu’il y a de plus en plus d’hommes obéissants et dociles. »

    Georges Bernanos

  7. Catherine le 6 janvier 2018 à 13 h 23 min

    5 minutes, 2 secondes qui dit mieux!

    tout est dit!

    C’est plié !

    Il n’y aura plus que le secours de la Providence!

    Nous méritons ce que l’on nous sert! Nous sommes bêtes à bouffer du foin et surtout ceux qui gueulent ne font rien! Encore plus complices que les autres, des vrais con-plie-ces!!!

    https://youtu.be/k40RpYZlvkQ

    • Trechelaplaine le 7 janvier 2018 à 10 h 45 min

      Merci Catherine pour le lien vers l’indescriptible Attali ! Mais pourquoi tant de sévérité envers ceux qui « gueulent » dont je pense faire partie ! De votre côté, que faites-vous pour ne pas être une « conne-pli-ce » ?

  8. Trechelaplaine le 5 janvier 2018 à 16 h 03 min

    A sa décharge, Macron, n’est pas le premier à tout oser. Il entre avec fracas dans le vaste club cher à Audiard et les mois à venir montreront qu’il s’y hissera rapidement à la première place. Quoiqu’il en soit, reconnaissons qu’il n’usurpe pas les fonctions qu’il occupe aujourd’hui et qu’il a fallu la mobilisation et le soutien inconditionnel de millions de cons, la plupart bien franchouillards, pour qu’il nous accable chaque 31 décembre de ses voeux aussi ridicules et stupides qu’inutiles et cyniques.
    Au sujet de la liberté d’expression sur Internet et ses fadaises de «fake news», il semble avoir une belle motivation pour protéger ses futures campagnes électorales en bâillonnant rudement l’opposition.
    Au rythme actuel de la progression de la censure et du lavage des cerveaux, il pourrait n’y avoir bientôt, en matière de connaissance, d’information, de restitution et d’opinion, qu’une vérité, celle de la caste de courtisans servile et privilégiée, seule autorisée à décrire, commenter, analyser les faits ,les évènements, les opinions.
    Ces dernières seront (sont déjà ?) soumises à la censure de tous les impétrants du système. Les avis divergents seront empêchés, muselés, harcelés, ,poursuivis chassés, interdits, punis.
    Une simple formule comme «……..n’est pas une opinion, c’est un délit» permet de faire taire les gêneurs, de les accabler, voire les ruiner ….L’étape suivante on la connait : après le délit, c’est le crime et la prison !
    Hors du monde numérique, les outils répressifs sont déjà nombreux et il faut maintenant les adapter à l’Internet, autrefois vanté comme un «formidable espace de liberté». Une liberté d’expression qui aujourd’hui panique la mafia autocrate car elle menace sa toute puissance et déjoue ses mensonges et ses manipulations. Surveillance systématique, contrôles permanent et répression sans faille seront désormais le quotidien des utilisateurs de l’Internet. L’intelligence artificielle va grandement faciliter la tâche des censeurs qui peuvent également compter sur des initiatives personnelles de leurs nombreux serfs: Le Monde par exemple; avec Decodex, tente de s’imposer comme le grand arbitre de la fiabilité des informations, Wikipédia, grand prêtre de la connaissance moderne qui s’autocensure sans complexe et qui distille des informations incomplètes, fausses ou tronquées; Facebook, Tweeter et d’autres, qui ferment arbitrairement les comptes suspectés d’être déviants. On peut ajouter les initiatives politiques pour légiférer moult lois liberticides, le zèle lapidaire de la justice pour donner suite à des plaintes injustifiées et iniques (La Plume en sait quelque chose !); la remise en question de l’anonymat (en réalité inutile avec l’identification par l’IP), mais qui dissuadera les plus téméraires à s’exprimer librement…..L’autodafé numérique est en marche !

    Au sujet de l’action de la France Syrie, quelle blague ridicule !……Macron le cynique, fait dans la fake news !

    • JOSEPHINE le 5 janvier 2018 à 18 h 43 min

      Bien vu votre commentaire Trechelaplaine. Au sujet des « fake news » j’ai pu relever ce qui suit aujourd’hui et qui me parle : « Première question : qui va décider si une information est fausse ? Qui va décider de ce qui est une fake news et de ce qui n’en est pas une ? « Des juges du Syndicat de la magistrature ? Le gouvernement ? » a aussitôt demandé Marine Le Pen. Qui va enquêter ? Quels sont les pouvoirs et les moyens de la justice (déjà débordée et à la ramasse dans les affaires à traiter) pour distinguer le vrai du faux ? Le bien du mal ? Et selon quels critères « objectifs », idéologiques et politiques ?

      Pendant ce temps, les gros médias, eux, pourront continuer de diffuser leurs fake news ordinaires, sur Trump, sur l’Union européenne, sur la Syrie, de chanter les louanges des migrants, de vanter les mérites de l’immigration massive, de nier les dangers de l’islamisation, etc. La seule propagande et les seuls bobards autorisés en somme, ce seront les leurs. »

    • marc le 6 janvier 2018 à 9 h 02 min

      Mon cher Trechelaplaine,

      notre monde devient de plus en plus orwellien… au fur et à mesure que, incapable d’articuler – hélas ! – une réponse dans les urnes à même de formaliser sa frustration ou son dégoût, le citoyen de base se détourne des sources traditionnelles d’ « information » (c’est à dire aujourd’hui, n’ayons pas peur des mots, de propagande), le pouvoir se crispe, et tente (la dernière sortie de Micron en est la dernière illustration) de reprendre la main, de contrer la prise de conscience, non en changeant de politique, mais en allant vers la censure, en changeant le sens des mots : « vérité » devient mensonge, « information » devient communication, etc.

      Nous y sommes en plein… et je crois que nous sommes loin encore d’avoir tout vu ! Je me demande si des sites comme La Plume pourront encore exister à la fin du quinquennat Macron…

      Amitiés

      • Trechelaplaine le 6 janvier 2018 à 10 h 22 min

        Cher Marc,
        Plus que par le passé, les pouvoirs sont confrontés aux bavardages, aux échanges d’idées et d’opinions……Autrefois, les langues bavardes étaient sectionnées ou son propriétaire pendu; aujourd’hui, on légifère et on poursuit en justice. Les pouvoirs ne supportent pas que l’on se détourne des vérités qu’ils fabriquent !
        Alors, oui, les sites comme la Plume sont peut-être en danger face à une censure d’état qui se fera de plus en plus pressante.
        Heureusement, nous n’en sommes pas encore là, même si la menace se précise, et La Plume a encore un espace de liberté suffisant pour nous gratifier de ces brillants commentaires sur l’actualité !
        Amitiés

        • marc le 7 janvier 2018 à 9 h 36 min

          Cher Trechelaplaine,

          La Plume et son taulier seront peut-être bientôt en effet tous deux menacés de finir au trou : celui des barreaux (voire des pissenlits) pour l’un, celui de la censure, pour l’autre ! :-)

          En attendant, restons droits dans nos bottes, disons les choses et essayons de rire de tout, pour éviter d’avoir à en pleurer !

          Amitiés

          • Trechelaplaine le 7 janvier 2018 à 10 h 34 min

            Ni l’un ni l’autre cher Marc ! Résistons !

            • marc le 7 janvier 2018 à 10 h 49 min

              Et mort aux c… ! :-)

  9. JOSEPHINE le 5 janvier 2018 à 15 h 11 min

    Comme Brassens le chantait pour une Femme qui n’était pas la garce de Nadine de Rothschild, « Tout est bon chez Elle, il n’y a rien à jeter », je lui pique cette ligne pour vous l’attribuer et dire que dans ce que vous venez d’écrire Marc, tout est bon chez vous, il n’y a rien à jeter !!! Bravo et Merci d’être revenu et d’avoir repris la plume.

    Tout ce qui se passe sous la Macronie est à vomir. Tout ce qui s’est passé sous la Hollandie l’a été tout autant. Surtout lorsqu’on apprend ce matin, que les FLICS savaient de source sûre, huit jours avant, ce qui attendait le Pauvre Père Hamel dans son Eglise. Je ne peux rendre ma Légion d’Honneur à Hollande, ni à Macron, elle ne m’a pas été décernée comme elle l’a été sans raison au père de ce con ricanant de Hanouna, il ne me reste que ma Nationalité Française à laisser tomber tant elle me fait honte, aujourd’hui plus qu’hier et moins que demain.

    Quant à la Syrie qui a gagné aux côtés de la RUSSIE, une bataille sans merci contre l’état islamique, avec des vies sacrifiées parmi les Soldats de ces deux Pays, que Macron et le Drian nous disent combien de soldats Français sont morts pour le même combat là-bas …

    Ce fut un réel plaisir de vous lire Cher Marc. A très bientôt j’espère et surtout portez-vous bien.

    • marc le 6 janvier 2018 à 9 h 06 min

      Vous avez raison, ma chère Joséphine : tout est bon dans le cochon ! :-) D’ici à ce qu’on me balance, moi aussi… blague à part, merci de vos compliments qui me vont droit au coeur !

      Bises, évidemment !

      • JOSEPHINE le 6 janvier 2018 à 12 h 16 min

        Bon, si l’appel à balancer de la smala Macron prend effet mon cher Marc, ce sera en ces termes pour vous : « Balance ton Amoureux de la France »! et ça va fonctionner je le crains. Par contre ce qui n’a pas fonctionné chez nous et ne fonctionnera pas demain, c’est « balance ton fou d’allah ». Ah que SI ! Celui qui a égorgé le Père Hamel avait été signalé, balancé, étiqueté à la patte comme étant extrêmement dangereux et prêt à commettre l’irréparable, et ça a donné quoi ? Oualou !

        Bon Samedi et bon Dimanche Marc ! Et ? Et je vous embrasse affectueusement.

        • marc le 7 janvier 2018 à 10 h 12 min

          Vous êtes décidemment une indécrotable islamophobe, ma chère Joséphine !

          Dans la France de Hollande et désormais de Macron, d’aujourd’hui et sans doute bien plus encore, au train où vont les choses, de demain, on ne doit pas souhaiter un « bon samedi » (possiblement trop judéophile), et surtout, SURTOUT pas un « bon dimanche » (beaucoup trop chrétien pour être honnête), mais un « bon vendredi », voyons ! Adaptons-nous, nauséabonds (à rien) que nous sommes ! Bon Dhimmi, en quelque sorte…

          Grosses bises malpensantes, évidemment !

          PS : en ce qui concerne la « nouvelle » affaire Hamel, il semble (heureusement) que ce soit nettement moins ignoble qu’on a dans un premier temps pu le croire : http://www.bvoltaire.fr/laffaire-de-note-kermiche-cest-miserable-petite-gueguerre-entre-services/

          • JOSEPHINE le 11 janvier 2018 à 17 h 21 min

            Je me suis écartée de Bld Voltaire Marc. Tout simplement parce que Ménard et son épouse ont craché sur MLP ! Et qu’ils ne crachent pas sur l’Opus Dei qu’ils invitent régulièrement à leur table.

            Bon… maintenant que je sais que vous me percevez comme une indécrottable islamophobe, je vais vous prouvez le contraire en vous souhaitant un vendredi qui li bon bor toi. Et ? et il me reste à vous embrasser dans la langue arabe : J’ti bouss !!! en vous kiffant bien sûr…
            Sans rancune !

            • marc le 12 janvier 2018 à 2 h 05 min

              A par Marie Delarue, et quelques fois une entrevue avec Xavier Raufer, voire un article par-ci par là, il n’y pratiquement plus rien à lire sur Boulevard Voltaire… et puis c’est lamentable d’avoir supprimé les commentaires : quand on lit une connerie (et ça arrive maintenant assez souvent), on ne peut pas répondre ! Je pense à le virer de la liste de mes liens (que je dois d’ailleurs pas mal dépoussiérer).

              Vous savez, Joséphine, il n’y a aucune raison d’être une islamo-sceptique primaire : il suffit de lire une fois le Coran pour devenir islamo-sceptique secondaire, puis de lire les Hadiths pour le devenir à un niveau tertiaire ! :-)

              Big bisous, bien kiffants eux aussi !

              • JOSEPHINE le 13 janvier 2018 à 13 h 04 min

                BLD Voltaire qui nous privait de commenter était bien significatif de leur part en effet. On vous impose nos articles, s’ils ont ou pas votre approbation, un seul mort d’ordre : fermez vos gueules ! Nous seuls avons le droit à la parole ICI. Alors j’ai dit Merde au boulevard ! Leur ai signifié ma désinscription il n’y a pas très très longtemps. Je recevais également délits d’image. Un peu Kif kif, on pouvait donner notre impression sous chaque article, mais seul votre commentaire apparaissait tout au long d’une Sainte journée, ceux des autres Plouff oualou ! Ai pris mon plumeau et j’ai donné ce site à bouffer aux acariens, mes chats n’en voulant pas. Pour ce qui est du Coran, il est mortifère, il n’y a aucun doute. Très Honnêtement mon cher Marc, je n’ai pas eu votre courage pour le lire en entier… Il m’a suffi de vivre parmi ceux qui le lisent dans leurs pays pour m’être fait fissa fissa une idée de ce qu’il renferme et dégage. Je passais toute petite devant une école coranique à Marrakech en revenant de l’école. J’y entendais hurler des petits garçons à cause de tortures qui leur étaient infligées, du genre de la fellakah sur la plante de leurs pieds, lorsqu’ils oubliaient quelques mots dans un passage du coran.
                Et pour conclure, faut qu’j'vous l’avoue, après l’avoir lu et relu, et entendu grâce à de rares vidéos, je suis une admiratrice du Père Henri BOULAD qui en connait un long rayon sur l’islam tout court…AMEN.

                Bises !

                Encore une fois, merci à vous Marc d’être là, debout face à tout ce qui nous flingue en France.

  10. J-J S le 5 janvier 2018 à 7 h 44 min

    Bravo votre avis me manquait,je suis servi.Mais l’avenir n’est pas rose;Que va devenir notre pays?Oui la chasse d’eau n’est pas prête à être tirée.Amitié.
    J-J S

    • marc le 6 janvier 2018 à 9 h 08 min

      Merci Jean-Jacques

      oui… l’avenir ne parait pas vraiment rose… même si, comme disait Maurras : « Le désespoir en politique est une sottise absolue ».

      « C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière », ajouterait encore ce bon vieux Rostand (Chantecler).

      Accrochons-nous, restons debout, et malgré tout, n’ayons pas peur d’eux car « ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux », pas vrai ?

      Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*