Politique France

Quand La Plume n’est pas là, les pourris dansent…

5 septembre 20164
Quand La Plume n’est pas là, les pourris dansent… 5.00/5 40 votes

Quel triste été, mes amis ! Il y a des moments comme ça, que cela soit sur un plan national, international ou même personnel, où tout va de travers ! Le seul mois de juillet devait initialement être celui des vacances pour La Plume… et puis, au début du mois d’août, il était prévu de reprendre ses « activités » de sniper du net : de recommencer à dénoncer sur ses pages virtuelles les petites ou grosses saloperies d’un monde, d’une Europe et d’une France qui vont si désespérément mal… de dézinguer, allumer, dégonfler à nouveau crapules, politicards et baudruches bien-pensantes, à coups de vannes et calembours plus ou moins inspirés… de fouiller encore et toujours, dans les recoins de la toile ou des journaux et livres que personne ne lit ou presque, de relayer les articles ou les vidéos qui nous « disent » ce que les journaux et les télévisions du système nous cachent… de reprendre, encore et toujours, le modeste et parfois fastidieux mais si nécessaire travail de recherche de la véritable information, de dénonciation des mensonges médiatiques (on frise le pléonasme) que la médiacrature française nous inflige, encore et toujours elle aussi, sans jamais faiblir dans la crapulerie de concours et la compromission la plus totale…

Oui, mes amis, quel été que celui que nous allons bientôt finir de vivre (ouf !) : depuis le tragique 14 juillet de Nice, avec son terrible bilan humain et son obscène cortège d’incompétence politique et d’aveuglement médiatique, en passant par l’ignoble assassinat islamiste du père Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray, et jusqu’à ces attentats de même obédience qu’on n’arrive même plus à compter et qui s’enchaînent encore et toujours eux aussi, depuis des années et des années de sang, de larmes, de plomb en Afrique, depuis la Libye jusqu’au Mali, ou au Moyen-Orient, en Syrie, en Turquie ou en Irak… sans même oublier l’horreur de cette terre implacable qui a tremblé et tué des centaines de nos voisins italiens, donnant l’occasion une fois de plus à Charlie Hebdo de faire tout l’étalage de l’ignominie qui est décidément sa marque de fabrique, en sortant, à l’occasion de ce drame humain absolu, le « dessin humoristique » suivant :

On a sans doutes les « héros de la liberté de la presse » que l’on mérite… c’est dire au point où nous en sommes rendus.

Je passe vite (et las) sur les crapuleries ou les dingueries de la marâtre Clinton, sur la chasse hystérique des médias de l’hexagone au Donald Trump, psychiatrisé, hystérisé et finalement carrément hitlérisé par des journalistes français qui, comme les cons des Tontons Flingueurs, osent décidément tout… sur la russophobie délirante qui n’en finit plus de l’UE et de nos « élites », sur les vagues de migrants  - que l’on va désormais directement chercher en Libye – et qui déferlent en flots continus sur l’Italie (puis sur toute l’Europe), sur la jungle de Calais dont on nous a dit il y a quatre mois qu’elle vivait ses dernières heures, et qui vient pourtant de passer de 6 000 à 12 000 « réfugiés » au moins dans le même temps, sur le burkini et ce « con-seil des tas » qui poignarde la laïcité, les mœurs françaises et la place de la femme au pays de l’amour courtois, et dont la dhimmitude sidérante donnerait presque envie de défoncer à coups de cric quelques unes de ces têtes vides qui décident du Droit dans notre pauvre pays malade… sur le retour du « retour » du nouveau « nouveau » Sarkozy qui a changé dans son changement, ou sur l’entrée en lice dans le grand jeu de bonneteau présidentiel socialiste de Montebourg, de Hamon ou du petit Macron, et plus généralement de ces dizaines d’autres cuistres politicards aux dents aussi longues que creuses mais qui raient le parquet, tout le long du spectre blafard de cette éternelle UMPS qui n’en finit plus de pourrir, à défaut – hélas ! – de mourir… et faut-il vraiment parler en « cerise sur ces gâteux » des pathétiques « branlettes bricoleuses » du vice-président du Modem ?

Stop ou encore ? Encore !

Le tableau estival 2016 a donc été plus qu’affligeant : consternant, déprimant, écoeurant ! Mais ce n’est même pas lui qui a rendu votre serviteur muet pendant tout l’été ou presque : car les emmerdes, c’est comme les catastrophes politiques ou géopolitiques, comme les salopards ou les cuistres qui veulent nous gouverner (ou plus véritablement, tout simplement, poser leur cul sur les si confortables fauteuils qui vont avec les fonctions auxquelles ils sont attachés comme des moules à leur rocher)… ils volent aussi en escadrilles, et nous tombent dessus là où ça fait mal, entre la poire hollandienne et le désert syrien, si j’ose dire. La camarde qui n’en manque pas une et qui commence sérieusement à me courir sur le haricot tant elle s’évertue à faucher de braves gens en nous laissant sur le dos des crapules de la pire espèce, a emporté en deux mois deux femmes qui me furent très chères, me laissant un bon moment KO sur le bord du chagrin. Et puis, comme cela n’aurait pu, n’aurait su suffire, ma santé s’en est mêlée ! S’il faut se méfier de la rumeur, il convient aussi de se défier d’une cochonnerie qui s’écrit presque de la même manière… me voici donc, suite à des petits incidents de tuyauterie interne et les examens qui vont avec, contraint de passer par la case chirurgie pour essayer de me débarrasser d’un passager clandestin qui s’est salement incrusté, l’enfoiré ! La séance de bistouri est prévue pour la fin du mois de septembre, la convalescence prendra vraisemblablement deux ou trois semaines : le rythme de parution de mes petits papiers fielleux ou revanchards, informatifs ou dénonciateurs en sera quelque peu altéré, et je vous prie donc de bien vouloir faire preuve d’indulgence : La Plume essaiera de vous donner tout de même à lire, à voir et à savoir durant ce mois de septembre, mais à un rythme moins soutenu qu’à l’ordinaire, et reprendra si tout va bien de plus belle, dès que la médecine et la santé me le permettront !

Merci de votre fidélité et de votre patience, et à tout de suite (ou presque), mes très chers lecteurs !

Sincèrement vôtre

Marc LEROY – La Plume à Gratter

EmailPrintFriendlyBookmark/FavoritesFacebookShare

Mots clés :

44 Responses to Quand La Plume n’est pas là, les pourris dansent…

  1. blh le 26 septembre 2016 à 20 h 10 min

    Tant que la plume est debout, elle grattera toujours. Bon rétablissement d’un blogueur assez mal en point lui aussi, vivant sous oxygène depuis quelques années, sans compter les problèmes typiquement masculins.
    Vous avez tant [semé de fleurs dans les trous du nez] de cette saloperie qu’elle vous poursuit encore, mais la force du crabe sera bien faible face à celle de votre courage.
    Revenez – nous vite et bon rétablissement. :)

  2. Tiens bon, la Plume ! | La Mouette rieuse le 26 septembre 2016 à 19 h 36 min

    [...] faut du positif, tout ce que avez de positif à vous mettre sous la main et le clavier, car Marc, mon cher Marc, de la Plume à Gratter a des soucis de santé. Et pas des petits légers qui passent avec une [...]

  3. Frederic Del grosso le 21 septembre 2016 à 23 h 34 min

    Je ne peux pas faire grand chose à part vous souhaiter bonne chance et bon courage! N’oubliez pas que la violence viens du déclin de ces gens là! Le vent tourne et ils le savent!

    • marc le 24 septembre 2016 à 2 h 15 min

      Merci Frédéric !

      oui le vent tourne, mais lentement, si lentement…

      Amitiés

      • Frederic Del grosso le 24 septembre 2016 à 5 h 20 min

        On travaille tous les jours à l’accélérer!

  4. Catherine le 21 septembre 2016 à 11 h 23 min

    Coucou Marc,

    J’apprends vos démêlés avec Dame Santé, je vous envoie une grosse, grosse, grosse bouffée d’oxygène pour que pareil au vent qui chasse les nuages, il vienne chasser tout ce qui vous empêche aujourd’hui d’être là et activer toute la bonne santé qui reste en vous et qui ne demande qu’à reprendre sa place, toute sa place sans intrus d’aucune sorte. Bien à vous et chaleureusement.

    Catherine

    Et puis aussi toutes mes plus sincères condoléances pour les décès qui vous ont touché.

    • marc le 24 septembre 2016 à 2 h 18 min

      bonjour Catherine,

      me voici à vous répondre avec un peu de retard, mais j’ai été très pris comme vous pourrez le lire dans mon dernier billet avant le bistouri. Merci de votre soutien et de votre gentillesse. Je garde le moral, et j’espère revenir vous informer, vous faire sourire et peut-être rire… très vite !

      Grosses bises

  5. Lebuchard courroucé le 21 septembre 2016 à 1 h 50 min

    Bonjour Marc
    J’ai appris tes soucis de santé par Corto qui m’a annoncé ton absence ce dimanche… je suis vraiment désolé de tout cela !
    Je te présente mes condoléances sincères pour tes amies et je te souhaite un prompt et efficace rétablissement après le coup de bistouri.
    pour ce qui est du reste, je désespère de voir émerger un vrai leader avec une équipe solide qui bouscule le paradis infecte des cuistres et autres salopards que tu égratignes régulièrment.
    Le dessin du torchon gauchiste est tout simplement lamentable et misérable. On en espèrerait presque une nouvelle descente chez eux…
    Amitiés.

    • marc le 24 septembre 2016 à 2 h 23 min

      Cher Lebuchard,

      merci de ta gentillesse. Pardon pour le retard dans ma réponse, j’ai été très pris par mes obligations médicales. Je suis tout aussi déçu que toi de louper les agapes chez Corto : je me faisait un plaisir de t’y revoir, pour discuter avec toi et Danielle de tauromachie :-) ou plus sérieusement (quoique…) de politique nationale ou internationale. Je me faisait aussi une joie de rencontrer pour la première fis Jacques Etienne… :-( . J’espère que cela ne sera que partie remise !

      Buvez un coup à ma santé (c’est le moment !), et à bientôt !

  6. Droopyx le 14 septembre 2016 à 0 h 27 min

    Bon courage, bon rétablissement.
    Une petite pensée pour vous dans mes prières du soir.
    Et à bientôt chez Corto, ou ailleurs.

    P.S. Si je puis me permettre, à la suite de trop d’expériences vécues par trop d’amis, au cas où vous pourriez trouver un bon naturopathe/homéopathe, ce ne sont pas eux qui vous soigneront (ou s’ils le prétendent se barrer en courant), mais ils peuvent énormément atténuer les effets secondaires et accélérer la remise en forme.

    • marc le 24 septembre 2016 à 2 h 27 min

      Cher Droopyx,

      merci de vos encouragements. Hélas non, je ne serai donc pas chez Corto, et cela me fait particulièrement ch… Nos discussions sur la marche du monde (ou de l’immonde en l’occurrence) vont me manquer dans le silence austère de ma chambre d’hôpital, mais bon, il faut y passer…

      Merci aussi pour vos conseils, j’y songerai si le besoin s’en fait sentir.

      Amitiés et jetez-vous en un petit à ma santé dans l’Aveyron !

  7. claude le 12 septembre 2016 à 10 h 23 min

    Nouveau venu, je vous connais a peine,vous lire est un plaisir rare qui devient très vite un besoin,a l’idée de votre silence, vous me manquez déjà ! prenez soin de vous, le corps est précieux pour que l’âme existe, vos amis veillent a vos côté pour que tout rentre dans l’ordre des choses de la vie. Bien a vous

    • marc le 24 septembre 2016 à 2 h 28 min

      Mon très cher Claude,

      merci du fond du coeur de votre si gentil message de soutien. A très bientôt sur La Plume, je l’espère !

      Sincèrement vôtre

  8. PR CALGUÈS le 11 septembre 2016 à 15 h 06 min

    Courage, cher Marc, nous formulons mes amis et moi tous nos voeux de meilleure santé et de prompt rétablissement.
    Ne nous manquez pas trop longtemps, s’il vous plait.
    Amitiés sincères.

    • marc le 24 septembre 2016 à 2 h 29 min

      Mon cher PR PR CALGUÈS,

      je sais votre soutien de tous les instants, et sachez combien il fait sens pour moi !

      A très bientôt, donc !

  9. Hercueil le 10 septembre 2016 à 20 h 55 min

    Le crabe, il faut éviter de lui donner à manger: notamment la chimio (2% de succès vs 5% sans).
    Un jeune bien mené et de longue durée et vous vous en tirerez (un début de jeune se fait d’ailleurs souvent à l’hôpital durant la période des opérations de chirurgie, 2 à 3 jours sans manger).

    • marc le 24 septembre 2016 à 2 h 32 min

      Cher Hercueil,

      pour la chimio, nous sommes d’accord. Par contre… j’espère avoir tout de même plus de 5% de chance de succès dans mon combat avec le crabe ! :-)

      Amitiés

  10. Carine le 9 septembre 2016 à 21 h 07 min

    Marc, je suis avec toi, tu le sais bien.
    A bientôt pour une prochaine marche avec koltchak !
    Courage, honneur et fidélité.
    On se ronge les sangs, on se ruine la santé.
    Regarde nos cuistres comme ils se portent bien !
    Mais on ne se refait pas…
    Grosses bises.

    • marc le 24 septembre 2016 à 2 h 34 min

      Bonjour ma belle !

      Je suis très en retard pour te répondre, la faute à un emploi du temps sanitaire pas mal chargé, et un moment de « méditation » hors ligne pour digérer la « nouvelle ». Mais rassure-toi, le moral est revenu, je n’ai pas l’intention de baisser les bras !

      Merci de ta gentillesse et grosses bises

  11. Jean-Jacques Soyeux le 7 septembre 2016 à 20 h 38 min

    Amitiés et bon courage. Heureux de vous lire enfin. J-J S

    • marc le 8 septembre 2016 à 0 h 08 min

      merci Jean-Jacques ! Heureux aussi de mon côté de réécrire enfin :-) Mon silence a été trop long, il y a tant à dire sur tout ce qui se passe ! Mon agenda est maintenant clair, reste à m’organiser intelligemment pour réduire au maximum les inconvénients issus de ma situation actuelle. Je pense que cela va être possible…

      amitiés

    • carine le 9 septembre 2016 à 23 h 28 min

      La preuve, je suis sur le crâne de ton méditant :-)

  12. Alban le 7 septembre 2016 à 12 h 00 min

    Je vous souhaite un prompt rétablissement.

    • marc le 8 septembre 2016 à 0 h 09 min

      Merci Alban, on va s’y employer ! :-)

  13. trechelaplaine le 7 septembre 2016 à 8 h 45 min

    Cher Marc, les épreuves n’ont pas altéré vos incroyables talents de synthèse et d’écriture. De tout coeur avec vous en vous souhaitant la meilleure convalescence possible. Vos orphelins de lecteurs sauront attendre votre retour flamboyant !

    • marc le 8 septembre 2016 à 0 h 14 min

      Mon cher trechelaplaine… toujours là, toujours fidèle, attentif et motivant… La Plume existe pour et grâce à des lecteurs comme vous ! Merci de votre énergie positive qui me fait un bien fou. « Flamboyant », je ne sais pas, mais je vais continuer d’ici fin septembre et mon « divorce médical » :-)

      très sincèrement vôtre

  14. BOUTFIL le 6 septembre 2016 à 10 h 27 min

    tu penses bien que cette saloperie ne va pas rester là rien qu’à lire tes articles, il va avoir la frousse ! nous ne sommes pas loin si tu as le moral en berne et tu sais que la porte est toujours ouverte et l’amitié bien au chaud , plein de gros bisous,

    • marc le 8 septembre 2016 à 0 h 17 min

      Je ne sais pas si je vais lui foutre la frousse au crabe, mais j’ai bien l’intention de lui pourrir la vie plus encore qu’il ne pourrit la mienne :-)

      Pas besoin d’avoir le moral en berne pour avoir envie de te voir, toi et l’homo chiantus. J’espère venir vous faire la bise (et vous saouler avec mes bavardages) avant le bistouri !

      Gros bisous aussi, ma belle !

  15. Mildred le 6 septembre 2016 à 10 h 07 min

    Vous nous avez manqué au-delà de ce que vous pouvez imaginer. Accrochez-vous à cette mission que vous vous êtes donnée. Et si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour nous ! D’avance nous vous en remercions.

    • marc le 8 septembre 2016 à 0 h 20 min

      Chère Mildred,

      mille mercis pour cet adorable message de soutien… je continuerai ma « mission », et je le ferai les jours prochains tout particulièrement pour vous, je vous l’écris et je le pense du fond du coeur. Grosses bises !

  16. line.m le 6 septembre 2016 à 9 h 08 min

    Les fidèles sont toujours là et t’encouragent pour l’épreuve à venir. Tu seras très bientôt de nouveau prêt à nous informer et à dénoncer toutes les vilénies et bassesses qui ne manqueront pas en cette période préélectorale qui nous en promet de bonnes. Pour amuser, voici le lien d’une chanson entendue souvent dans ma prime jeunesse « Avoir un bon copain » attribuée à tort sur le site Jukebox à BRASSENS.
    Je pense à toi
    https://www.youtube.com/watch?v=Y0oHvWSKkIw

    • marc le 8 septembre 2016 à 0 h 23 min

      Chère Line,

      ton soutien de tous les instants dans l’aventure de La Plume, comme pour tout le reste d’ailleurs, est un des vrais bonheurs de ma vie. Tu le sais, sans toi, rien ne serait évidemment pareil. Tendresses, encore et toujours

  17. Jacques Étienne le 6 septembre 2016 à 8 h 40 min

    Bon courage et prompt rétablissement.

    • marc le 8 septembre 2016 à 0 h 25 min

      Merci Jacques,

      ce qui me fait particulièrement ch… dans cette histoire, c’est qu’à cause de mon passager clandestin, je n’aurai pas le plaisir de faire de visu votre connaissance en Aveyron chez l’ami Corto :-(

      J’espère que cela ne sera que partie remise !

      Amitiés

  18. Euripide le 6 septembre 2016 à 8 h 32 min

    Votre pugnacité – toujours intacte – à dénoncer les horreurs de ce monde nous donne bon espoir de vous voir triompher des difficultés personnelles et notamment des problèmes de santé. Bon courage, nous tenons à vous voir toujours en forme dans vos billets et à vous savoir toujours en forme dans la vie !

    • marc le 8 septembre 2016 à 0 h 31 min

      Cher Euripide,

      merci de votre gentillesse. J’ai bien l’intention d’envoyer se faire f… mon « cochonome » (comme le nommait ma frangine adorée, durant ses années d’étudiante en médecine), de le faire ch… autant qu’il m’emmerde ! Et je n’ai pas fini de me payer tous ces cuistres qui nous gonflent et trahissent la France, bistouri ou pas, non mais sans blague !

      Amitiés

  19. Crisfi le 6 septembre 2016 à 0 h 32 min

    Allez, bon courage ! On en sort tout neuf…
    A bientôt !
    Une « fidèle » lectrice

    • marc le 8 septembre 2016 à 0 h 32 min

      Tout neuf, je ne sais pas, mais un peu plus léger, sans doute : certes, ce n’est sans doute pas la plus sympathique façon de perdre du poids, mais si ça marche… :-)

      Grosses bises

  20. corto74 (@corto74) le 5 septembre 2016 à 23 h 51 min

     » a tout de suite  » j y compte bien. Courage et si le moral flanche, pense a Sarko ! ok, je sors !
    bisous

    • marc le 8 septembre 2016 à 0 h 37 min

      Sarko pour lutter contre mon petit vampire personnel… tu sais, ce n’est finalement pas une si mauvaise idée : une photo du Pinocchio de LR, apposée contre mon rein gauche… plus l’écoute 24 heures sur 24 d’un disque de Céline Dion ou Lara Fabian… dans le genre repoussoir, c’est surement aussi efficace que des gousses d’ail pour Dracula ! Ok, je sors aussi !

      Bisous itou

      • Vlad le 27 septembre 2016 à 21 h 48 min

        Salut Marc, c’est la mouette qu’a balancé l’info sur mon reader, du coup j’ai envie de te donner quelques conseils : dans ces moments-là faut devenir littéralement odieux.
        Dans les transports en commun tu bouscules les vieilles, ces squatteuses de sièges, pour te les approprier (les sièges hein, pas les vieilles…). Au besoin sortir le justificatif de l’hosto.
        Idem dans la rue, ne plus éviter les décérébrés chassant le pokemon qui te marchent dessus. Tu leur rentres dans le lard, si possible en faisant tomber leur mobile. Mettre bien en avant le bandage abdominal, ce sera ton talisman.
        Ce ne sont que 2 exemples parmi d’autres… Te sachant créatif je sais que tu sauras les décliner à l’infini :)
        A bientôt.
        Vlad

  21. Koltchak91120 le 5 septembre 2016 à 23 h 37 min

    Merde ! Je suis atterré par ces mauvaises nouvelles. Atterré et désolé. Je suis de tout coeur avec toi, moi-même ça ne va pas très fort, même si je suis loin derrière toi en termes de gravité.
    Tiens le coup mon ami.

    • marc le 8 septembre 2016 à 0 h 40 min

      Salut l’amiral !

      Merci de ton soutien. Ne t’inquiète pas, je tiendrai le coup ! Et j’espère que tes propres soucis te lâcheront un peu aussi les baskets ? Dire qu’à cause de mon squatteur, je vais sans doute manquer une des tes légendaires causeries de coin du feu façon « Alain Decaux » en Aveyron, chez Corto… Escobar… on s’en souvient encore ! :-)

      Ton ami sincère qui ne te voit vraiment pas assez à son goût… bises

    • Lebuchard courroucé le 21 septembre 2016 à 1 h 51 min

      Bon rétablissement à vous deux et bien dommage de ne pas vous voir dimanche.
      Au plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*