Politique France

La France ? Un pays de cons, un pays de Macron ! Par Trechelaplaine (lecteur de La Plume)

9 mai 20171
La France ? Un pays de cons, un pays de Macron ! Par Trechelaplaine (lecteur de La Plume) 4.89/5 27 votes

 

Il y a malheureusement longtemps que la France élève des cons. C’est d’ailleurs devenue une de ses spécialités. Depuis le plus jeune âge, jusqu’à la maison de retraite, le con est initié, formé, encadré, récompensé ou puni !

L’éducation nationale, fabrique de cons de référence, formate chaque année des centaines de milliers de cerveaux pour les persuader que la liberté a été conquise en 1968 et que la lumière à été créée le 10 mai 1981.

Les mass médias assurent le service après-vente grâce aux escadrilles de journalistes chargées d’entretenir l’endoctrinement à grand coups de culpabilisation : de 7 à 77 ans ( voire plus), le con français est persuadé d’être issu d’un peuple de salauds, de criminels et que ses aïeux n’étaient pas des « justes ».

A 18 ans, le jeune con  sait que la France est née le 14 juillet 1789, qu’elle s’est enrichie par le pillage de ses colonies et par l’esclavage, que sa prospérité sera assurée par les flux migratoires africains, « une chance inespérée qu’il faut saisir », que « l’Islam est une religion de paix et de tolérance », que le catholicisme est exactement l’inverse. Il sait aussi que « le nationalisme, c’est la guerre », qu’il n’est pas possible que Pétain ait reçu les pleins pouvoirs d’une assemblée de gauche, que Pierre Laval fut socialiste et que le Front national et le terrorisme islamique, c’est blanc bonnet et bonnet blanc.

Pour trouver son équilibre mental, le con se libère de cet héritage insupportable par la repentance honteuse, la docilité électorale et l’exhibition de sa haine à l’encontre de ceux qui tentent de briser leurs chaines.

Les récalcitrants à la connerie ambiante sont châtiés comme il se doit : les carrières artistiques subventionnées (celles o% l’on trouve des cons exceptionnellement cons et incultes), celles de la magistrature ou de la haute fonction publique ne leur sont pas accessibles ; quant au métier de journaliste, inutile de dire que la con-frérie ne recrute que parmi les siens ! Pour faire bonne mesure, les tentatives d’émancipation sont punies par la moquerie, l’insulte, l’invective, les menaces, le harcèlement judiciaire ou administratif, les injustices, la terreur…

Avec cette organisation implacable et cette innombrable armée d’électeurs-esclaves, le système a de beaux jours devant lui. La dilution de la France dans la connerie générale devrait donc se poursuivre? voire s’intensifier avec l’arrivée du nouveau premier con de France.

Dans ces conditions, bien que décevante et décourageante, la défaite de Marine Le Pen est-elle vraiment une contre-performance ?

Trechelaplaine

EmailPrintFriendlyBookmark/FavoritesFacebookShare

Mots clés : , ,

16 Responses to La France ? Un pays de cons, un pays de Macron ! Par Trechelaplaine (lecteur de La Plume)

  1. JOSEPHINE le 7 juin 2017 à 10 h 48 min

    Inquiète de ne plus vous lire également. C’est égoïste, je sais. Cela dit je vous espère sincèrement en Mayenne en contact avec la nature à faire l’éloge du silence pour vous aider à oublier ce que vous avez subi médicalement. Prompt rétablissement !

    • Michel Verdin le 23 juin 2017 à 16 h 12 min

      J’aurais volontiers participé à votre entreprise de réinformation et de culture mais j’ai décidé de quitter ce pays de cons arriérés qui élisent des abrutis. Les peuples en démocratie méritent les dirigeants qu’ils élisent !

      • JOSEPHINE le 24 juin 2017 à 7 h 05 min

        Chaque civilisation a les Ordures qu’elle mérite. G. Duhamel. Je comprends votre choix.

  2. PR CALGUÈS le 7 juin 2017 à 9 h 19 min

    Vous me manquez, Marc !
    Vous vous portez bien j’espère ?
    Amitiés.

  3. Carine le 2 juin 2017 à 13 h 08 min

    Tout va bien, Marc ?
    Bisous.

  4. Catherine le 1 juin 2017 à 10 h 39 min

    Le con n’est pas l’autre, c’est l’autre qui est en nous. Tant qu’on n’aura pas compris ça, c’est mal barré!

    • Catherine le 2 juin 2017 à 10 h 40 min

      Bon,comme ça peut ne pas être clair ce que je dis de façon lapidaire, je vais développer un peu.

      Ce que je veux dire c’est que: Tant qu’on verra la connerie en l’autre et qu’on ne la verra pas en soi, c’est pas la peine d’espérer avancer. On fera du sur place et même on fera de la marche arrière.

      Parce que la connerie elle n’appartient pas en propre à quelqu’un, à un groupuscule, à un parti, à je n’sais quoi.

      Elle est constitutive de chaque être, de chaque groupuscule, de chaque parti, de chaque j’sais pas quoi. Et que le premier travail est déjà de constater ça et de tenir le choc de ça.

      Oui, nous sommes une partition de connerie et de non-connerie à nous tous seuls et que de le voir déjà, nous permet alors d’activer la partie saine en nous en veillant à ne pas ou à moins activer la partie connerie en nous.

      Si déjà on essaie de faire ça en nous, c’est déjà un bon début.

      Je vous laisse deviner ce que je viens d’activer en moi, ce sera selon chaque lecteur! :)

      • Michel Verdin le 24 juin 2017 à 7 h 25 min

        Chère Catherine

        En Hongrie depuis un mois je garde ce petit lien avec la France dont je me détache de plus en plus. A vous lire, je ne suis pas seul à penser la même chose que vous. Les Français sont formatés depuis l’enfance mais mal formatés si on compare au formatage d’autrefois quand dans l’école publique chrétienne on avait la leçon de morale et d’hygiène corporel. Les gens aujourd’hui recommencent à cracher dans le métro, à bousculer les femmes pour monter les premiers, à ne pas céder leur place aux vieux ou aux femmes enceintes aux handicapés. J’allais écrire aux « personnes âgées », vous voyez à quel point nous sommes formatés au lieu d’être éduqués.
        Sartre disait L’enfer c’est les autres » car il faut toujours tenir compte de son opinion.
        Je pense que nos concitoyens ne sont pas cons mais menés comme des moutons vers la connerie tant qu’il finit à y croire et cela donne Micron. C’est de tout temps souvenez-vous ! Les grenouilles voulaient un roi : elles élirent un héron !
        Je pense quitter bientôt la

        • Catherine le 24 juin 2017 à 11 h 41 min

          Bonjour Michel,

          Oui, nous faisons le même constat.

          Mais ce qui a été appris et mal appris peut possiblement se désapprendre si la volonté est là.

          Or, la volonté a pris la clef des champs et les portes sont ouvertes à tous les vents, et nous récoltons aujourd’hui, les fruits de nos semences, normal en somme.

          Si je plante des patates, faut pas que je m’attende à voir pousser des asperges!

          Je viens d’écouter une conférence, certes un peu longue 1h45, faite par un orateur de talent qui respecte infiniment son public en offrant le meilleur de sa réflexion.

          https://www.youtube.com/watch?v=Hj_B708sCWY

          Tout est dit.

          Il fait le tour en long, en large et en travers de la problématique qui nous occupe aujourd’hui.

          En parlant des moutons justement, Patrick Buisson en parle aussi de cette transhumance, qu’il décline en trois catégories comme l’avait recensé Philippe Murray.

          1) Les matons de Panurge destinés à surveiller le gros du cheptel

          2)les mutés de Panurge qui constituent le gros du cheptel

          3) la variété urbaine et diplômée des mutants de Panurge, càd les « nouveaux rebelles » . Le rebelle dit-il est celui qui toujours dit oui. L’homme moderne ne se sent jamais aussi personnel que lorsqu’il fait la même chose que ses voisins. La rébellion n’est plus ce qu’elle était.

          Un peu plus loin, voici ce qu’il dit:  » la dissolution de l’autorité n’a pas conduit à la liberté mais à une nouvelle forme de domination. La domination par la séduction. C’est évidemment moins douloureux que l’homme qui dégringolait d’en -haut. A l’heure de la communication et comme l’avait pressenti Antonio Gramsci, la relation de domination ne repose plus sur la propriété des moyens de production, elle dépend de l’aliénation culturelle que le pouvoir est en mesure d’imposer via la représentation de l’événement. Ils appellent cela: Le narratif du réel. Il a une fonction, un but. Il détermine CE qu’on doit ou ne doit pas savoir et penser de la réalité. Ce sont des formes d’aliénation et d’assujettissement plus enveloppantes et plus insidieuses et qui trouvent leur modèle inconscient dans l’emprise maternelle.  »

          Cette idée d’emprise maternelle pathogène car aliénante nous la retrouvons chez des auteurs comme Charles Melman dans l’homme sans gravité où il parle de NEP, la nouvelle économie psychique de l’homme moderne ou encore chez Jean-Pierre LEBRUN.

          Tout cela nous aide à remettre de l’ordre dans nos têtes, car avant d’être dehors, le chaos est dedans.

          Saluons donc LA geste de ces personnalités qui nous aident à « déconfusionner » la confusion qui nous occupe d’abord tous, nous-mêmes, pris individuellement et il se peut alors, si nous consentons à faire cet effort, que quelque chose change.

          Je ne crois pas aux révolutions tonitruantes, je crois en revanche aux transformations silencieuses et un caractère se forge à coup de comportements qui vient lui-même d’actes petits, modestes mais répétés qui peu à peu mis bout à bout transforme l’espace et le remet en ordre.

          Chacun où nous sommes, si déjà nous nous engageons dans cette voie, alors, oui, tous les espoirs sont permis même si le chemin est semé de défaite. Au-delà des défaites il se peut qu’il y ait de petites victoires qui peu à peu raniment notre flamme et celle de notre NATION.

          J’y crois, je suis une fervente.

          Bien à vous Michel. Peu importe l’endroit où vous êtes, l’important c’est d’accorder votre violon entre vos paroles et vos actes et alors ce sera une bénédiction dans le vrai sens du terme.

          :)

          Catherine

          • Michel Verdin le 24 juin 2017 à 15 h 46 min

            Merci de votre réponse à laquelle je souscris pleinement. Depuis un séjour à l’armée en Algérie mon supérieur hierarchique me demanda un jour ce qu’était un bon officier et je lui répondis d’emblée : C’est l’officier qui ayant rempli sa missión rentre à la base avec tous ses soldats indemnes. Il n’attendait pas cette réponse mais dès lors il me respecta.

            La formation des jeunes devrait commencer par la présence de formateurs compétents responsables et ayant un minimum de charisme.
            En effet l’autorité dont on fait grand bruit repose sur ces 3 axes
            Compétence, responsabilité et charisme
            J’ai été enseignant en collège, lycée et en université et même en entreprise pour les adultes et c’est de cette expérience que j’ai tiré cette conclusion. J’ai écrit un ouvrage que je publierai peut-être un jour mais j’avais besoin d’extérioriser mes expériences professionnellesz d’une certaine façon.
            Je vous suis totalement dans votre démarche intellectuelle

            • Catherine le 26 juin 2017 à 10 h 55 min

              Oui, merci, grand merci à vous Michel, votre témoignage fait chaud au coeur et il manifeste le respect auquel nous barrons la route, faute de juger des choses en restant TROP SOUVENT, à la surface des choses justement.

              Pourtant, si nous étions plus vigilants, si nous aimions davantage les mots et nous y arrêtions, nous pourrions constater que l’étymologie du mot-respect- nous indique précisément la marche à suivre.

              Re-spect.

              Le radical spect, c’est le radical de spect-acle, ce que l’on voit et le préfixe, re indique une répétition, et donc au final, le vrai respect, c’est de quitter la première vision, souvent faite de projections personnelles pour aller au-delà, dans une deuxième vision, non plus se cantonner au dehors, mais prendre en compte le dedans, càd le recul nécessaire absolument.

              Un deuxième regard qui vient après le premier et qui lui, est plus respectueux car il prend de la distance par rapport au premier.Il part de la surface pour à aller dans la profondeur, et forcément ça change tout et c’est justement le comportement que vous avez eu en Algérie et qui vous a valu de vous respecter vous-même et par là-même vous faire respecter. Car vous étiez allé au fond des choses et n’étiez pas resté à la surface d’un commandement, qui, s’il reste à ce niveau-là, prend toujours le risque de mener aux pires tourments, à la pire déshumanisation.

              Bref, en vous respectant, vous respectez l’autre et du coup, vous vous faites respecter. C’est une relation circulante et non pas binaire, c’est la circulation de la vie, et c’est bien elle notre boussole à suivre!

              C’est aux fruits qu’on reconnait l’arbre!

              Bien à vous Michel.

              Catherine

  5. saint esprit le 11 mai 2017 à 16 h 24 min

    1- Voici ce qu’a dit Emmanuel Macron, pendant sa campagne Présidentielle et lors d’un déplacement en Algérie en Février 2017 :

    «Nous devons présenter nos excuses à celles et à ceux qui ont subi la barbarie […] Je pense qu’il est inadmissible de faire la glorification de la colonisation. Certains ont voulu faire cela en France, il y a dix ans. Jamais vous ne m’entendrez tenir ce genre de propos. J’ai toujours condamné la colonisation comme un acte de barbarie. La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime contre l’humanité.»
    «La colonisation fait partie d’un passé que nous devons regarder en face en présentant nos excuses à l’égard de celles et ceux vers lesquels nous avons commis ces gestes. La France a installé les droits de l’homme en Algérie, mais elle a oublié de les lire […] Tout en reconnaissant ce crime, je ne veux pas qu’on tombe dans la culture de la culpabilisation sur laquelle on ne construit rien.»
    _________________

    2- Egalement en février 2017
    Extrait de FIGAROVOX/TRIBUNE – À Lyon ce dimanche, Emmanuel Macron a lancé : «Il n’y a pas de culture française. Il y a une culture en France. Elle est diverse». Pour Yves Jégo, la spécificité de la culture française est ce qui nous permet notamment de ne pas nous perdre dans le matérialisme.

    Ancien secrétaire d’État chargé de l’Outre-mer, Yves Jégo est député de Seine-et-Marne et maire de Montereau-Fault-Yonne.

    Partout dans le monde on sait qu’il y a une culture française et on aime la France pour sa culture. Seul l’ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée en meeting à Lyon semble l’ignorer lorsqu’il déclare qu’«il n’y a pas une culture française, il y a une culture en France et elle est diverse».
    Cette déclaration n’est pas anecdotique, elle est même le signe inquiétant d’une vision destructrice de ce qui fait depuis toujours la spécificité de notre pays.
    Prétendre qu’il n’y a pas de culture française mais une culture en France est le fruit d’un reniement profond qui revient par déduction à expliquer qu’il n’y a pas de langue française mais une langue en France qui serait par nature diverse.

    _______________________

    3- dernières phrases sulfureuses de Macron lors de la campagne Présidentielle de 2017 contre les dix millions d ’électeurs de Marine Le Pen nous sommes les représentants de la haine.

    En Ile de France, le candidat d’En Marche ! remporte haut la main avec 78,72 % des voix les sept départements de la région et les 20 arrondissements de Paris -où elle culmine à 89,68 %- qui lui avait déjà donné au premier tour son meilleur score de tous les départements français. Source le point et le monde.
    Constat : l’Ile de France est devenue une région cosmopolite principalement musulmane et noire.

    Ainsi Macron s’est fait élire par la communauté musulmane de France et nous ne l’oublierons pas. Macron est en cela un clone d’Hollande et notre premier devoir est de prendre conscience que nous sommes ENVAHIS;

  6. JOSEPHINE le 10 mai 2017 à 10 h 38 min

    Merci à l’auteur de ce billet. Oui la France est un pays où l’élevage intensif de « cons » est à décorer !

    L’éducation nationale a excellé dans l’apprentissage de la connerie avec hélas la complicité passive des parents d’élèves. (pauvres gosses).

    MORT aux CONS !

  7. scholler jean pierre le 9 mai 2017 à 22 h 16 min

    LE CONDESSANSDENTS =le condescendant ou plutot arrogant

  8. GW le 9 mai 2017 à 17 h 40 min

    Heu… avez-vous remarqué ?
    si on remplace le mot « con » par le mot « Citoyen Macronien », on a là une parfaite profession de foi de notre nouveau premier Citoyen Macronien de France…
    Étonnant, non ?

  9. Carine le 9 mai 2017 à 16 h 49 min

    Oui, c’est d’accord, c’est devenu un pays de cons.
    Surtout si l’on en croit les merdias qui ne nous montrent que des jeunes décérébrés qui seront ravis d’acheter leur technologie au rabais par rapport à ce que leur coûterait une production française (tueuse de chômage).

    Je pense que c’est l’argument qui a tué…
    Ces jeunes cons ne pensent pas que cette technologie qu’ils auront achetée relativement bon marché, ils se la feront piquer dans leurs mains ou avec leur sac dès qu’ils sortiront de chez eux. Ou même chez eux, d’ailleurs.

    Attendons quelques mois et nous verrons.
    Bises.

Répondre à Carine Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*