La Plume parcourt le Net

Quand la Chine dénonce la situation des droits de l’homme aux États-Unis… Par Paul-Marie Andréani

15 mars 20140
Quand la Chine dénonce la situation des droits de l’homme aux États-Unis… Par Paul-Marie Andréani 4.83/5 6 votes

Publié le : 14 mars 2014

Source : bvoltaire.fr

Depuis plusieurs années, la Chine publie tous les ans un rapport officiel dénonçant les « problèmes concernant les droits de l’homme » aux États-Unis. Paru il y a quelques jours, le rapport 2013 souligne notamment, et à juste titre, que le programme de surveillance PRISM est une « violation flagrante du droit international » et « porte gravement atteinte aux droits de l’homme ». Il est aussi reproché aux Américains de ne pas avoir fermé la prison de Guantánamo, ainsi que d’utiliser des drones militaires au Yémen et au Pakistan, causant ainsi la mort de nombreux civils.

Régulièrement accusées par les États-Unis d’être irrespectueuses des droits de l’homme, les autorités chinoises ont ainsi décidé de contre-attaquer. Au-delà du côté piquant de voir les Chinois se muer en donneur de leçons en la matière, cette initiative est l’expression du profond refus de toute ingérence étrangère. À l’instar de beaucoup d’autres pays émergents, la Chine est très attachée à sa souveraineté et n’accepte donc plus d’être déconsidérée par les Américains sous prétexte que son organisation politique ne correspond pas au modèle occidental en termes d’État de droit ou de démocratie.

Les États-Unis, ou plus généralement l’Occident, sont passés maîtres dans l’art de faire la morale à la terre entière. Lorsque Barack Obama décrète avec arrogance que la Russie est du « mauvais côté de l’histoire » à propos de la crise ukrainienne, il se place dans les pas de George W. Bush, qui dénonçait « l’axe du mal » afin de justifier la guerre en Irak. Cette propension à moraliser les relations diplomatiques est révélatrice d’une forme d’intolérance occidentale envers des pays dont la conception des droits de l’homme est différente.

Cette attitude se double, en outre, d’une flagrante instrumentalisation, bien mise en exergue par le rapport chinois. Les faits rapportés sont très graves et devraient logiquement inciter les États-Unis à faire preuve de davantage de retenue. D’autant plus que leurs protestations indignées sont très sélectives. D’un côté, leurs rivaux économiques ou diplomatiques, comme la Chine et la Russie, sont systématiquement l’objet de leur courroux, grâce notamment à de puissants relais médiatiques ; de l’autre, plusieurs de leurs alliés, comme les pétromonarchies du Golfe, sont traités avec beaucoup d’indulgence, malgré des agissements bien plus critiquables.

Les relations diplomatiques sont avant tout l’expression d’un rapport de force et la seule loi dans l’histoire est celle dictée par les vainqueurs. Les droits de l’homme ont pris de l’importance dans les relations entre États, puisqu’il s’agit de l’idéologie de l’Occident dominant, qui a ainsi pu imposer son modèle de démocratie libérale et utiliser la promotion de valeurs morales comme paravent de ses intérêts stratégiques.

Mais les dernières initiatives américaines et européennes, en Syrie ou en Ukraine, sont des échecs patents. L’ascendant des occidentaux sur le monde semble révolu : beaucoup de pays ont désormais les moyens de contester leur suprématie. La mondialisation est en train de reconstituer le concert des nations ; les relations diplomatiques s’en trouvent donc bouleversées.

Dans ce monde multipolaire, les pays émergents sont bien décidés à conserver leur propre modèle politique et culturel et ne tentent pas de dissimuler la défense de leurs intérêts par l’invocation de vertus morales. La prédominance de la diplomatie fondée sur les droits de l’homme est le symbole de la puissance des États-Unis, et pourrait donc bien disparaître en même temps que l’hégémonie américaine.

Paul-Marie Andréani

EmailPrintFriendlyBookmark/FavoritesFacebookShare

Mots clés : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*