Société France

La fort belle histoire de Noël de la LDH et de la « justice » en Socialie…

25 décembre 20161
La fort belle histoire de Noël de la LDH et de la « justice » en Socialie… 4.96/5 26 votes

Noël, c’est pour nombre de nos concitoyens l’occasion de fêter la naissance du petit Jésus, de communier dans la foi et l’espérance avec leurs proches. Pour d’autres, c’est plus simplement l’occasion de se réunir en famille ou plus largement avec les gens qu’on aime, pour célébrer partout en France l’amour, l’amitié, la tolérance, pour illuminer les yeux émerveillés des enfants au pied du sapin, et commémorer tout de même une merveilleuse histoire humaine – si ce n’est divine pour tous – qui a accompagné et fait l’histoire des hommes, depuis plus de deux mille ans, et plus singulièrement celle de notre beau et grand pays, devenu France à la suite du baptême de Clovis. Une fête certes fondamentalement chrétienne donc, mais depuis des décennies au moins, offerte à chacun et célébrée par presque tous, que l’on soit croyant ou qu’on ne le soit pas.

Pour certains, en Allemagne notamment et en ce mois de décembre 2016, dans un marché du même nom, ce fut aussi l’occasion de semer la mort, l’horreur, la désolation et le chagrin parmi les hommes, les femmes, les enfants venus innocemment préparer leurs festivités du 25 décembre.

Pour d’autres encore, en France cette fois, c’est également une occasion rêvée : celle qui leur permet d’exprimer une « solidarité » de circonstance absolument remarquable avec les dizaines de victimes de Berlin, ou plus encore, les dizaines de milliers de morts, blessés et martyrs des communautés chrétiennes d’Orient… ou de jouer bien plus sûrement et jusqu’à une extravagance obsessionnelle non pas les ravis, mais bien les rageux de la crèche, les laïcards hystériques, poursuivant de leur vindicte aussi haineuse que débile… les fanatiques qui veulent « charia-iser  » notre espace public ? Les bourreaux religieux et leurs complices industriels (ceux-ci pour faire un peu plus de fric) qui veulent « hallaliser » nos abattoirs et nos assiettes ? Les vêtements islamiques qui humilient, emprisonnent et rabaissent les femmes ? Les prêches des barbus arriérés qui condamnent la mixité, la musique, la peinture, le dessin, le cinéma et tous les arts en général ?  Que nenni ! Vous n’y pensez pas : car critiquer l’islam, ce serait critiquer l’« autre », bien plus aimable et respectable pour nos belles âmes que leur « prochain ». Ce serait nuire grandement au « vivrensemble », faire offense mortelle au « padamalgam » ! Mais non, voyons, car c’est évidement lumineux : le vrai danger, le seul véritable ennemi de la France socialiste, franc-maçonne, bienpensante et laïciste, la seule religion nocive, la seule foi liberticide et destructrice c’est la chrétienté, et plus précisément encore l’église catholique, avec ses affreux clochers des églises de village, ses insupportables saints du calendrier… et ses ignobles crèches de Noël !

La LDH et les crèches dans l’espace public : de la laïcité de combat au laïcisme de cons bas

Ainsi de la Ligue des Droits de l’Homme qui (avec l’argent public – c’est-à-dire le vôtre – qui lui est si généreusement alloué par l’Etat et les pouvoirs régionaux pour que ce comité Théodule sans aucune légitimité réelle puisse à loisir judiciariser l’espace public, criminaliser les consciences et nous pourrir la vie) n’a rien trouvé de mieux à foutre pour fêter Noël à sa manière que de déposer, en cette tragique actualité et en guise de cadeau de bon goût et d’amour au pied du sapin, une plainte en référé contre la mairie de Paray-le-Monial, Saône-et-Loire, coupable d’avoir installé… une crèche dans son hall.

Le Conseil d’État avait pourtant tranché suite à des décisions contradictoires rendues dans deux dossiers du même genre (à Paris et à Nantes) concernant des crèches municipales ? Estimé, le mercredi 9 novembre 2016, que des crèches de Noël pouvaient être installées dans les mairies « si des circonstances particulières montrent que cette installation présente un caractère culturel, artistique ou festif », de quoi déclencher une salutaire et apaisante jurisprudence et mettre fin à des procédures judiciaires aussi récurrentes que « débilissimes » ? Billevesées que tout cela pour la LDH (Ligue des Demeurés Haineux) de Saône-et-Loire, qui a donc une nouvelle fois repassé les plats « crèchophobes », réarmé sa grosse Bertha anti-catho, rechaussé ses gros sabots de bouffeuse obsessionnelle de curés.

La crèche « immonde » qu’a poursuivie de sa vindicte laïcarde la LDH (Ligue des Débiles Hargneux) et qui présentait du coup bien d’évidence un « caractère culturel, artistique ou festif » avait été confectionnée en feutrine… par une association humanitaire regroupant des enfants et des adultes handicapés, chrétiens et musulmans, à Bethléem en Palestine, ville justement jumelée avec Paray-le-Monial. C’est celle que vous avez pu voir en en-tête de ce billet : ignoblement prosélyte, n’est-ce pas ? Etant donné le caractère « culturel », « artistique », « festif »  et même très largement humanitaire, pour ne pas dire carrément tiers-mondiste de sa crèche, Jean-Marc Nesme, le maire de la ville, estimait donc être peu susceptible de poursuites judiciaires, même déclenchées par des laïcistes hystériques. Puis, une fois la plainte déposée, il avait pensé que la décision du Conseil d’ État le mettait à l’abri de la vindicte de la LDH. Et bien, il avait sacrément tort !

« Il n’y a aucune tradition de crèche en Bourgogne (sic)… on voit bien qu’il y a une volonté délibérée du maire d’imposer des signes catholiques » avait notamment déclaré, la bave anti-catho aux lèvres, Sophie Mazas, l’avocate de la LDH.

Le tribunal administratif de Dijon lui a donc finalement donné raison : le juge des référés a ordonné la suspension de la décision du maire d’installer une crèche dans les locaux de la mairie, jusqu’à ce qu’il « soit statué au fond sur la légalité de cette décision ». Le juge administratif a dans la foulée demandé ni plus ni moins au préfet de Saône-et-Loire de « pourvoir à l’exécution » de cette décision. Et la commune a été condamnée… à payer 1 000 euros à la LDH.

Au moment où les islamistes tuent à Berlin des Allemands qui fêtent Noël, la « justice » française et la LDH condamnent et font condamner à Paray-le-Monial une mairie qui expose une crèche multiconfessionnelle réalisée par des enfants et handicapés de Bethléem, avec laquelle cette ville est jumelée. C’était la belle histoire de Noël en forme de bûche judiciaire anticatholique en travers de la gueule que seules pouvaient nous offrir la « Ligue des Droits de l’Homme », la justice de France et la Socialie finissante… Joyeux Noël à tous !

Marc LEROY – La Plume à Gratter

EmailPrintFriendlyBookmark/FavoritesFacebookShare

Mots clés : , , , , , ,

10 Responses to La fort belle histoire de Noël de la LDH et de la « justice » en Socialie…

  1. Jean-Paul le 26 décembre 2016 à 20 h 48 min

    Bonjour Marc
    Il n’y a pas qu’en Saône et Loire qu’il y a des c… En Avignon aussi, nous sommes servi avec en tête Mme la Maire Cécile Helle, socialo bon teint qui a supprimé la crèche « provençale » qui était « logée » depuis des lustres dans le hall de la mairie, les santonniers expatriés sur une placette, et même le traditionnel marché de Noel avec ses chalets, son nougat, et autres friandises, le vin chaud, la bonne humeur…
    Triste époque où il nous faut subir les Ayatollahs de la pensée unique

  2. trechelaplaine le 26 décembre 2016 à 15 h 39 min

    A défaut de s’opposer à l’islamo-fascisme qui métastase partout et qui ronge les droits des hommes et surtout ceux des femmes, la LDH et bien d’autres s’activent contre les plus faibles et les plus inoffensifs.
    La chasse aux crèches est ouverte, normal, c’est de saison;
    c’est facile et sans risque (les Catho ni ne se plaignent, ni ne se défendent) ;
    c’est laïque, (ce qui signifie dans le langage LDH que c’est exclusivement contre l’Eglise).
    S’opposer aux islamistes aurait-été héroïque et utile pour la défense des droits de l’Homme, mais là n’est pas la vocation de nos tartuffes de la laïcité!.

    Mais quand même, qu’une si petite petite chèche de papier et de pigments, assemblée par des enfants handicapés, inquiète à ce point ce groupuscule d’idéologues mélancoliques est un pur plaisir.
    Imaginer ces malfrats de la pensée unique observer en permanence l’espace public, espionner tous les recoins de la plus petite des mairies et des salles de classes est amusant;
    Les savoir se réunir à la pénombre, en catimini, pour élaborer de savantes stratégies de réplique face à leur terrible ennemi, une petite crèche de carton, est désopilant;
    enfin, penser que ces malfaisants de l’opinion publique gaspillent leur journée à se rendre au tribunal pour déposer une plainte contre un minuscule petit Jésus de terre cuite est vraiment impayable !
    Ce qui est moins drôle, c’est qu’il y a des juges pour les prendre au sérieux et des lois pour leur donner raison !

  3. Christine le 25 décembre 2016 à 19 h 17 min

    J’ai participé cette nuit à la messe de Noël dans l’église d’un petit village montagnard.
    Il y avait une crèche vivante avec, autour de l’autel, le bœuf et l’âne en chair et en os; une brebis grassouillette et ses deux agneaux; des bergers, des vrais bien sûr, mais aussi des figurants grands et petits; des grands jeunes pour tenir les rôles de Marie et Joseph; une flopée de petits anges; et une maman avait prêté son bébé pour le petit Jésus…
    Il était tard, il faisait froid, mais il y avait plus de petits figurants, entre les bergers et les anges, que d’enfants catéchisé dans tous les villages réunis des trois vallées; et dix fois plus d’adultes que lors d’une messe ordinaire, et bien peu connaissaient les paroles des chants et des prières.
    Ce fut un moment rare de partage et de convivialité, avec aussi le vin chaud offert au fond de l’église après la messe.
    J’avais l’espoir que cette joie de la nativité rejaillisse un peu autour de nous…
    C’était sans compter avec la LDH. Pour plomber l’ambiance, c’est super !!!

  4. Soyeux j-j le 25 décembre 2016 à 11 h 27 min

    Comme boutfil, des pourritures.Bon Noël Marc.
    J-J S

  5. Boutfil le 25 décembre 2016 à 10 h 48 min

    Des pourritures !
    Joyeux Noel mon ami sans oublier ta maman, gros bisous

    • marc le 25 décembre 2016 à 11 h 26 min

      Elle se joint à moi pour te souhaiter également un très joyeux Noël ! Bises à toi, à l’homo chiantus, et à très bientôt !

      Gros câlins

  6. Carine le 25 décembre 2016 à 10 h 31 min

    Une honte…
    J’ai honte que sévissent de telles officines dans mon pays. Et j’inclus le conseil d’État dans celles-ci.
    Au fait, quelle en est la composition ? Tu as déjà vu une liste quelque part ?
    Je crois qu’il y a Arno Klarsfeld, mais je n’en suis pas certaine
    Très bon Noël à toi, Marc, et bises.

    • marc le 25 décembre 2016 à 11 h 24 min

      Joyeux Noël à toi aussi, Carine ! Klarsfeld au « con-seil des tas », je confirme :-(

      Grosses bises

  7. Sanchez le 25 décembre 2016 à 9 h 16 min

    J’en ai le cœur serré et les larmes aux yeux. Je suis révoltée. Que faire ? Vite … de bonnes idées !!

    Je propose au maire, pour ma part, la désobéissance civique , assortie d’un soutien financier à la commune si l’exécution de la décision est accompagnée d’une astreinte. Le temps qu’il « soit statué sur le fond » et que les fêtes de Noël soient passées !
    Honte à la LDH… et bon Noël aux autres !!

    • marc le 25 décembre 2016 à 11 h 22 min

      Prions pour eux, pauvres prêcheurs… de haine. j’envisage pour ma part d’acheter une crèche de Bethléem…

      Je vais de ce pas demander des infos pour pouvoir le faire à la mairie de Paray-le-Monial : http://www.paraylemonial.fr/

      Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*