Société France

Arnaud Beltrame, le gendarme de Trèbes, est décédé ce matin… ASSEZ !

24 mars 20183
Arnaud Beltrame, le gendarme de Trèbes, est décédé ce matin… ASSEZ ! 4.64/5 44 votes

Arnaud Beltrame, le gendarme héroïque qui s’était proposé à Trèbes en échange lors de la prise d’otages terroriste du marocain Radouane Lakdim, voyou et dealer « radicalisé » comme ils disent, identifié et fiché S, est donc mort de ses blessures très tôt ce matin…

Une nouvelle victime du terrorisme islamiste, un nouveau compatriote qui tombe sous les coups abjects et lâches de ces ordures qui, attentat après attentat, ensanglantent notre pays sans qu’aucun politique en charge réelle des affaires de la Nation n’en tire la moindre conséquence véritable.

Je n’ai pas de mots ce matin pour exprimer ma colère, mon dégoût, ma haine même non pas seulement à destination de ces monstres islamisés, mais bien plus encore envers ces « responsables » irresponsables, ces politiciens de droite ou de gauche, ces gouvernants sans moelle, sans coeur et sans couilles, tous complices de fait de cette monstruosité, de par leur dhimmitude écoeurante et bornée qui résiste à tout nouvel attentat, tout nouveau massacre, ces misérables « responsables mais pas coupables » qui vont, dans les heures, dans les jours qui viennent, tous verser leurs obscènes larmes de crocodiles opportunistes sur le cadavre à peine froid du malheureux gendarme tombé à leur champ d’horreur…

Oui, les mots me manquent, contrairement à la rage… et comme je ne les ai pas tous, là, sous la main pour leur foutre en travers de la tronche la gigantesque gifle que leur duplicité mérite, je me contenterai donc, pour tout de même crier ma colère et mon mépris contre cet aveuglement coupable, ce laxisme indécent, cette faiblesse indigne qui les caractérisent, de reproduire ici un texte de La Plume qui date d’avril 2015 et qui faisait suite déjà, encore et toujours hélas, à d’autres crimes ignobles commis également par des ordures allogènes, parfaitement « connues des services de police » mais laissées en totale liberté par ceux-là mêmes, politiciens et juges, dont le rôle premier est pourtant de protéger les Français…

_____

ASSEZ ! (23 avril 2015)

ASSEZ ! STOP ! MARRE ! Mais jusqu’où va-t-on ainsi continuer à descendre, nom de nom ? Jusqu’à quand va-t-on encore accepter une telle irresponsabilité, un tel déni de réalité, un tel aveuglement politique ou journalistique ? Jusqu’où va encore aller cette apathie désespérante, inexcusable, coupable des Français face à un tel renoncement, une telle trahison du peuple par ces prétendues « élites » pourtant censées le représenter, le défendre ? Quand diable cesserons-nous d’accepter comme des moutons, comme ces pathétiques « mutins de Panurge » dénoncés hier par le regretté Philippe Muray, dans une perpétuelle communion médiatique compassionnelle et amorphe, dégoulinante de moraline et de passivité complice, de « marche blanche » en « je suis Charlie », les conséquences dramatiques, criminelles, des continuels errements bienpensants, des systématiques manquements irresponsables, des sempiternelles incuries obscènes de nos institutions politiques et judiciaires ?

Mohamed Merah, Medhi Nemouche, les frères Kouachi, Amedy Coulibaly, Zbigniew Huminski, Sid Ahmed Ghlam… quand va donc enfin cesser cette sinistre, cette terrifiante lithanie de criminels, de monstres, d’étrangers ou de « Français de papiers », pourtant et parfois depuis des années parfaitement identifiés comme étant particulièrement dangereux ou carrément criminels par les « autorités » (sic) judiciaires et policières françaises, souvent condamnés à des peines de prison qu’ils auraient dû encore purger au moment des faits qui les ont dramatiquement jetés dans la sordide lumière médiatique, mais pourtant, inexplicablement, scandaleusement laissés en liberté sur le territoire, lâchés dans la nature, sans la moindre surveillance au milieu d’une population abandonnée, trahie, offerte en sacrifice, où ils ont pu en toute impunité choisir leurs victimes innocentes et perpétrer leurs ignobles forfaits ?

En quelques jours à peine, suite aux ignobles massacres des dernières années de Mohamed Merah et Medhi Nemouche, puis au carnage de janvier perpétré par le trio frères Kouachi/Amedy Coulibaly, se sont donc succédés deux nouveaux drames abjects, avec les meurtres de la petite Chloé à Calais et de la jeune Aurélie Châtelain à Villejuif. Abjects parce que commis par deux individus parfaitement identifiés, bien « connus des services de police » comme on a la si pudique coutume médiatique de le dire, qui auraient pu, qui auraient dû être neutralisés au moment de leurs forfaits, soit en étant en prison pour l’un, soit en ayant été expulsé et depuis longtemps du territoire national pour l’autre. Chloé et Aurélie n’ont pas en vérité été seulement assassinées par leurs bourreaux : elles ont été tout autant, plus encore, victimes de l’incurie judiciaire et policière, c’est-à-dire, en réalité, de l’irresponsabilité politique française.

Toutes les personnes s’étant informées sur les faits, manquements, démissions et errements ayant conduit à ces deux derniers drames humains, comme à ceux intervenus précédemment et évoqués plus haut d’ailleurs, le savent : dans une société responsable, avec une justice qui déciderait enfin de faire son travail, une police qui aurait seulement le droit et les moyens de faire le sien, en réalité et en un mot comme en cent, un gouvernement politique qui assumerait « normalement » ses responsabilités et les fonctions régaliennes de protection de la société et de la population qu’il est censé représenter et en toutes circonstances défendre, JAMAIS Chloé et Aurélie n’auraient été victimes de leurs sinistres assassins !

Zbigniew Huminski, le monstre polonais qui a enlevé, violé puis assassiné la malheureuse Chloé, neuf ans, à Calais, avait donc été depuis 2003 condamné deux fois pour extorsion avec violence. Son premier méfait aurait pu (aurait dû) selon le code pénal lui valoir sept ans d’emprisonnement : il s’en tira avec quatre… et deux ans plus tard, par le jeu scandaleusement habituel des fameuses « remises de peine », il était déjà libre ! En 2010, récidiviste, il aurait pu (aurait dû) être condamné à dix ans de prison : il n’en récolta que six… et n’en fit que quatre ! Il était très clairement identifié comme incontrôlable et particulièrement dangereux ? La belle affaire, pour notre « justice » ! S’il avait seulement REELLEMENT purgé sa peine, il ne serait sorti qu’en 2016… et n’aurait donc jamais croisé la route de la pauvre petite victime qu’il a martyrisée et outragée avant de lui ôter la vie. Oui, si la justice française méritait encore simplement son nom, la petite Chloé serait toujours vivante.

Face à la réalité aveuglante, insupportable et totalement obscène une fois de plus, de cette criminelle, de cette inexcusable incurie judiciaire, comme toujours, et selon la célébrissime jurisprudence de l’auto-amnistie politicienne du « responsable mais pas coupable » initiée en son temps par Georgina Dufoix, tout le gouvernement, et principalement les responsables directs de cet ignominieux laxisme judiciaire et policier, les « trois mousquesectaires » Valls, Taubira et Cazeneuve… se sont de concert empressés de rejeter la faute sur les autorités polonaises, le monstrueux bourreau de la petite Chloé ayant été « renvoyé » dans son pays d’origine après sa mise en liberté anticipée, remise de peine assortie, vous êtes priés de ne pas rire jaune, d’une « interdiction de territoire français ». Une interdiction de territoire ? Sans contrôle judiciaire ? Dans une Europe de l’espace Schengen instaurant comme une règle absolue la liberté totale de circulation des individus ? Mais de qui se moque-t-on ?

De retour à Calais, au nez et à la barbe des « autorités » françaises, Zbigniew Huminski a donc pu, en toute liberté, y perpétrer son horrible crime. Devant le résultat dramatique, devant cette nouvelle totale faillite judiciaire, policière et bien plus foncièrement encore politique qui a débouché sur la mort de Chloé, et comme après l’affaire Merah, l’affaire Nemouche ou les massacres de Charlie Hebdo et de l’Hyperkasher, pas la moindre démission de nos responsables pourtant ô combien coupables : Valls, Taubira, Cazeneuve sont toujours incroyablement, inexplicablement, obscènement en place ! Et bien-sûr, pas un article de journal, pas un éditorial télé ou radio de nos journaleux du système n’a seulement osé questionner cette indécente incongruité, encore moins dénoncer avec force cette totale irresponsabilité, cette absence de la plus élémentaire dignité qui aurait dû, si les prétendus responsables politiques en poste au moment où de tels disfonctionnements ont amené à de telles dramatiques conséquences, provoquer des démissions ou des révocations immédiates. Rien ! Enfants juifs, militaires français, visiteurs de musée bruxellois, dessinateurs et employés de Charlie Hebdo, policière municipale et policiers, clients d’Hyperkasher, Chloé… mourez sans conséquences, et citoyens français, circulez, il n’y a rien à voir !

Dès lors, Aurélie Châtelain pouvait à son tour perdre la vie et rejoindre ce sinistre cortège, sans la moindre chance de faire à son tour vaciller ni même bouger d’un millimètre les trônes gouvernementaux sur lesquels nos trois sinistres irresponsables ont posé leurs séants. Ils peuvent être satisfaits, et les « merdias » avec eux : grâce à leur continuelle et totale inconséquence, grâce à leur laxisme à front de taureau, à leur continuel « droit à  une seconde chance », au bénéfice du doute qui doit toujours pouvoir nuire à la victime à venir, c’est désormais chose faite : dimanche, à Villejuif, Aurélie Châtelain a croisé la route de Sid Ahmed Ghlam, un jeune algérien de 24 ans arrivé en France par le jeu du « regroupement familial »… et elle en est morte, laissant seule pour la vie sa petite fille de cinq ans. « Montée » sur Paris de sa ville de Caudry pour un stage de formation, Aurélie avait envoyé à l’un de ses proches le samedi précédent le drame le message suivant : « Arrivée à Clamart ! Demain, direction Villejuif… Trop contente ! ». On connaît la triste suite…

Sid Ahmed Ghlam, étudiant en informatique, bénéficiaire d’une bourse payée par l’Etat (c’est-à-dire les contribuables) était comme on dit parfaitement « connu des services de police ». Et pas pour des clopinettes : peu après son arrivée sur le territoire, il avait été fiché pour terrorisme, et entendu deux fois par les services de renseignement français à cause de son désir clairement identifié de partir rejoindre l’État islamique. Il faisait même l’objet, depuis quelques mois, d’une fiche « sûreté de l’Etat » de la DGSI … Ce qui n’avait nullement incité, une fois de plus (Merah, Nemouche, Kouachi, Coulibaly étaient tous dans le même cas) le Ministère de l’intérieur à ordonner une quelconque mise sous surveillance réelle, et encore moins une mesure d’expulsion immédiate du territoire. Moyennant quoi le jeune islamiste algérien, en constante liaison avec des djihadistes présents en Syrie, a pu en toute liberté, en toute quiétude et grâce à la sollicitude de la France accumuler un véritable arsenal, mettre au point un projet de double attentat dans des églises, attentats destinés à tuer du chrétien en grand nombre (les documents saisis en attestent)… jusqu’à ce que sa route, pour des raisons que l’on ignore encore à l’instant ou j’écris ces lignes, croise l’infortunée Aurélie, dont seul le terrible drame, le pourtant si évitable sacrifice, aura finalement empêché la réalisation effective des carnages planifiés par la petite frappe islamisée. Vraisemblablement blessé à la jambe par sa pauvre victime, le jeune assassin n’a dû son interpellation qu’à sa signalisation à la police par le SAMU, qu’il avait lui-même contacté pour se faire soigner. Ce qui n’empêche pas Manuel Valls et son porteur d’eau Bernard Cazeneuve d’oser venir pérorer sur toutes les ondes et télévisions de France en affirmant qu’un attentat a été « déjoué ». Vous avez dit indécence ?

D’ores et déjà, il fallait évidemment s’y attendre, a été annoncée l’organisation d’une « marche blanche » à la mémoire d’Aurélie Châtelain. Comme, par deux fois déjà (on n’arrête pas le progrès) avaient eu lieu des « marches blanches » à la  mémoire de la petite Chloé. A nouveau, on va ainsi tenter, et en réalité (hélas !) réussir à noyer dans une si médiatique et si dérisoire compassion lacrymale la totale incompréhension et la juste colère populaire. Et on passera à autre chose, en attendant le nouveau drame, la nouvelle victime innocente de cette criminelle incurie, de cette totale irresponsabilité des sinistres pitres qui nous gouvernent et osent encore et toujours prétendre nous représenter…

Cellules psychologiques, « Je suis Charlie », gerbes de fleurs, minutes de silence, « marches blanches »… quand diable la communauté nationale va-t-elle enfin se réveiller, et envoyer se faire voir toutes ces commémorations dérisoires, ces grand-messes médiatiques, ces rustines compassionnelles, pour enfin exiger des comptes aux responsables ET coupables de la déliquescence politique, de l’incroyable laxisme judiciaire, de l’incapacité policière qui sont les seules et uniques causes de tous les drames que nous venons de vivre, et qui seront bientôt suivis de combien d’autres ? A quand, enfin, la mise en accusation des vrais responsables ? A quand les radicaux, les définitifs coups de pied au cul de toute cette oligarchie qui ne cesse de trahir le pays, de faillir à assumer la tâche que lui ont confiée les citoyens de France ? A quand le renvoi dans les poubelles de l’histoire de Manuel Valls et de toute sa sinistre et incompétente clique ? A quand l’organisation d’une gigantesque marche noire de la rage citoyenne, d’une innombrable marche rouge de la colère populaire ? A quand, enfin, la montée, et de tous les coins du pays, du seul mot, du seul cri que justifierait la multiplication insupportable des innocentes victimes de cet invraisemblable laxisme d’Etat, de cette impardonnable trahison de nos « élites » politiques et judiciaires : ASSEZ !

 Marc LEROY – La Plume à Gratter

 

EmailPrintFriendlyBookmark/FavoritesFacebookShare

Mots clés : , , , , , ,

3 Responses to Arnaud Beltrame, le gendarme de Trèbes, est décédé ce matin… ASSEZ !

  1. Carine le 26 mars 2018 à 15 h 36 min

    Très beau texte et colère à l’avenant .
    Colère que je partage, nuancée néanmoins par de multiples interrogations que je m’interdis de retranscrire ici.
    Bises !

  2. Joséphine le 24 mars 2018 à 12 h 50 min

    Arnaud BELLE ÂME. Et dire que ce jeune Lieutenant-Colonel avait eu l’intelligence de se mettre en lien avec les Pompiers de son secteur pour organiser à CARCASSONNE, avec Pompiers et Gendarmes, une mise en scène visant à savoir comment agir en cas d’attentat terroriste … Lorsque j’ai lu ça ce matin je reste persuadée que cet Homme avait connaissance des menaces terroristes qui pesaient dans sa région.

    J’adresse ici mes sincères condoléances à tous ses collègues, à sa Famille et à tous ses Amis.

    Alors toujours pas de HAINE les Français ? Je l’ai pour vous tous !

    Revenez-nous MARINE ! Il est tant de nettoyer les écuries d’Augias, vite car le temps presse.

    Quant à vous mon Cher Marc, comment ne pas vous remercier vivement d’être accouru si vite pour signifier votre indignation, votre haine, votre mépris que nous partageons à l’unisson face à l’ignominie. J’ai une envie difficilement contrôlable de vouloir prendre les ARMES ! (et ça ne date pas d’hier…)

    AUX ARMES CITOYENS !

  3. line.m le 24 mars 2018 à 11 h 01 min

    Marc
    Ma colère est égale à la tienne. Cet homme courageux a donné sa vie en se proposant comme otage pour sauver une femme. Bien sûr, ce héros aura droit à tous les honneurs, à la médaille sans doute épinglée sur le drapeau tricolore recouvrant son cercueil par un de ces officiels qui nous ont menés là. Je rappelle que lorsque les députés du Front National ont proposé le 28 septembre 2017, par voie d’amendement, l’expulsion des fichés S étrangers, la majorité En Marche et LR ont voté contre. Le Front National demande que le terrorisme soit maintenant traité comme un « acte de guerre », et que les étrangers sur les 16.000 fichés « S » recensés soient immédiatement expulsés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*