Politique France

Centenaire de Verdun : j’irai courir sur vos tombes…

29 mai 20161
Centenaire de Verdun : j’irai courir sur vos tombes… 5.00/5 74 votes

verdun« Vous voyez pire ? Ben encore pire… » Coluche

Et dire qu’on croyait avoir déjà touché le fond du fond avec l’invraisemblable projet initialement annoncé de concert de Black M « pour s’amuser » à l’occasion des cérémonies d’anniversaire du centenaire de la bataille de Verdun…

Et dire qu’on avait un instant cru, grâce à la formidable mobilisation des réseaux sociaux qui avait entraîné l’annulation du concert profanatoire de ce gugusse à casquette, avoir terrassé la bébête immonde à l’origine de ce crachat programmé à la face de nos morts pour la France. Qu’on avait cru renvoyer dans sa tanière sinistre cette bienpensance branchouille, « terra novesque », cette négation, cette déconstruction, cette destruction même de notre histoire, de nos mœurs, de notre identité singulière et séculière, au profit de l’idéologie profondément antifrançaise qui téléguide, motive, commande toutes les mauvaises actions de nos  « zélites » gouvernementales depuis plus de quarante ans.

Depuis la si funeste présidence Giscard d’Estaing, avec son irresponsable regroupement familial et sa France, « petit pays » pas à l’échelle du monde, jusqu’à la « présidence » ectoplasmique actuelle en forme de Bérézina quotidienne de notre capitaine de pédalo Normal 1er, en passant par les si délétères septennats Mitterrand, les douze années de vacances, ou plus exactement de vacance présidentielle du Roi fainéant Chirac, ou le quinquennat catastrophique et pour toujours marqué du sceau de la forfaiture (avec le Traité de Lisbonne violant la volonté souveraine du peuple français exprimée on ne peut plus clairement lors du référendum de 2005) de Pinocchio Sarkozy…

Quarante années de démantèlement de notre pays et de son roman national, de la place qu’il avait jusque là toujours tenue dans le monde, malgré les écueils constamment dressés sur sa route, et parfois même les grandes tragédies, les terribles saignées imposées à ses forces vives par ces guerres qu’on a qualifiées de « mondiales ». Quarante années de médiocrité, de trahisons, de déstructuration sociale, de délitement moral, de déclin enfin que l’on pourrait tragiquement résumer avec les deux minutes de vidéo qui suivent :

Image de prévisualisation YouTube

Giscard-Cohn-Bendit, même combat, mêmes cons bas ligués contre la grandeur de la France, condensé condescendant et glaçant de quarante ans de politique antinationale des « élites françaises »…

On croyait avoir tout vu, on croyait avoir sauvé in extremis le respect le plus élémentaire dû à nos morts pour le centenaire de Verdun… mais à l’impossible, les consternants cons cernés qui nous « gouvernent » sont bien tenus !

Un gigantesque, un obscène flash mob dans un cimetière

L’affront Black M renvoyé aux poubelles de l’histoire par le peuple en colère, le gouvernement socialiste, revanchard et absolument pas décidé à céder sur l’expression en Mondovision de sa détestation de la France, a tout de même eu sa malsaine vengeance, a réussi à imposer au pays, impuissant devant ses écrans de télévision, une humiliation publique, une insulte faite aux morts, une spectaculaire profanation nationale, une obscénité festive pour (et par) les « djeuns », alpha et omega tout autant que traditionnellement naïf troupeau de proies électorales du parti à la rose de notre culbuto élyséen.

Cela n’a pas été le « j’irai cracher sur vos tombes » de Boris Vian, mais « je viens courir dessus » : des milliers de « jeunes » (comme ils disent), français ou allemands, se sont déversés en masses bariolées parmi les 16 142 tombes de soldats français enterrés autour de l’Ossuaire de Douaumont, courant, piétinant les sépultures pour venir se masser au centre du cimetière, et y « interpréter » un « spectacle » grotesque, indécent, au son de la « musique industrielle » (1) des tambours du Bronx. Un gigantesque, un invraisemblable, un sidérant, un obscène flash mob que vous pourrez découvrir, si vous avez eu la chance d’y échapper en direct, dans la vidéo ci-dessous (à partir de 15.15) :

Image de prévisualisation YouTube

Imaginez, ne fut-ce qu’une seconde, vous qui seriez tombés sur ce site nauséabond par totale inadvertance, vous qui pensez « bien » et généreux, qui ne voyez au fond rien à redire à cette cavalcade, le même genre d’« hommage »… au hasard, tiens : à Auschwitz ! Chiche !

Que dire de plus devant un tel spectacle ? Qu’on ne touche plus le fond, mais qu’on le creuse désormais d’arrache-pied, par « fracturation hydrocéphalique » dans l’espoir toujours réaffirmé par les jean-foutre qui nous gouvernent de trouver (et combattre) du gaz de fasciste ? Qu’il faudra bien un jour, après être descendu aussi bas, remonter à la surface et rendre à la France son honneur, lui témoigner à nouveau ce respect et même cette dévotion qui furent ceux des 362 000 morts de Verdun que l’on prétendait honorer aujourd’hui (en leur courant dessus, CQFD), des 1,3 millions de français tombés pour la patrie durant la première guerre mondiale, des 4,3 millions de blessés tous insultés, profanés, comme la Nation toute entière, par les cuistres au pouvoir ? Jusqu’où faudra-t-il donc qu’ils aillent tous, eux qui, depuis Giscard jusqu’à Hollande (et demain sans doute par l’entremise d’un Juppé), prétendument de « gauche » ou prétendument de « droite » mais en réalité et bien plus fondamentalement de partout sauf de France… oui : jusqu’où faudra-t-il qu’ils aillent pour que les Français leur envoient enfin le si mérité, le si salvateur, le si libérateur et gigantesque coup de pied au cul qui s’impose et qu’ils méritent tant ? Ce jour-là, s’il finit enfin par venir, lui que j’attends, que j’espère depuis si longtemps, j’irai en ce qui me concerne, avec joie et en forme de sincère et vibrant hommage, cracher (ou courir) sur leurs décombres…

 Marc LEROY – La Plume à Gratter

 _____

1) Musique Industrielle : « La musique industrielle est un style de musique électronique aux thèmes transgressifs et provocateurs. Le terme apparaît au milieu des années 1970, à la suite de la fondation du label Industrial Records par le groupe Throbbing Gristle, et l’apparition du slogan « musique industrielle pour peuple industriel. » AllMusic définit la musique industrielle comme « une fusion abrasive et agressive de rock et de musique électronique » ; « initialement un mélange d’expérimentation électronique d’avant-garde (musique concrète, synthétiseurs, séquenceurs, etc.) et d’un style provocateur similaire au punk. » Source Wikipedia

EmailPrintFriendlyBookmark/FavoritesFacebookShare

Mots clés : , , , , , , ,

12 Responses to Centenaire de Verdun : j’irai courir sur vos tombes…

  1. Frederic Del grosso le 21 septembre 2016 à 23 h 42 min

    Vu que je vis à l’étranger je n’avais pas su ça! Mais je me pose un question très sérieusement. Selon Hollande nous somme des sans-dents, mais Êtes-vous aussi devenu des sans-couilles?? Comment pouvez-vous tolérer ceci ??

  2. Christophe le 31 mai 2016 à 19 h 16 min

    Que les idéologues du PS soient capables de ce genre d’aberration, cela ne me surprend pas et ne mérite que du mépris. Ce qui en revanche me pose question, c’est l’absence de toute idée de « décence » chez bon nombre de mes compatriotes ! ? Je veux parler de ces jeunes générations qui n’évoluent plus dans ce monde comme des français, porteurs d’une culture et d’usages, mais comme des consommateurs rois, au milieu d’une galerie marchande ? Qui sont capables de rentrer dans une église en tenue de bain tout en bouffant des glaces ; de pique-niquer au milieu d’un lieu de mémoire ou de sépultures ; voir d’escalader un monument pour y faire : … un « selfie » ! ? C’est là que l’on peut apprécier le long travail de sape de cette société hédoniste qui ne vit plus que par et pour la consommation. Où l’ostentation flatteuse de sa personne et des signes de sa « réussite » constitue un incontournable plaisir et où tout n’est que jeux ! ? Je crois décidément que la société moderniste a profondément avili le peuple.

  3. Jeekes le 31 mai 2016 à 18 h 57 min

    Désolé, mais arrivé à ce stade c’est plus de coup de pied au cul qu’il faut parler, c’est d’une balle dans la nuque !
    Et je pèse mes mots, parce qu’il n’en tenait qu’à moi, avant la balle, il y aurait quelques années de « camp de redressement. »

    D’abord leur faire vivre le quotidien des sans-dents, des laissés pour compte, puis ensuite celui des poilus (dans la boue des tranchées, avec les poux, les rats, la gale et par-dessus tout la puanteur des cadavres en putréfaction), tous ceux qu’ils ont sacrifiés par millions pour leur plus grand profits…

    Ordures !

    • Carine le 31 mai 2016 à 19 h 39 min

      Jeekes
      +1

    • trechelaplaine le 31 mai 2016 à 20 h 44 min

      Ces « ordures » sont avant tout des hypocrites. Ils participent à ces cérémonies avec l’habit des Pharisiens.

  4. carine le 31 mai 2016 à 0 h 31 min

    « jusqu’où faudra-t-il qu’ils aillent pour que les Français leur envoient enfin le si mérité, le si salvateur, le si libérateur et gigantesque coup de pied au cul qui s’impose et qu’ils méritent tant ?  »

    « Et de Pampérigouste, on en vit la fumée… »
    La Mule du Pape de Daudet était beaucoup plus rancunière que les Français… Et son coup de pied fut fabuleux.
    Espérons que nous saurons donner le même.

    • trechelaplaine le 31 mai 2016 à 14 h 20 min

      Je crains que la mule ne soit trop faible pour commettre contre le système plus qu’une pichenette, et qu’en 2017, de Pampagérouste, nous ne voyions rien.
      Cette crainte est fondée, non seulement sur l’immense capacité du système à survivre malgré sa déliquescence, mais aussi et surtout sur l’attitude des « muletiers », plus préoccupés à s’entredéchirer qu’à construire l’avenir au sein d’un élan unitaire et solidaire, seule stratégie pour tuer la bête.
      Aussi, je ne suis pas loin de penser que cette attitude irresponsable démasque une timide envie de conquête, diluée dans une immense ambition de partage du fromage républicain.
      Merci de tout coeur pour cette belle référence à A. Daudet, récemment et impitoyablement placé dans la case de l’oubli par un chroniqueur arrogant et prétentieux de France 2, qui a qualifié son style «vieillot ».

  5. carine le 31 mai 2016 à 0 h 26 min

    Toujours plus bas.
    Ce pays suit sa pente. Mais en descendant, contrairement à ce que préconisait Gide.
    Bientôt le fond ? Ou y sommes-nous déjà ?
    Difficile de le dire.

  6. trechelaplaine le 30 mai 2016 à 0 h 58 min

    Un spectacle minable, décadent, dégoulinant de mépris mais finalement cohérent avec l’entreprise de démolition des nations décrite dans cet article.
    Au premières loges, un couple de gouverneurs de province, deux gnomes, laids et nocifs, persuadés d’être entrés dans l’Histoire en ouvrant leur pays aux hordes méridionales.
    Sur scène, pardon, sur les tombes des soldats, la jeunesse européenne dans des contorsions ridicules rythmées par le son des tamtams industriels.

    Les plus choqués se sont déjà exprimés (FN notamment). On attends les autres, si jamais ils s’y risquent !

    Amicalement

  7. Bluebair le 30 mai 2016 à 0 h 12 min

    Dieu, ne leur pardonne pas, car ils savent tres bien ce qu’ils font.
    Comme je regrette de n’avoir pas ete la, pour gueuler: « trahison » dans les tribunes! Les « patriotes » etaient en colloque a Beziers pendant ce temps la. On s’est tous fait avoir- et je suis poli.
    Il n’y a plus rien au coeur que la RAGE.

  8. corto74 (@corto74) le 29 mai 2016 à 22 h 53 min

    As tu vu la vidéo du grotesque flashmob ? Avec attention ? Quand les jeunes sortent de la forêt ?
    Qu’est-ce qu on voit en premier, en tout premier ?  » Aux musulmans morts pour la France « 

    • marc le 29 mai 2016 à 23 h 19 min

      Oui Corto,

      j’avais bien remarqué (et aussi la stèle en hébreu !)… et l’accueil des migrants dans le discours de pépère… la totale !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*