Politique Monde

Succès du Brexit : Salauds de pauvres, fumiers de vieux !

30 juin 20162
Succès du Brexit : Salauds de pauvres, fumiers de vieux ! 4.80/5 41 votes

Décidément… même si on en a pris depuis longtemps l’habitude, avec cette oligarchie politicienne hors-sol qui méprise et congédie le peuple, répudie la démocratie à la moindre contrariété électorale ; avec cette « médiacrature » moutonnière jusqu’à l’extravagance, vendue jusqu’à la mœlle au politiquement correct et aux puissances de l’argent roi ; avec cette « intellocratie » toute aussi médiatique, française mais foncièrement antinationale, qui prouve à chacune de ses saillies, et contredisant la savoureuse maxime de Michel Audiard (1),  qu’« un con (bienpensant) assis va moins loin qu’un (vrai) intellectuel qui marche »…

Trois entités, trois coteries (et en France plus encore que partout ailleurs) très clairement consanguines, qui cherchent pour la première d’avantage à nous diriger qu’à nous représenter, bien plus à nous imposer qu’à nous servir, pour la seconde à nous déformer plutôt qu’à nous informer, et pour la troisième à simplement grignoter les miettes ploutocratiques (lumières médiatiques et célébrités indues, passe-droits et avantages financiers) que sa servilité de pensée en tous points conforme lui procure…

On peut bien depuis des années, depuis des décennies même, être surentraîné en matière d’exposition forcée à cette bienpensance européiste, ce politiquement correct libéral-libertaire mondialisé, qui cherchent à nous vendre par tous les moyens la lutte du « bien » contre notre « mal »… le paradis du fédéralisme européen contre notre enfer du repli national… l’ouverture généreuse et sans limites à l’accueil de tous les « migrants » et « réfugiés » de la planète contre notre fermeture étriquée, xénophobe et insensible à « la misère du monde »…

Oui, on a beau, pour toutes ces raisons et définitivement… s’attendre à tout, on est toujours estomaqué par les sommets de malhonnêteté, de cynisme sectaire, d’aveuglement dogmatique, de haine de classe, de travestissement et plus encore de déni du réel dont le système oligarchique mondialisé (de plus en plus ouvertement totalitaire, et par l’entremise de ses porte-flingues médiatiques stipendiés) peut user pour tenter de conserver la main sur un monde hier encore docile, mais qui lui échappe désormais chaque jour un peu plus.

Dégustez donc quelques « morceaux choisis moisis », quelques pépites recensées par votre serviteur (et au péril de sa santé mentale) de nos habituels, nos sempiternels champions de la « lumière européiste », luttant de toute leur prose contre l’hydre renaissante du « nationalisme nauséabond »…

Quand la ploutocratie française se déchaîne contre le Brexit

Avec dans le rôle du champion, bien entendu, l’indépassable Bernard-Henri Lévy, dans sa tribune du journal Le Monde : « Ce Brexit, c’est la victoire, non du peuple, mais du populisme… C’est la victoire, autrement dit, du souverainisme le plus rance et du nationalisme le plus bête… C’est la victoire de l’Angleterre moisie sur l’Angleterre ouverte sur le monde et à l’écoute de son glorieux passé… C’est la défaite de l’autre devant la boursouflure du moi, et du complexe devant la dictature du simple… C’est la victoire des casseurs et des gauchistes débiles, des fachos et hooligans avinés et embiérés, des rebelles analphabètes et des néonationalistes à sueurs froides et front de bœuf… Ce sera,