La Plume parcourt le Net

La grande manipulation Socialiste – Par Guillaume de Thieulloy

21 janvier 20150
La grande manipulation Socialiste – Par Guillaume de Thieulloy 5.00/5 5 votes

Publié le : 21 janvier 2015

Source : les4verites.com

La propagande politico-mé­diatique qui a suivi les ré­cents attentats est, sans aucun doute, un cas d’école. Un certain jour de janvier, nous nous sommes réveillés à Pyong-Yang, en pleine Corée du Nord, abreuvés à flots continus de tombereaux de contre-vérités et de demi-mensonges, abreuvés surtout de messages nous enjoignant de croire que François Hollande était le nouveau « petit père des peuples » et que, sous sa bienveillante direction, nous ne risquions rien !

C’est le moment où jamais de relire « 1984 », le chef-d’œuvre de Georges Orwell. Tout y est : la manipulation du langage, la « minute de la haine » et l’unanimisme des foules, le « grand frère » qui nous protège et nous surveille…

Pourtant, ces attentats auraient pu être – ils ont d’ailleurs été d’abord – un réveil du peuple français, déraciné de force par le pouvoir socialiste et contraint de se soumettre (c’est le sens du mot « islam », rappelons-le) à une culture qui n’est pas la sienne.

Ces attentats auraient pu être un réveil aussi devant le laxisme calculé de la justice de Mme Taubira. Devant le désastre éducatif. Devant le chaos migratoire. Rien de tout cela n’est arrivé. Et il faut tirer un coup de chapeau à François Hollande, qui, en politicard de talent, a magistralement détourné la réaction populaire.

C’est une remarquable réussite. Il était déjà compliqué de réunir la France entière derrière le slogan « Je suis Charlie », faisant référence à un journal d’extrême-gauche, dont l’immense majorité des Français ignoraient jusqu’à l’existence. Mais c’est un coup de maître d’avoir mis dans la rue, sous ce slogan, une cinquantaine de chefs d’État. Au point que John Kerry, en charge de la diplomatie des États-Unis, s’est senti obligé de s’excuser de n’avoir pas été à Paris le 11 janvier. Jugez un peu des réseaux et des efforts de propagande qui ont dû être actionnés pour obtenir un tel résultat !

Pendant ce temps, personne ne s’interroge sur le rôle que la prétendue Éducation nationale joue dans l’absence d’intégration des populations immigrées (à qui on n’apprend plus rien, si ce n’est que la France doit se « repentir » jusqu’à la fin des temps pour à peu près toute son histoire). Personne ne s’interroge sur l’immigration de masse, ni sur l’islamisation. Surtout pas d’amalgame : c’est, paraît-il, ce que signifiait le slogan « Je suis Charlie » !… Personne ne s’interroge non plus sur le laxisme judiciaire. Rappelons que le sieur Coulibaly, multi-récidiviste, avait été condamné, en 2013, à 5 ans de prison ferme…

Pendant ce temps, Mme Taubira prépare un durcissement des peines pour « racisme ». De qui se moque-t-on ? Une récente circulaire aux procureurs précise même que l’absence de publicité pour des propos supposés « racistes » (entendez en particulier : d’éventuelles critiques de l’islam) ne les rend pas moins répréhensibles. Autrement dit, les simples propos privés devraient désormais être passibles des tribunaux. En attendant de rémunérer la délation…

La grande manifestation populaire était d’abord pour dire : nous sommes chez nous. Elle a été génialement détournée sur le thème de la liberté d’expression, comme si c’était la seule identité de la France. Et, au nom de la « liberté d’expression », on va durcir les lois liberticides, interdisant toute critique de l’islam et de l’immigration. Cela a déjà commencé d’ailleurs. Puisque la manifestation de Riposte laïque, prévue le 18 janvier, a été interdite.

Mais, là où cette propagande est particulièrement vicieuse, c’est qu’en outre, elle interdit de se solidariser avec l’unité nationale, aux musulmans patriotes – et il y en a ! – et, de façon générale, à ceux qui ne se reconnaissent dans ce ramassis de vulgarité et de militance d’extrême-gauche.

Ce nouveau clivage, qui impose « d’être Charlie » ou de renoncer à sa qualité de Français, vise à remplacer le clivage droite-gauche et tous les autres clivages politiques, sociaux ou culturels, pour redonner au pouvoir socialiste la maîtrise du champ de bataille. Sur les champs de bataille classiques, le camarade Hollande serait balayé. Sur le terrain de cette union nationale factice, il reprend la main. D’autant que de nombreuses voix réclament un « gouvernement d’union nationale » – qui ne pourra rien faire d’autre que spolier les contribuables et suspendre les libertés publiques.

Oui, décidément, M. le Président, bra­vo pour la manipulation et pour la récupération ! Mais j’espère que les Français ont encore assez d’intelligence et de courage pour ne pas se laisser faire. Vous êtes le principal responsable de cette situation ; nous ne vous laisserons pas en profiter pour nous spolier encore davantage !

Guillaume de Thieulloy

 

EmailPrintFriendlyBookmark/FavoritesFacebookShare

Mots clés : , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*